Quand :
20 mars 2024 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
2024-03-20T18:00:00+01:00
2024-03-20T20:00:00+01:00
Où :
Campus des Grands Moulins ET zoom
5 rue Thomas Mann 75013 Paris salle 890
bâtiment C 8eme étage

L’ILPEM vous invite à la prochaine séance du séminaire « Epistémologie, méthodologie et éthique de la recherche interdisciplinaire ».

 

Résumé : De façon assez paradoxale, les études conduites en sciences sociales sur les génocides et les violences de masse ont -jusqu’à une date récente- totalement ignoré la question du traitement des dépouilles des victimes. En revenant sur deux programmes pluridisciplinaires de recherche (Corpses of mass violence and genocide, financé par l’ERC de 2012 à 2016; et Transfunéraire: approche comparative des rituels de réinhumation en Europe et en Amérique Latine (20e-21e siècles), financé par l’ANR de 2019 à 2023) consacrés au traitement (technique, social et rituel) des cadavres dans configurations de violence de masse, leurs questionnements et les méthodes d’enquête sur lesquelles ils ont pris appui, je proposerai dans mon intervention d’éclairer les enjeux, les difficultés et les limites, d’un travail sur la matérialité de la mort collective.

 

Intervenante : Elisabeth Anstett est anthropologue sociale, directrice de recherche au CNRS et membre du laboratoire ADES (Anthropologie bio-culturelle, droit ethique et santé), une unité de recherche interdisciplinaire à la faculté des sciences médicales et paramédicales d’Aix-Marseille Université. Ses travaux portent sur le traitement social et culturel du cadavre, et plus particulièrement sur les pratiques funéraires et les processus de patrimonialisation des restes humains dans les contextes contemporains marqués par la violence extrême ou l’expérience de la mort de masse. Elle est co-éditrice de Human Remains and Violence book series et de interdisciplinary full free Open Access academic journal à Manchester University Press.

 

Discutant : Christian Bonah est professeur en histoire des sciences de la vie et de la santé à l’Université de Strasbourg et membre du laboratoire de recherche Société, Acteurs et Gouvernements en Europe (SAGE, UMR 7363). Il travaille dans le domaine de l’histoire de la santé, des médicaments et en particulier dans le domaine de l’histoire des audiovisuels en santé. Il est le porteur de la plateforme digitale MEDFILM (medfilm.unistra.fr), investigateur principal du ERC Advanced Grant BodyCapital (bodycapital.unistra.fr) et il a codirigé de 2016 à 2022 la Commission historique indépendante au sujet de la faculté de médecine de Strasbourg sous le national-socialisme (rus-med.unistra.fr). Il porte actuellement le projet ARCHIMED Mining medical archives and pathological collections in the digital age (2024-2028 : archimed.iml-strasbourg.fr).

 

 

> Zoom  : https://u-paris.zoom.us/j/83225834216?pwd=MW1hR2F3UFdJcFYxcWk2b1JlZ2xBZz09