Unique en Ile de France, ce nouveau master de la Faculté de la Santé d’Université Paris Cité spécialisé en conseil en génétique offre des opportunités de carrières importantes. En partenariat avec le Magistère Européen de Génétique, il offre la possibilité de devenir conseiller en génétique et de prétendre au grade d’ingénieur hospitalier.

Conseiller en génétique : un métier d’avenir

Il est important de relever qu’il existe de nombreux postes actuellement vacants. Les résultats d’une enquête nationale rendus publics en mars 2021 estiment indispensable plus du doublement des professionnels à l’horizon 2030. Pour atteindre cet objectif, un élargissement de la formation s’impose, avec sa création en Ile de France, à Université Paris Cité.
Cette formation est ouverte aux étudiantes et étudiants en formation initiale de niveau licence en santé minimum. Il est également possible, pour les conseillers en génétique diplômé AMU, en poste depuis 5 ans, de s’inscrire en formation continue.

Objectifs du master : Accompagner les patients et leurs apparentés

Ce master a pour objectif de former des professionnels dont la mission principale est d’accompagner les patients et leurs apparentés dans la démarche de génétique médicale, en communiquant des informations préalables et relatives aux conséquences des analyses moléculaires constitutionnelles qui seront éventuellement mises en œuvre, sous la responsabilité du médecin généticien. La diversité des domaines médicaux concernés sera appréhendée afin de préparer les futurs conseillers en génétique aux situations pratiques auxquels ils seront confrontés, dans le respect de l’Éthique médicale et de la confidentialité des données génétiques. En outre, les enseignements partagés avec le Magistère Européen de Génétique dispensent des connaissances et des méthodes indispensables au suivi des progrès particulièrement évolutifs dans ce domaine de la médecine.

Une formation riche en 2 ans

La génétique médicale couvre tous les champs de la médecine. Ainsi, une maquette très riche est proposée pour ce Master en 32 modules. Les deux années sont obligatoires quel que soit le niveau de diplôme antérieur. En effet, l’enseignement est planifié avec des cours magistraux les matins et des ateliers pratiques et interactifs les après-midis afin de familiariser les étudiants au contact avec les patients. En outre, 6 stages en milieu professionnel sont obligatoires : 4 stages d’observation et d’initiation en Master 1, le premier de 3 semaines et les 3 autres de 4 semaines chacun ; puis 2 stages en Master 2, avec un mémoire bibliographique au terme du premier stage de 8 semaines et un mémoire de recherche avec soutenance accompagnant le dernier stage de 12 semaines.

En savoir + 

 

À lire aussi

Affectez votre solde de taxe d’apprentissage à la Faculté de Santé

Affectez votre solde de taxe d’apprentissage à la Faculté de Santé

La taxe d’apprentissage est une ressource essentielle qui contribue à garantir les moyens d’une pédagogie innovante et d’une recherche de haut niveau en phase avec les attentes du monde socio-économique. À travers l’affectation ciblée du solde de votre taxe d’apprentissage via la plateforme SOLTéA, c’est une nouvelle relation qui s’instaure entre votre entreprise et notre université.

La recherche avance sur le traitement de la maladie rénale chronique

La recherche avance sur le traitement de la maladie rénale chronique

On estime que environ 10 % de la population adulte souffre d’une maladie rénale chronique (MCR), c’est à dire plus que 850 millions de personnes dans le monde. Il est donc fondamental que la recherche scientifique focalise ses efforts sur cette pathologie. Seule la compréhension des mécanismes de base à l’origine de la progression de la MRC pourrait permettre d’identifier des thérapies efficaces et des bio-marqueurs susceptibles d’améliorer la prise en charge des patients atteints d’une MRC. Ceci est l’objectif des travaux de recherche de deux équipes de l’Institut Necker Enfants Malades (Université Paris Cité, INSERM, CNRS).