Le projet MEDIRISC vise à déployer une approche interdisciplinaire et internationale. Il est consacré aux risques et catastrophes médicamenteux et leurs conséquences aux 20ème et 21ème siècles.

 

Depuis plusieurs décennies les médicaments et leurs risques font objets de recherches en sciences sociales. Si ces recherches ont beaucoup éclairé les processus de découverte, d’innovation et d’évaluation (Vos 1990, Greene 2007, Gradmann et Simon 2010, Carpenter 2010, Gaudillière & Hess 2013, Gaudillière & Thoms 2015, Gerber 2022) ainsi que, dans une moindre mesure, les phénomènes de médiatisation et de scandales (Bonah & Gaudillière 2007, Mundy 2001), les événements associés aux effets indésirables de médicaments ont reçu une moindre attention par la recherche historique (Healy 2021, Hüntelmann 2009, Nemec & Olszynko-Gryn 2022), et sociologique (Gabe et Bury 1996, Abraham et Davis 2006, Abraham et Davis 2010). Alors qu’une recherche de plus en plus importante sur les risques et dommages environnementaux nous aide à mieux comprendre les dangers auxquels les sociétés passées et présentes sont confrontées dans un environnement industrialisé et toxique, la recherche sur les effets négatifs des médicaments est moins explorée. Ceci est d’autant plus étonnant que l’on peut tout à fait analyser les usages des médicaments à travers les catégories de « crise » et de « désastre » qui sont mobilisés dans l’étude des catastrophes environnementales lentes ou aigues (p. ex. Fortun 2001, Boudia & Jas 2019).

 

Cependant, les accidents et les catastrophes médicamenteuses soulèvent un nombre important de questions, généralement formulées en termes de « sécurité des médicaments » et de « régulation des médicaments » : comment expliquer, à la fois historiquement et sociologiquement, que des accidents médicamenteux se produisent, parfois dans des dimensions désastreuses comme dans le cas du Stalinon®, de la Thalidomide, du DES (distilbène), du Vioxx®, du Mediator® ou, plus récemment, de la Dépakine® ? Quels sont les liens entre les systèmes de surveillance, le contrôle des risques et l’organisation des marchés pharmaceutiques ?

 

Ce constat nous a amené à répondre à l’appel à projets de l’ILPEM dans l’objectif d’organiser un colloque international centré sur ces questions « MEDIRISC : Médicament, risques et crises. Vers une histoire des problèmes sanitaires associés à l’usage du médicament, 1900-2023 » qui aura lieu les 21 et 22 mars 2024 à Paris. Celui-ci regroupe des chercheurs/chercheuses issu.e.s des sciences humaines et sociales, des professionnels de santé et plus largement des acteurs/actrices de la régulation, de l’information en santé et des représentant.e.s d’usagers.

Ce panorama transnational, étendu sur la longue durée, vise à comprendre les récurrences de ces accidents, qui – lorsqu’elles sont étudiées – sont souvent circonscrites à un cas d’étude, apparaissant comme un épiphénomène.

 

Le colloque est structuré autour des trois axes suivants :

  • Enjeux de la longue durée des risques médicamenteux
  • Sécurité des médicaments : ignorances, savoirs, intérêts
  • Espaces, échelles et géographies des risques médicamenteux

 

L’inscription au colloque est gratuite mais indispensable pour faciliter l’organisation : https://medirisc.wordpress.com/registration/

21-22 mars 2024  Paris – Amphithéâtre Buffon, Campus des Grands-Moulins