Crédit photographique : Jeanne3e Ehlers,” Black Bullets” (2012), video sBll.

Créer, produire, diffuser : la recherche exposée

Séminaire doctoral transversal proposé par Emmanuelle André (CERILAC) et Martine Beugnet (LARCA)

Présentation

Apprendre à communiquer et diffuser les résultats de sa recherche, faire le pont entre ce qui relève d’une pratique solitaire et ce qui relève d’une interaction avec le monde qui nous entoure ne va pas toujours de soi. Pourtant, la mise à disposition de son savoir, le partage de ses connaissances sont essentielles : c’est grâce à ces échanges, que la chercheuse ou le chercheur valorise son travail et participe pleinement aux débats qui animent leur champ disciplinaire.

De fait, lorsqu’ils candidatent à des postes universitaires, les doctorants sont invités à faire la preuve de l’excellence de leur recherche, mais aussi de leur capacité à la mettre en valeur et à la diffuser. Outre les publications, la diffusion des résultats de la recherche par le biais de la participation et de l’organisation de journées d’étude et de colloques, festivals et expositions sont un débouché des études.

Ce séminaire doctoral est pensé comme une introduction à la diffusion de la recherche, qui se manifeste sous forme d’écrits (articles et livres), mais aussi de manifestations culturelles. L’accent sera mis dans ce séminaire sur les rapports entre des questions de recherche et la mise en place et le « montage » d’une exposition : comment un travail de curation, un parcours d’exposition, et même l’affichage des œuvres rendent-t-ils visible la quête intellectuelle que représente une thèse ? Comment « une construction problématique trouve-t-elle à s’exposer dans l’espace du musée ? Cette réflexion, transversale à toutes les disciplines, gagne à être engagée dès la première année de thèse.

Ces pratiques de diffusion s’avèrent ainsi enrichissantes à bien des titres :

  • Mise en lumière, des enjeux esthétiques, politiques, et historiques propres aux champs culturels de nos disciplines.

  • Créativité, imagination, esprit d’initiative et d’invention: comment mettre une recherche en récit, la rendre partageable et accessible à un public qui dépasse celui du cadre universitaire.

  • Comment acquérir les compétences pratiques (esprit d’initiative, organisation, travail collaboratif…) des circuits professionnels.

Dans un paysage universitaire concurrentiel, ces expériences sont aussi des alternatives professionnelles, ouvrant le champ vers d’autres débouchés, temporaires ou à long terme.

Les séances reposeront :

  • Sur des invitations : des chercheurs présenteront un projet d’exposition et expliqueront comment ils ont remodelé leur travail de recherche.

  • Sur des exercices pratiques : les doctorants seront invités à imaginer un prototype de diffusion, et à présenter, par exemple, un projet d’exposition ayant trait à leur recherche doctorale.

Ces séances interactives forment un programme à suivre de préférence dans son intégralité : les étudiants de toutes les disciplines sont donc invités à s’inscrire auprès des organisatrices, Emmanuelle André (emmanuelle.andre@u-paris.fr) et Martine Beugnet (beugnetmartine@gmail.com) avant le 21 octobre 2023.

Les séances auront lieu à 17h30, en salle 340, Université Paris-Cité, bâtiment Olympe de Gouges, 8 rue Albert Einstein 75013 Paris.

 

Programme

 

23 Octobre 2023 – Catherine Marcangeli et Marie-Pierre Burquier, « Thèse et expérience de curation : cinéma de found footage – Festival of (In)appropriation » ?

Catherine Marcangeli enseigne l’art britannique et américain du XXe siècle à l’Université de Paris-Cité. En tant que curatrice, elle a assuré le commissariat de nombreuses expositions en collaboration avec ICA (Institute of Contemporary Art, Londres), la Tate Gallery, et la Whitechapel Art Gallery entre autres.

Marie-Pierre Burquier est doctorante en études visuelles et travaille sur les pratiques de réappropriations artistiques de l’imagerie classique hollywoodienne. Elle était curatrice invitée de la douzième édition du Festival of (In)appropriation qui s’est déroulé à Los Angeles en octobre 2022.

13 novembre 2023 – Lily Hibberd

Lily Hibberd is an interdisciplinary artist, writer and researcher whose practice combines performance, writing, painting, photography, sound, moving image and installation art. Developed in collaboration with artists, scientists and historians, the resulting works have been presented in 51 international exhibitions and festivals since 1999.

22 janvier 2024 – Pauline Martine « Le flou et la photographie » : la thèse comme outil pour construire un projet aux formes multiples ». Exposition Lausanne, jusqu’au 21 mai 2023

Pauline Martin est historienne de l’art, spécialisée dans l’histoire de la photographie. Formée à l’Université de Lausanne, puis à Paris parallèlement à l’Ecole des Hautes Etudes et à l’Institut National du Patrimoine, elle a été commissaire d’exposition dans différents musées et notamment le Musée de l’Elysée à Lausanne. Elle y a organisé, en 2022, une exposition sur le flou en photographie, projet tiré de la recherche doctorale : Le flou et la photographie. Histoire d’une rencontre (1676-1985).

5 février 2024 – Antonio Somaini, « Le commissariat d’expositions comme forme de recherche : autour de l’exposition Time Machine. Cinematic Temporalities » (12 janvier-8 pars 2020)

Antonio Somaini est professeur en études cinématographiques, études visuelles et théorie des médias à l’université Paris-3. Ses recherches se développent dans les domaines des études cinématographiques, des études visuelles et de la théorie des médias ; elles s’intéressent à la culture visuelle, en situant dans une perspective historique des sujets comme les nouvelles formes de « machine vision » ou les enjeux esthétiques, épistémologiques et politiques de la distinction entre la haute et la basse définition des images. Ses travaux récents portent sur l’impact de l’IA sur la création artistique contemporaine.

18 mars 2024 – Dominique Païni, «Rechercher pour exposer et… retour. Le cas « Surréalisme au féminin ? » (30 avril-10 septembre 2023, au musée de Montmartre)

Dominique Païni a d’abord été distributeur et producteur de films y compris documentaires sur l’art, avant de diriger la Cinémathèque Française (1991-2000), puis le Centre Pompidou 2000- 2005. Il a été commissaire d’expositions qui privilégient les relations entre le cinéma et les autres arts. Sa pratique interroge la légitimité des critères de rapprochement entre les images provenant de disciplines artistiques variées dans la perspective de leur analyse.

22 avril 2024 – Bilan de l’année et présentation de travaux/projets par les étudiants.

À lire aussi

Newsletter n°51 – Mai 2024

Newsletter n°51 – Mai 2024

© Tous droits réservés Newsletter n°51 Mai 2024Retrouvez toutes les Newsletters du CERILAC : https://u-paris.fr/cerilac/newsletter/Si vous souhaitez recevoir la lettre d'informations du CERILAC, vous pouvez contacter le laboratoire à cette...

Rencontres 2024 de l’axe EPH

Rencontres 2024 de l’axe EPH

Quand 30 mai 2024 de 17h à 19h Où Grands Moulins, Salle 695C Axe « Écrire et penser avec l’Histoire » - Rencontre avec Justine Breton La prochaine rencontre de l’axe « Écrire et penser avec l’Histoire » du CERILAC permettra...