Quand :

sam. 21 nov. / 15h-15h45

Où :

Université de Paris, Grand amphithéâtre / 12 rue de l’école de médecine 75006 Paris

Billetterie :

Réservez votre place
© Pexels

Les réseaux sociaux uniformisent-ils les points de vue et les luttes ?

À l’instar de #BlackLivesMatter ou #MeToo, différents mouvements sociaux ont mis au jour une forme particulière d’engagement. Globalisées et hyper-connectées, ces luttes ont été fulgurantes dans leur ampleur, leur trajectoire et leur impact.

Comment s’inscrivent-elles dans l’histoire des luttes ? Le 2.0 a-t-il réellement révolutionné les engagements quand tous – grandes marques, politiciens, personnalités publiques – doivent se positionner via des posts et des prises de paroles uniformes ?

Il semble nécessaire d’évaluer la place de l’engagement dans ce contexte. Est-il devenu nécessaire de s’engager pour échapper à la “cancel-culture” ? Le rôle des réseaux sociaux dans ces mobilisations entraîne-t-il l’uniformité des engagements à défaut de sincérité des engagés ?

 

Intervenants :

  • Laurence Allard, sémiologue, sociologue, maîtresse de conférences, Université Sorbonne Nouvelle, Université de Lille
  • Lilian Mathieu, sociologue, directeur de recherche au CNRS, auteur notamment de L’espace des mouvements sociaux (Le Croquant, 2012)
  • Tristan Mendès-France, blogueur, maître de conférences associé à Université de Paris, spécialiste des réseaux sociaux (sous réserve)

Un débat animé par Claire Thoury, déléguée générale d’Animafac

 

Co-organisation :

  • Animafac, réseau d’associations étudiantes

À lire aussi