Global Research Institute of Paris (GRIP)

Le Global Research Institute of Paris (GRIP) est une Initiative Interdisciplinaire sur financement IdEx qui intègre le périmètre scientifique des Global Studies et, plus largement, la recherche Globale en sciences sociales et humanités, tout en menant une réflexion sur les rapports Nord-Sud.

Le GRIP fait suite au Programme Interdisciplinaire Sociétés Plurielles (2014-2018) étoffé pour la période 2019-2022 par différentes unités de recherche de l’Université de Paris et par l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement), l’ensemble étant également en lien avec la Fédération Sciences Sociales au Sud. Pensé comme un méta-réseau, le GRIP a vocation à s’adresser à l’ensemble des partenaires stratégiques de l’Université de Paris, dont l’INALCO, la FMSH et le CNRS, pour créer une communauté scientifique à forte visibilité autour des questions sociétales liées à la globalisation.

MISSIONS

Dans son déploiement sur la période 2020-2022, le GRIP entend mener des actions intégrées de recherche, formation et valorisation par la synergie de trois grands domaines permettant d’appréhender la globalisation :

AXE 1 : Citadinités globales

Afin de renouveler le débat sur la dimension globale de l’urbain, on s’intéresse ici à la montée de la diversité urbaine et du cosmopolitisme, en lien notamment avec la fonction croissante d’accueil de migrants et de personnes en mobilités diverses. Il s’agit également de prendre en compte la diffusion de référentiels globaux de gouvernement urbain et les tensions qui entourent ces derniers, au prisme d’une analyse posée en termes d’inclusion et d’exclusion, ainsi que de résilience urbaine. Trois sous-thèmes sont à ce titre considérés comme prioritaires : les pratiques socio-spatiales et les cultures urbaines dans le contexte d’affirmation du cosmopolitisme urbain; la construction politique de reconnaissance de droits urbains, associés à des référentiels circulant entre Nord et Sud et entre Suds ; l’impact de l’émergence des nouvelles technologies numériques sur les pratiques de citadinité.

Responsable :

AXE 2 : Circulations

Dans ce deuxième champ de réflexion, les dynamiques de la globalisation sont interrogées sous l’angle des circulations de personnes, de pratiques, d’esthétiques ainsi que d’artefacts, de savoirs et de normes. Pour ce faire, il s’agit d’observer ce que ces différents types de circulation ont de spécifique ou de commun, les temporalités et les dispositifs institutionnels dans lesquelles elles s’inscrivent et comment elles se (re)configurent dans le cadre des mutations contemporaines sous l’influence des stratégies des acteurs. L’analyse est ici focalisée sur la complexité des configurations qu’engendre la confrontation entre des codes, des standards et modèles différents et parfois contradictoires ; sur l’emboitement d’appartenances, de représentations et d’univers distincts à différentes échelles ainsi que sur les diverses modalités d’articulations entre territoires, flux et réseaux notamment en lien avec l’appropriation par les acteurs des nouvelles technologies.

Responsables :

AXE 3 : Technologies, logiques marchandes et vulnérabilités

La mondialisation économique et le développement technologique de nos sociétés sont à l’origine de multiples formes de vulnérabilité. Le troisième espace de réflexion ouvert se propose d’analyser le rôle de cette dynamique techno-marchande dans la fragilisation des modes d’existence. Une telle investigation est menée à l’échelle globale et avec une attention aux pays les plus riches comme les plus pauvres. La construction de nouveaux marchés, l’internationalisation des chaînes de valeur, les circulations transnationales de personnes et de marchandises nécessitent des analyses multi-scalaires et impliquent des acteurs.trices de toutes les origines sociales et géographiques. L’axe soutient différentes enquêtes, dans les Nords comme dans les Suds, sur des thèmes comme l’environnement et la santé, la logistique ou la finance.

Responsable :

GOUVERNANCE

La gouvernance de l’Institut doit permettre de mener à bien un vaste travail de cartographie d’un champ de recherche large et complexe en s’appuyant sur les meilleures compétences scientifiques réunies dans un conseil scientifique interne à l’Université de Paris, auquel s’ajoute un conseil scientifique externe, essentiellement composé de membres composé de membres français et de membres étrangers. Le pilotage est assuré par un Comité de Direction et un Comité des Tutelles, auxquels sont adjointes une cellule valorisation et une cellule formation, propres à articuler cette Initiative Interdisciplinaire à la dynamique d’ensemble de l’Université de Paris.

 

CONTACTS  :

Président du GRIP : Rigas Arvanitis (Ceped et IRD) ; rigas.arvanitis@ird.fr
Co-porteurs : Florence Mourlhon-Dallies (EDA); florence.mourlhon-dallies@u-paris.fr et Didier Nativel (CESSMA) ; didier.nativel@paris-univ-diderot.fr

Déploiement opérationnel :

Project manager/ coordinatrice : Ariadna Nebot (CDD GRIP) ; ariadna.nebot-giralt@u-paris.fr
Directeur relations internationales : Vincenzo Cicchelli (Ceped) ; vincenzo.cicchelli@u-paris.fr
Direction formation et valorisation : Florence Mourlhon-Dallies (EDA) ; florence.mourlhon-dallies@u-paris.fr