La Bibliothèque interuniversitaire de santé – pôle médecine organise le 23 septembre 2022 une journée d’étude sur le Métadictionnaire médical multilingue de la bibliothèque numérique Medica. Initié dans le cadre du groupement d’intérêt scientifique CollEx-Persée, ce projet visant à améliorer la recherche dans les dictionnaires médicaux (XVIIᵉ – XXᵉ siècle) a permis à la fois l’enrichissement du corpus de dictionnaires et la mise en place d’une nouvelle interface.

23 septembre 2022, 9h – 18h

Université Paris Cité, Direction générale déléguée des bibliothèques et musées, Bibliothèque interuniversitaire de santé – Pôle médecine Paris

Depuis le lexique hippocratique d’Érotien (Ier s. apr. J.-C.), le plus ancien qui nous ait été conservé, jusqu’à une œuvre monumentale comme les cent volumes du Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, publié à Paris sous la direction d’Amédée Dechambre entre 1864 et 1889, les dictionnaires de médecine constituent l’un des grands genres de la littérature médicale, et illustrent de façon exemplaire l’évolution de cette science, ainsi que de celles qui lui sont fréquemment associées dans ces ouvrages (physique, chimie, botanique, minéralogie, pharmacie, art vétérinaire…). Mais ces dictionnaires sont également des témoins de tout premier plan au sein de l’histoire générale des pratiques lexicographiques et encyclopédiques, tandis que la porosité entre langue usuelle et langue technique les rend aussi très utiles pour retracer l’histoire du vocabulaire.

Lorsque la BIU Santé a développé une bibliothèque numérique au tout début des années 2000, les bibliothécaires ont défini presque aussitôt comme l’un des chantiers prioritaires la mise à disposition d’une collection importante de dictionnaires et encyclopédies. Quarante-neuf d’entre eux, soit 331 643 pages en 453 volumes publiés entre le début du XVIIIᵉ siècle et le début du XXᵉ siècle, ont été numérisés et rendus interrogeables grâce à une interface spécifique qui donne accès aux vedettes indexées.

Vingt ans plus tard, la numérisation de masse des imprimés du domaine public a changé les conditions de la recherche historique ; les techniques d’exploration des corpus ont évolué. Ce travail pionnier sur les dictionnaires médicaux méritait d’être approfondi. Le projet intitulé « Métadictionnaire médical multilingue de la bibliothèque numérique Medica » (oct. 2020 – sept. 2022), porté par la Bibliothèque interuniversitaire de santé d’Université de Paris en partenariat avec l’UMR 8167 « Orient & Méditerranée Textes Archéologie Histoire » (CNRS – Sorbonne Université) et l’UMR 7118 ATILF (Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française. CNRS – Université de Lorraine), et financé par l’infrastructure de recherche CollEx-Persée, a permis deux types d’amélioration.

D’une part, le corpus a été enrichi de plusieurs dictionnaires comportant des vedettes en grec et/ou en latin, dont les Definitionum medicarum libri XXIIII de Jean de Gorris (1622), qui élargit d’un siècle la période couverte par le corpus, ainsi que l’avant-dernière d’une longue lignée de rééditions corrigées et augmentées du Lexicon medicum graeco-latinum de Bartolomeo Castelli (1746). Le Medicinal Dictionary de Robert James (1743-1745), rédigé en anglais, mais dont les vedettes sont en latin, et sa traduction française par Diderot, Eidous et Toussaint (1746-1748) se réfèrent à ces deux ouvrages majeurs, qui étaient des lacunes dans le corpus. Est également ajoutée la version française abrégée du dictionnaire de Jean de Gorris due à François Thevenin (1658), qui constitue la source des définitions médicales du dictionnaire de Richelet (1680).

D’autre part, huit dictionnaires représentatifs ont fait l’objet d’une indexation fine destinée à recueillir les informations lexicologiques qu’ils fournissent sur les relations entre les vedettes (synonymie, traductions en différentes langues anciennes et modernes, renvois). Ainsi, la nouvelle interface, développée à la faveur d’une restructuration profonde du modèle de données existant, donnera accès à un index unifié des vedettes de tous les dictionnaires tout en permettant une navigation fluide au sein de cet immense corpus encyclopédique. Elle suggérera de surcroît à l’utilisateur de nouvelles pistes de recherche, en exploitant les informations lexicologiques recueillies.

Au terme des deux années du projet, nous réunissons des chercheurs d’horizons divers – histoire de la médecine ou des « sciences qui s’y rapportent » (selon le titre du dictionnaire de É. Littré et Ch. Robin, 13e éd., Paris, 1873), philologie classique, lexicologie, lexicographie, terminologie, humanités numériques – qui vont se saisir de ce nouvel outil pour le mettre à l’épreuve. Ces explorations croisées mettront en lumière des aspects inédits du trésor lexical et scientifique que renferme ce corpus, et feront naître de nouvelles questions.

Comité scientifique

  • Sylvie Bazin (Université de Lorraine, UMR 7118 ATILF « Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française »)
  • Anaïs Chambat (Université Paris Cité, Direction générale déléguée des bibliothèques et musées, Bibliothèque interuniversitaire de santé – pôle médecine)
  • Nathalie Rousseau (Sorbonne Université, UMR 8167 « Orient et Méditerranée » – équipe « Médecine grecque et littérature technique », Institut universitaire de France)
  • Jean-François Vincent (Université Paris Cité, Direction générale déléguée des bibliothèques et musées, Bibliothèque interuniversitaire de santé – pôle médecine)

Intervenants

Sylvie BAZIN, Anaïs CHAMBAT, Jean-Luc CHAPPEY, Loïc DEPECKER, Pascal DURIS, Sylvie KLEIMAN-LAFON, Nathalie ROUSSEAU, Jean-François VINCENT, François ZANETTI.

Le programme sera diffusé ultérieurement.
Contact : Anaïs CHAMBAT

Partenaires

À lire aussi