En janvier 2023 le GRIP a lancé un nouveau projet de recherche autour des pratiques en science ouverte avec ses partenaires internationaux de l’Amérique Latine et l’Afrique !

Droits réservés

La transition vers le libre accès de nombreuses revues incluses dans les index dominants au niveau mondial tels que Clarivate Web of Science et Scopus présente un dilemme relativement nouveau et complexe pour les chercheurs basés dans les pays semi-périphériques (Global South). Ce dilemme repose sur le développement des pratiques actuelles de publication en libre accès, où les publications sont immédiatement accessibles sans abonnement ni frais pour le lecteur, et où le coût de la publication est transféré aux auteurs. Ces coûts, appelés frais de page d’auteur ou APC, deviennent de plus en plus onéreux, imposant des contraintes financières aux auteurs et à leurs universités d’accueil ou, pire, les empêchant de participer à la production et à la diffusion des résultats de leurs recherches dans le système mondial de communication scientifique. Des revues telles que Nature, par exemple, ont fait part de leur intention de facturer jusqu’à 9 000 euros pour chaque article publié.
Une enquête récente a révélé que la plupart des chercheurs d’Amérique latine et d’Afrique ont une opinion positive de la publication en libre accès. Dans le cas de l’Afrique, 78 % sont tout à fait d’accord, tandis qu’en Amérique latine, 71 % des personnes interrogées sont tout à fait d’accord avec l’affirmation suivante : « Le libre accès aux articles de recherche devrait être une pratique scientifique courante ». Du point de vue de la science dans le Sud, cette situation est très inquiétante car les chercheurs peuvent être conscients des avantages que le libre accès offre en termes d’accès mais ne sont peut-être pas encore pleinement conscients des risques. L’exemple du Mexique est frappant des contradictions qu’implique la façon dont le libre accès est perçu. Le Mexique est le pays d’origine de trois portails/services d’indexation en libre accès ayant un impact régional (Biblat, Latindex et RedALyC), qui ont contribué à définir les bonnes pratiques pour l’adoption de normes de qualité par les revues scientifiques de la région ; il dispose d’une loi qui introduit des exigences en matière de libre accès et le développement d’un dépôt national (70% des chercheurs disent avoir publié des articles en libre accès). Néanmoins, c’est un pays où la communauté scientifique ne compte que 39% de scientifiques qui considèrent le libre accès comme un aspect essentiel lors de la publication de résultats. De plus, l’un des premiers accords Read&Publish avec des éditeurs commerciaux a récemment été signé.

L’objectif général du projet est de comprendre les pratiques, les perceptions et les connaissances des chercheurs du Sud en matière de publications scientifiques et de libre accès. La méthodologie proposée consiste à réaliser une enquête en ligne et à générer des interactions intercontinentales productives, à travers un réseau initial de cinq pays : Afrique du Sud, Sénégal, Brésil, Argentine et Mexique. Après une meilleure compréhension des pratiques de publication des chercheurs du Sud, le projet vise à discuter et à proposer des recommandations pour stimuler la publication non commerciale et savante en libre accès.

Fernanda Beigel

Fernanda est sociologue et docteur en sciences politiques et sociales (2001). Elle a poursuivi ses études postdoctorales au Centre de Sociologie Européenne (EHESS, Paris). Présidente du Comité consultatif pour la science ouverte à l’UNESCO (2020-2021) et actuelle présidente du Comité national argentin pour la science ouverte. Conseiller du Forum latino-américain sur l’évaluation de la recherche (FOLEC-CLACSO). Chercheur principal au Conseil national de la recherche scientifique et technique (CONICET, Argentine), professeur principal à l’Université nationale de Cuyo (UNCuyo) et directeur du Centre de recherche sur la circulation internationale des connaissances (CECIC) https://cecic.fcp.uncuyo.edu.ar/ Prix scientifiques pertinents : Prix Bernardo Houssay (2003), Prix de l’essai CLACSO (2004), Mention d’honneur à la valeur scientifique-Sénat national argentin (2017). Fernanda est membre du comité scientifique du GRIP depuis 2021 et elle est investigatrice principale pour ce projet.

Rigas Arvanitis

Rigas est directeur de recherches de l’IRD, sociologue, membre et directeur du Ceped (IRD-Université Paris Descartes) et président du GRIP depuis 2020. Il a une expérience de terrain en Amérique latine (Venezuela et Mexique), en Chine et dans les pays arabes. Il est membre fondateur de l’Institut Francilien Recherche Innovation et Société (IFRIS) et a été son directeur (2015-2018). Il a été rédacteur en chef (2007-2014) de la Revue d’anthropologie des connaissances. Il a récemment été en poste au Liban auprès du Conseil national de la recherche scientifique du Liban (CNRS-L) et professeur invité de l’American University of Beirut (AUB) où il a dirigé un projet sur la production de connaissances dans le Monde arabe avec le D. Hanafi. Auparavant, ses travaux ont porté sur l’apprentissage technologique des entreprises et l’étude des transferts de technologie, les politiques de recherche et d’innovation et le développement économique. Il s’intéresse aux modes de financement de la recherche, aux transformations des systèmes de recherche dans les pays du Sud et formes de collaborations scientifiques. 

Leandro Rodriguez

Leandro est un sociologue basé au département de sociologie de l’Universidad Autónoma Metropolitana-Azcapotzalco (Mexique). Il est membre du système national des chercheurs (niveau II) du Consejo Nacional de Ciencia y Tecnología/CONACYT (Mexique) et a effectué des recherches sur la circulation internationale des connaissances, en particulier en Amérique latine. Il est également le rédacteur en chef fondateur de la revue Tapuya : Latin American Science, Technology and Society, une revue à accès libre parrainée par UCLA et affiliée à l’Association latino-américaine pour les études sociales des sciences et des technologies (ESOCITE) et à la Société pour les études sociales des sciences (4S).

Il fait partie de l’équipe qui étudiera la perception qu’ont les universitaires mexicains de la recherche en libre accès.

Marianne Noël

Marianne est une sociologue/historienne formée aux STS, avec une formation originale (doctorat) et une expérience industrielle en chimie. Elle est actuellement ingénieur de recherche CNRS au Laboratoire Interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés (LISIS, UMR CNRS 9003), Université Gustave Eiffel. Dans le cadre de son travail de thèse en sociologie, elle a développé une approche socio-historique centrée sur les périodiques et la circulation des concepts dans les revues de chimie pour comprendre les fondements économiques des politiques d’Open Access, notamment les mécanismes de l’APC.

CV HAL Profil Google Scholar
Membre du projet ERC Synergy NanoBubbles

Tatiane Pacanaro

Tatiane est diplomée en sciences sociales, est analyste en sciences et technologies au CAPES – l’agence chargée d’évaluer la recherche et l’enseignement supérieur au Brésil. Elle y travaille au « Portal de Periódicos », une coordination qui négocie les abonnements aux revues scientifiques. Elle poursuit actuellement un doctorat en sciences de l’information à l’Institut brésilien d’information en science et technologie (IBICT) en association avec l’Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ).

Tatiane rejoindra le CEPED/Université Paris-Cité en 2023 pour poursuivre son séjour de recherche. Ses sujets d’intérêt sont : la science ouverte, le libre accès, les politiques scientifiques, le système d’évaluation de la recherche et les asymétries dans le système scientifique mondial.

André Appel

 

André est est un scientifique de l’information qui travaille sur des sujets tels que les revues savantes en libre accès, la communication savante et la gestion de l’information.

Il est professeur adjoint à Federal University of Rodonia (Unir) et chercheur à Brazilian Institute of Information in Science and Technology (Ibict), au Brésil. Il souhaite collaborer au développement de stratégies de publication en libre accès, en collectant et en fournissant des données sur la durabilité socio-économique des modèles de publication en libre accès, en se concentrant sur la voie Diamond OA. Pour en savoir plus sur ses qualifications et ses publications, veuillez consulter son ORCID profile.

Ismael Rafols

Ismael est chercheur principal au Centre d’études scientifiques et technologiques de l’université de Leiden, où il dirige la chaire UNESCO sur la diversité et l’inclusion dans la science mondiale. Il travaille sur la politique scientifique en développant de nouvelles approches pour les S&T indicators, en utilisant des méthodes mixtes pour informer les stratégies d’évaluation, de prospective et de recherche.

Francois van Schalkwyk

Francois est chercheur postdoctoral au Centre de recherche sur l’évaluation, la science et la technologie (CREST) de l’Université de Stellenbosch, en Afrique du Sud. Ses recherches portent sur l’enseignement supérieur, la communication scientifique et la science ouverte, dans le cadre d’un intérêt général pour la dynamique sociale de la production de connaissances.

Matias F.Milia

Matias est sociologue et affilié postdoctoral à l’Université de Notre Dame. Il étudie les enchevêtrements des infrastructures de données, les défis environnementaux, la circulation des connaissances et la recherche prospective dans une perspective de STS translationnelle. Il est chercheur associé à  Open Environmental Data Project (OEDP) et possède une expérience de recherche en Argentine, en Équateur, en France et au Mexique. Matías est membre du  Latin American Network for Economics of Learning, Innovation, and Competence Building Systems (LALICS). Il est actuellement chercheur à l’initiative SEEKCommons, où il explore la contribution de la science ouverte à la recherche socio-environnementale et à la diffusion des connaissances avec un réseau distribué de chercheurs en sciences sociales, de praticiens de la science ouverte et de chercheurs socio-environnementaux.

À lire aussi

Lauréats : Appel à projets 2023 – GRIP

Lauréats : Appel à projets 2023 – GRIP

Le GRIP publie les nouveaux lauréats de l'appel à projet 2023. © Droits réservés Voici les nouveaux et nouvelles porteur.e.s des projet GRIP pour cette année ! Ce projet de recherche est la deuxième étape de l'enquête internationale...