Étudiante en cinquième année de médecine, Mathilda Bedin succède à Etienne Matignon aux fonctions de vice-présidente étudiant pour un mandat de deux ans. Elle a pour missions principales de représenter les étudiants et de travailler avec la gouvernance et l’administration à l’amélioration des conditions d’études et de vie sur les campus d’Université de Paris.

© 

Dans cette interview, Mathilda Bedin a souhaité se présenter à vous, mais aussi exposer ses motivations et ses projets en faveur de la communauté étudiante.

Quel est votre parcours universitaire ?

Avec pour objectif de devenir chercheure en biologie médicale, à l’issue de ma classe préparatoire, j’ai intégré une troisième année de licence en Biologie à Université de Paris et j’ai poursuivi mon cursus jusqu’à l’obtention d’un Doctorat de Génétique spécialisé en maladies rénales génétiques, discipline étroitement liée à la Médecine.

J’ai soutenu ma thèse en septembre 2019, et j’ai apprécié la dimension humaine qui était jusqu’ici peu présente dans mon parcours. J’ai été admise en 3ème année de Médecine afin de concrétiser mon souhait d’exercer un métier de soin. Aujourd’hui, j’entre en 5ème année.

 

Pourquoi souhaitiez-vous devenir vice-présidente étudiante ?

Je souhaitais en devenant vice-présidente étudiante, me réaffirmer et m’impliquer davantage au sein de l’université comme je l’avais fait pendant ma thèse à la fois en tant que chargée d’enseignement en licence et dans mon engagement associatif passé. La fusion récente de Paris Diderot et Paris Descartes formant Université de Paris me semble être l’occasion rêvée pour nous réinventer en plaçant l’étudiant au centre de sa formation.

 

Quels sont les sujets qui vous tiendront particulièrement à cœur ? 

Durant mon mandat, je m’intéresserai bien entendu aux sujets liés à la vie étudiante, à la vie de campus et aux échanges internationaux. Je souhaite que l’université s’oriente vers la personnalisation des cursus avec des majeures et des mineures en Licence, et qu’elle encourage davantage les initiatives dans les projets sportifs, artistiques et humanitaires.

Je suis extrêmement sensible aux questions pédagogiques et je voudrais contribuer à la réinvention de nos formations afin de faire d’Université de Paris un modèle de modernité.

Enfin, j’accorderai une importance particulière à l’accompagnement et au soutien des étudiants et étudiantes, problématique mise en lumière lors de la crise sanitaire.

 

Quels projets envisagez-vous de mener ? 

Je souhaite qu’Université de Paris encourage les associations de filières à s’ouvrir davantage aux autres UFR afin de renforcer les liens entre les étudiants et étudiantes, quelle que soit leur discipline. Et pourquoi pas former un orchestre Université de Paris ? 

Pour lui écrire :
mathilde.bedin@etu.u-paris.fr

À lire aussi