Le théâtre de Max Frisch, Isabelle Barbéris, Ides et Calendes, 2020.

Le théâtre de celui que les médias avaient appelé le « Sartre suisse » est, comme celui de l’auteur des Mouches, épris de liberté et insurgé contre toute bien-pensance ; mais il s’en distingue par un scepticisme radical : chez Frisch, c’est l’apparence qui précède l’essence. Jouant habilement avec la posture du moraliste, Frisch nous livre un théâtre à mi-chemin entre réalisme et onirisme – avec des accents chabroliens, certes plus présents dans ses récits que dans ses pièces – dont la jouissance coupable, le narcissisme, l’égotisme, la fatalité des stéréotypes sont les principaux ressorts.
La dimension fallacieuse du rapport à l’autre doit engager, chez Frisch, une responsabilité et un questionnement à la fois éthique et esthétique : « nous sommes les auteurs des autres », donc « nous sommes responsables du visage qu’ils nous présentent ». Ses pièces en formes de rondes tragicomiques mettent en mouvement des personnages prisonniers les uns des autres « parce que nous sommes la source, alors que nous nous prenons pour le miroir… ». De cette condition angoissante de l’imagination, il ressort que les pouvoirs libérateurs de la littérature ne sauraient être qu’iconoclastes et négatifs : le langage est « un ciseau qui retranche tout ce qui n’est pas mystère », écrivait-il.
Démystificateur de tous les songe-creux identitaires, Max Frisch fut entre autres l’inventeur du personnage subversif du « faux juif », là où William Faulkner, Boris Vian puis Philip Roth imaginèrent celle du « faux blanc ». Son théâtre du doute absolu et de la dérision, théâtre de la conscience politique plus que théâtre politique, constitue un solide remède pour notre époque éprise de certitudes.

Normalienne, agrégée de lettres et diplômée en sciences politiques, Isabelle Barbéris est maître de conférences habilitée à diriger des recherches en arts de la scène à l’Université de Paris. Son travail, entre esthétique et philosophie politique, s’intéresse à la tournure idéologique des discours de l’art et à la nature épistémique des représentations : discours de vérité, kitsch, absurde, etc. Elle est l’auteur notamment de Théâtres contemporains : mythes et idéologies et, avec Martial Poirson, de L’économie du spectacle vivant, les deux parus aux PUF

 

À lire aussi

Publication : Inès Cazalas et Catherine Coquio

Publication : Inès Cazalas et Catherine Coquio

Céline Barral, Inès Cazalas et Catherine Coquio, dir., La Tâche poétique du traducteur, Paris, Hermann, coll. « Cahier Textuel », 2020. Alors que les études sur la traduction littéraire n’ont cessé de s’enrichir ces dernières années, ce livre n’entend pas...

Publication : Cécile De Bary

Publication : Cécile De Bary

Dans la collection « Cahier Textuel » Cécile de Bary, dir., Les Ateliers d’écriture et l’Oulipo, Paris, Hermann, coll. « Cahier Textuel », 2020. L’Oulipo est couramment associé aux ateliers d’écriture. Il est pourtant arrivé à ses membres d’exprimer...

Publication : Sylvie Patron

Publication : Sylvie Patron

Sylvie Patron, Trois études sur les Histoires de Paris de Mario Benedetti, Limoges, Lambert-Lucas, coll. « Études linguistiques et textuelles », 2020. Les trois études rassemblées dans ce volume ont en commun un corpus littéraire, basé sur la version...