Quand :

sam. 21 nov. / 13h-13h45

Où :

Université de Paris, Grand amphithéâtre / 12 rue de l’école de médecine 75006 Paris

Billetterie :

Réservez votre place

© Alamy Stock

La crise que nous traversons pourrait-elle changer notre rapport à la démocratie ?

Les crises conduisent souvent à un affaissement des forces démocratiques. Hausse du chômage, renforcement des inégalités, casse sociale, déclassement, perte de confiance dans les institutions font le lit des populismes. La pandémie de Covid-19 n’échappe pas à la règle avec son lot de fake news, de craintes de mensonges d’État, de restrictions des libertés, de difficulté à accepter une autorité jugée injuste et inopérante.

Dans une telle situation, il semble important de s’arrêter plus longuement sur ce que l’on est en droit d’attendre de l’État. Où en est notre rapport aux services publics ? Le contrat social sera-t-il encore affaibli par la crise ? L’Etat est-il dans son rôle quand il confine et impose des fermetures administratives ? La confiance dans les institutions va-t-elle être ébranlée ?

 

Intervenants :

  • Thomas Branthôme, historien, maître de conférences à Université de Paris, co-auteur de Histoire de la République en France (Economica, 2018)
  • Alexis Spire, sociologue, directeur de recherche au CNRS, auteur notamment de Résistances à l’impôt. Attachement à l’État (Seuil, 2018)

À lire aussi