Ciné-club Barberousse. Médecine et soin au cinéma

Le ciné-club a lieu un samedi par mois à 10h30 au cinéma Nouvel Odéon, 6 rue de l’Ecole de médecine, Paris 6ème. Les projections-discussions rendent sensibles les questions politiques, éthiques et relationnelles liées au soin, en médecine et dans nos vies.

Projection de Cléo de 5 à 7

Débat après la projection le 4 février 2017 au cinéma Le Nouvel Odéon avec Agnès Varda, François Crémieux, Jean-Michel Frodon et Céline Lefève.

© Jean-François Dars

Le ciné-club « Barberousse. Médecine et soin au cinéma » vise à faire sentir et comprendre l’épreuve intime et sociale des patients et de leur entourage. Mais aussi la diversité et la richesse des relations de soin qui sont tant médicales que sociales, familiales, imaginaires, amoureuses ou amicales.

Pourquoi le cinéma ?

Attendre un diagnostic. S’entendre annoncer une maladie grave. Etre hospitalisé(e). Vivre avec une maladie chronique ou un handicap. Prendre soin d’une personne malade et l’accompagner. Devenir médecin ou soignant. Travailler à l’hôpital. Autant d’expériences dans lesquelles nous plongent des œuvres majeures du cinéma documentaire ou de fiction. Des films qui nous rappellent que nous sommes vulnérables et que nous serons tous, à des titres divers, soignants et soignés.

Comment mieux saisir les sentiments d’une jeune femme qui attend les résultats d’un dépistage de cancer qu’en suivant la métamorphose de Cléo de 5 à 7 d’Agnès Varda?La violence de Titicut Follies de Frederick Wiseman aide à saisir la difficulté de faire de l’hôpital une institution véritablement soignante. A tombeau ouvert de Martin Scorcese transforme en conte fantastique le burn out de nombreux professionnels de santé.

Ces films donnent corps et voix aux personnes qui font la médecine – patients et professionnels de santé. Ils font percevoir les valeurs et les difficultés du soin, comme l’avait fait Akira Kurosawa dans Barberousse.

A quoi s’attendre ?

Ce cycle s’adresse à tous, mais intéresse plus particulièrement professionnels de santé, étudiants en médecine et en santé, personnels hospitaliers, patients, aidants. Les projections seront suivies de discussions destinées à interroger les pratiques et les enjeux éthiques et politiques que le cinéma aide à mieux voir et à mieux formuler. Les séances auront lieu au cinéma Le Nouvel Odéon (6 rue de l’École de Médecine 75006 Paris). Il n’est pas nécessaire de réserver sa place. Tarif : 7 euros.

Créé en 2017, ce cycle de projection-débats est animé par François Crémieux, directeur général de l’Assistance-Publique Hôpitaux de Marseille, Jean-Michel Frodon, critique de cinéma et professeur associé à Sciences-Po, et Céline Lefève, maîtresse de conférences en philosophie, directrice de l’Institut « La Personne en médecine ». En partenariat avec la revue Esprit et la Chaire Philosophie à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu (AP-HP/ENS).

17 décembre 2022

Cinéma Le Nouvel Odéon

19 novembre 2022

Cinéma Le Nouvel Odéon

15 octobre 2022

Cinéma Le Nouvel Odéon

17 septembre 2022

Cinéma Le Nouvel Odéon

4 juin 2022

Cinéma Le Nouvel Odéon

23 avril 2022

Cinéma Le Nouvel Odéon

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Projections 2022

Le samedi 22 janvier 2022 : On murmure dans la ville (1951) de Jospeh L. Mankiewicz avec Philippe Ruszniewski, Doyen de l’UFR de médecine (Université Paris Cité).

Le samedi 5 mars 2022 : La Permanance (2016) de Alice Diop avec Claire Georges, praticien hospitalier, responsable de la permanence d’accès aux soins de santé (PASS) de l’hôpital Saint-Louis (AP-HP), présidente du Collectif national des PASS et membre fondatrice du collectif « L’humain au cœur du soin ». Elle a dirigé « Soigner (l’)humain. Manifeste pour un juste soin au juste coût », Presses de l’EHESP, 2015.

Le samedi 23 avril 2022 : Don’t Worry, He Won’t Get Far on Foot de Gus vanSant (2018) avec Marco Araneda, psychologue clinicien.

Le samedi 4 juin 2022 : À la vie de Aude Pépin (2021) avec l’emblématique sage-femme Chantal Birman et la réalisatrice.

Projections 2021

Le samedi 13 mars 2021 : Le Septième ciel (1997) de Benoit Jacquot avec Liane Joffet, psychologue clinicienne à l’hôpital Robert Debré.

En proie à la déprime et à la cleptomanie, Mathilde ne va bien. Son mari chirurgien, Nicolas, s’interroge sur les raisons de cette crise. Elle se rend alors chez un hypnotiseur. Les séances ont sur elle un effet très positif, ce qui ne manque pas d’intriguer Nicolas.

Le samedi 09 octobre 2021 : Amanda de Michael Hers (2018).

Le samedi 23 octobre 2021 : Quand j’avais 6 ans j’ai tué un dragon de Bruno Romy (2016).

Le samedi 27 novembre 2021 : Monsieur Deligny, vagabond efficace de Richard Copans (2020).

Ce film rappelle le parcours du poète et éducateur Fernand Deligny à partir de sa relation avec le cinéma dont il a fait un outil pédagogique et de communication, en particulier avec les personnes autistes. 

Le samedi 23 octobre 2021 : ABC Africa de Abbas Kiarostami (2001).

Projections 2020

 

Le samedi15 février 2020 : La Fille inconnue de Jean-Pierre et Luc Dardenne (2016) en présence des réalisateurs.

Jenny (Adèle Haenel), jeune médecin généraliste, se sent coupable de ne pas avoir ouvert la porte de son cabinet à une jeune fille retrouvée morte peu de temps après. Apprenant que rien ne permet de l’identifier, Jenny n’a désormais qu’un but : trouver le nom de cette jeune fille pour qu’elle ne soit pas enterrée anonymement.

Le samedi 25 avril 2020 : Terminal Sud de Rabah Ameur-Zaïmèche (2019).

Le samedi 13 juin 2020 : Arguments de Olivier Zabah (2019).

Le samedi 27 juin 2020 : Million Dollar Baby de Clint Eastwood (2004). 

Le samedi 14 novembre 2020 : Arguments d’Olivier Zabat suivi d’une conversation entre le réalisateur. En distanciel

Le samedi 12 décembre 2020 :  Les Bêtes d‘Ariane Doublet (2001). En distanciel.

Le cabinet de vétérinaire d’un gros bourg du pays de Caux. Quatre vétérinaires consultent. Le travail est varié : tantôt consultations de ville où l’on soigne les chats et les chiens, tantôt interventions dans les fermes où l’on s’occupe du bétail, dans la crainte de l’ESB. Au cabinet comme à la ferme, leur métier les confronte à la maladie des « bêtes » et à ce qu’elle révèle. Entre ces animaux de compagnie surinvestis affectivement et ces animaux de ferme transformés en fabrique de protéines, quels sont aujourd’hui les rapports que nous entretenons avec « les bêtes » ?

Projections 2019

Le samedi 30 mars 2019 : Still the water, de Naomi Kawase (2014), discussion avec Elise Ricadat, maîtresse de conférences en Etudes psychanalytiques, ayant travaillé auprès d’adolescents atteints de cancer (Université Paris Diderot).

Au Japon, sur l’île d’Amami, deux adolescents s’aiment, Kaito et Kyôko, tandis qu’un cadavre est retrouvé sur une plage toute proche et que la mère de Kyôko, chamane, va mourir.

Le samedi 13 avril 2019 : De chaque instant, documentaire de Nicolas Philibert (2018), en présence du réalisateur.

Le samedi 14 septembre 2019 : Jeanne et le garçon formidable de Oliver Ducastel et Jacques Martineau (1998), en présence des réalisateurs. Séance en partenariat avec le ciné-club Le 7eme Genre (le7egenre.fr).

Le samedi 5 octobre  2019 : Être vivant et le savoir d’Alain Cavalier (2019), discussion avec le Pr Didier Sicard (professeur de médecine interne, président d’honneur du CCNE).

Le samedi 30 novembre 2019 : L’Homme qui répare les femmes de Thierry Michel (2015).

Le samedi 14 décembre 2019 : La Fille inconnue de Jean-Pierre et Luc Dardenne (2016) en présence des réalisateurs.

Projections 2018

Le samedi 20 janvier 2018 : La maison est noire de Forough Farrokhzad (1963), en collaboration avec le ciné-club « Cinémas d’Iran » et en présence d’Agnès Devictor, maître de conférences à l’université Paris I, spécialiste du cinéma iranien, et Vies d’Alain Cavalier (2000) en présence du réalisateur et du Professeur Yves Pouliquen, membre de l’Académie nationale de médecine.

Le samedi 3 février 2018 : Ce qu’il reste de la folie deJoris Lachaise (2014) en présence de Guillaume Lachenal, historien et anthropologue de la médecine à l’université Paris Diderot.

Le samedi 10 mars 2018 : Osmosis Jones des frères Farelly (2001).

Le samedi 7 avril 2018 : Cris et chuchotements d’Ingmar Bergman (1972).

Le samedi 4 juin 2018 : Barberousse d’Akira Kurosawa (1965).

Le samedi 22 septembre 2018: La Piel que habito de Pedro Almodovar (2011).

Le samedi 24 novembre 2018 : Absolute Beginners de Fabrizio Terranova  en présence de  Dingdingdong, Institut de coproduction de savoir sur la maladie de Huntington.

Le samedi 8 décembre 2018: J’ai horreur de l’amour de Laurence Ferreira Barbosa (1997).

Projections 2017

Le samedi 4 février 2017 : Cléo de 5 à 7 d’Agnès Varda.

Le samedi 4 mars 2017 : Titicut follies de Frederick Wiseman.

Le samedi 18 mars 2017 : A tombeau ouvert de Martin Scorsese.

Le samedi 30 septembre 2017 : Elephant man de David Lynch, (1980).

Le samedi 28 octobre 2017 : Une jeune fille de 90 ans deValeria Bruni Tedeschi et Yann Coridian (2017).

Le samedi 25 novembre 2017 : La mort de Dante Lazarescu de Christi Puiu (2005).

À lire aussi