Une nouvelle étude, portée par Karine Audouze (Maitre de conférences, Université de Paris) au sein du laboratoire T3S* (Université de Paris, Inserm) publiée le 19 novembre dans la revue Environment International, révèle que l’exposition à des produits chimiques qui dérèglent le système endocrinien (les perturbateurs endocriniens ou PE) pourrait interférer avec différents signaux biologiques du corps humain jouant un rôle important dans la sévérité de la COVID-19.

À lire aussi

Recrutement DCME 2021-22

Recrutement DCME 2021-22

  Ci-dessous la liste des doctorants qui ont été recrutés sur contrat DCME (2021-22)Joana ARAUJOLina-Marie BRIUJuliane DA GRACABérangère DECOUARDLouis DORISONArthur FAUVIAUAmandine JAMPYLouise LE COADOUCamille LE SCAOBenoit MADECNour MESTOZoé...

Elections des Conseils de l’UFR SDV

Elections des Conseils de l’UFR SDV

  L’élection du Conseil de Gestion de l’UFR (CUFR) se déroule du 12 au 15 avril 2021 via l’application NEOVOTE.      Les listes et professions de foi sont sur cette page :      https://u-paris.fr/elections- composantes-personnels/  Les élections des...

Adios Corona

Adios Corona

  Adiós Corona, le site internet qui décrypte les informations sur la COVID-19Retrouvez sur ce lien plus de 100 questions-réponses traitées par Adios Corona, une équipe internationale de 50 scientifiques bénévoles animée par Virginie Courtier-Orgogozo,...