Isabelle Barbéris est maître de conférences habilitée à diriger des recherches en arts de la scène à l’Université de Paris. Son travail, entre esthétique et philosophie politique, s’intéresse à la tournure idéologique des discours de l’art et à la nature épistémique des représentations : discours de vérité, kitsch, absurde, etc. Elle est l’auteur notamment de Théâtres contemporains : mythes et idéologies et, avec Martial Poirson, de L’économie du spectacle vivant, les deux parus aux PUF

© Tous droits réservés

Le militantisme linguistique qui caractérise l’écriture inclusive alimente vivement le débat médiatique, mais il ne s’agit que du symptôme bruyant d’un mouvement plus vaste et inédit par son ampleur. La langue est devenue l’objet d’enjeux politiques qui imposent de n’y voir que le résultat de pressions idéologiques et de déterminismes extérieurs à elle. Cette politisation de la langue avec le projet de la contrôler est en train de modifier notre rapport au monde dans ses cadres de perception et de connaissance. A travers de purs rapports de force, tente de s’imposer une vision identitaire, anti-universaliste et déterministe de la langue, qui remet en cause les acquis de la linguistique depuis Saussure.

  • Titre : « Cités » n°86/2021 « La langue sous contrôle »
  • Auteur : Isabelle Barbéris et Franck Neveu (dir.)
  • Éditeur : PUF
  • Date de publication : 2021
  • Nombre de pages : 215
  • ISBN : 978-2-13-082875-4
  • Prix : 18 €