EUR-Transitions

Les Écoles Universitaires de Recherche (EUR) offrent la possibilité de renforcer l’impact et l’attractivité internationale de la recherche et de la formation, en rassemblant des formations de master et de doctorat adossées à un ou plusieurs laboratoires de recherche de haut niveau.

© Tous droits réservés

Objet scientifique et enjeux

Menée conjointement par les sciences humaines et sociales et les sciences physiques, de la nature et de l’environnement, l’EUR TRANSITIONS a pour objectif de former par la recherche aux théories et outils permettant de penser et mettre en œuvre des transitions à différentes échelles, fondées sur la compréhension des enjeux en termes de risque, de potentiel de crise en lien avec la durabilité, l’équité et la justice, sociales et environnementales, et incluant les facteurs de coopération et de redistribution entre citoyens, collectifs et acteurs publics. En intégrant les dimensions socio-techniques et socio-écologiques, les formations développées dans le cadre de l’EUR TRANSITIONS encourageront à la fois

  1. des expérimentations en relation avec des territoires, avec des collectifs d’étudiants chargés de questionner et co-construire localement les transitions mobilisant des savoirs contextualisés et les connaissances académiques pertinentes
  2. des interactions entre ces approches locales et des réflexions plus globales sur les politiques environnementales, économiques et sociales permettant d’appuyer les différentes formes de transitions dont il est question.

Innovations pédagogiques envisagées

Le caractère original et ambitieux de cette proposition, tant du point de vue des contenus que d’un point de vue pédagogique, tient à plusieurs caractéristiques clefs du projet :

  1. il s’agit du seul programme français formant aux questions de transitions non seulement à travers des spécialisations thématiques, mais également à travers une forte interdisciplinarité au sein des SHS et entre les SHS et les sciences physiques, de la nature et de l’environnement
  2. les formations intègrent les connaissances les plus avancées issues des sciences physiques, de la nature et de l’environnement, grâce aux partenariats développés avec les meilleurs scientifiques de ces disciplines (via le Centre des Politique de la Terre et l’Institut de la Transition Environnementale)
  3. l’EUR articule les différentes dimensions des transitions qui vont du local au global, en mobilisant à la fois l’état de l’art théorique et la rencontre et prise en compte des acteurs des transitions, notamment locaux.

Responsables :

  •  Nathalie Blanc, DR CNRS, Ladyss
  •  David Flasher, PU UTC, COSTECH

À lire aussi