Ce printemps 2020 une formule de convention est née, sous l’égide du GRIP. Elle consiste à accompagner scientifiquement des projets relevant des Sciences Humaines et Sociales (Education, Développement, Gestion des territoires, Economie sociale) et touchant aux circulations globales des personnes, des biens, des idées et des savoir-faire.

Ce printemps 2020 une formule de convention est née, sous l’égide du GRIP. Elle consiste à accompagner scientifiquement des projets relevant des Sciences Humaines et Sociales (Education, Développement, Gestion des territoires, Economie sociale) et touchant aux circulations globales des personnes, des biens, des idées et des savoir-faire. L’initiative de créer un nouveau type de convention de partenariat est partie du constat qu’avec la généralisation de la logique de projet, de plus en plus de chargés de mission, de responsables administratifs ou de décideurs institutionnels souhaitaient plus d’appuis  pour prendre des décisions et s’orienter dans le flot des informations.

Un accompagnement scientifique à trois niveaux

Dans sa formule de convention le GRIP propose un suivi allant du tout début du projet jusqu’à sa promotion, en fin d’opération. En cela, le GRIP n’est pas prestataire de services au sens où il conduirait un audit ou prodiguerait des conseils ponctuels. Le GRIP ne conçoit d’ailleurs pas davantage les livrables du projet qu’il accompagne. Son suivi consiste en compagnonnage en continu, qui se déploie sur trois niveaux (veille scientifique, conseil régulier dialogué, valorisation)

 

La veille scientifique

Pour permettre aux acteurs non académiques de positionner leur projet dans les champs scientifiques qui en sont le plus proches (avec des propositions de lectures, d’inscription à des colloques, ou des rencontres avec des chercheurs pouvant apporter des éclairages sur les opérations en cours)

Le conseil

Sous forme de points d’attention mensuels réalisés à partir de tous les documents reçus du partenaire et des échanges et réunions tenus avec lui « au fil de l’eau ». Ces points d’attention sont brefs (A4 recto/verso) et toujours rediscutés avec l’interlocuteur accompagné.

La valorisation

Comprend les opérations traditionnelles de diffusion, mais propose également aux acteurs accompagnés de co-rédiger des articles de recherche avec des chercheurs du GRIP ou de participer à des événements scientifiques académiques en y étant aidés et préparés.

Au terme du processus, une labellisation peut être opérée, sur la base d’indicateurs qualité ; elle est conduite par le CODIR du GRIP et les chercheurs intervenant dans le suivi.

Informations complémentaires : florence.mourlhon-dallies@u-paris.fr

À lire aussi