Le Musée Guimet à Paris (Musée national des arts asiatiques) présente du 17 mai au 18 septembre 2023 l’exposition « Médecines d’Asie, l’art de l’équilibre ». Il s’agit de la première exposition majeure consacrée en France aux trois grandes traditions médicales asiatiques (indienne, chinoise et tibétaine). Une importante partie des 300 œuvres montrées, issues des collections nationales françaises et de grandes institutions patrimoniales européennes, provient des collections patrimoniales de la Bibliothèque interuniversitaire de Santé, du Musée d’Histoire de la Médecine et des collections de matière médicale du Musée François-Tillequin.

Publié le 19 mai 2023

Midori, Hayashi Yushi (peintre), Anatomie du supplicié – Mâchoire inférieure (fig.61) et Tête vue de face sans nez (fig.62), époque d’Edo, 1842.

L’exposition « Médecines d’Asie, l’art de l’équilibre », du 17 mai au 18 septembre 2023 au Musée national des arts asiatiques Guimet.

Ce prêt est l’occasion de mettre en lumière la richesse et la diversité du patrimoine d’Université Paris Cité : 24 documents imprimés et manuscrits, 11 objets dont un très rare mannequin d’acupuncture et une quarantaine d’échantillons de matière médicale… Ces œuvres apportent un éclairage nouveau sur le contexte et la manière dont les savoirs médicaux venus d’Orient et d’Occident se rencontrent et s’enrichissent mutuellement depuis le XVIe siècle. Elles illustrent deux des quatre grands parcours que le visiteur est invité à suivre. Le premier parcours intitulé « Orient et Occident : le dialogue des contraires » prend place parmi de précieux ouvrages encyclopédiques présentés dans une scénographie rappelant l’ambiance des bibliothèques anciennes. Les documents prêtés par l’université mêlent entre autres un monumental traité botanique du XVIIe siècle sur les propriétés médicinales de la flore de la côte de Malabar, des extraits du Pen-ts’ao, recueil de matière médicale chez les Chinois (plantes, minéraux et animaux), le premier ouvrage illustré sur la médecine chinoise publié en Europe en 1682 ou encore la première traduction en néerlandais du Shinkyû goku-hiden (La Tradition très secrète de l’acupuncture et de la moxibustion), due à Isaac Titsingh, un passeur essentiel entre l’Europe et le Japon à la fin du XVIIIe siècle.

Le deuxième parcours auquel le prêt contribue met en scène une « apothicairerie idéale » et présente la pharmacopée, l’acupuncture et la moxibustion. Les objets prêtés sont un mannequin en plâtre et carton laqué sur lequel sont figurés des points d’acupuncture (mannequin Tsoë-Bosi, XVIIIe siècle), des aiguilles et des porte-moxas ainsi que des plantes médicinales de la pharmacopée traditionnelle. On retrouve certaines de ces plantes dans les traités de matière médicale européens dès le XVIe siècle, sans que leurs auteurs aient nécessairement voyagé au-delà des confins de l’Europe occidentale ou même pu observer les plantes en question. Castor Durante, médecine, botaniste et poète italien, publie en 1585 une Collection de plantes médicinales d’Europe, d’Amérique et d’Asie, richement illustrée. Des échantillons de matière médicale conservés au Musée François-Tillequin, rapportés des divers voyages de savants européens ou orientaux, sont parvenus jusqu’à nous et sont également exposés pour l’occasion.

Un rouleau japonais exceptionnel

Le plus spectaculaire et le plus original de ces objets est un rouleau japonais (makimono ou makémono, composition picturale japonaise sur soie ou sur papier qu’on déroule horizontalement) conservé à la BIU Santé. Peint en 1842 et d’une longueur de dix-huit mètres environ, il détaille les résultats de la dissection anatomique d’un supplicié. Ces dessins accompagnés de légendes en caractères chinois montrent essentiellement la morphologie interne et externe du cadavre, celle de tous les organes et la coupe de certains d’entre eux.

L’exposition de ce rouleau, très rarement montré jusqu’ici, déroulé dans une vitrine sur une dizaine de mètres, lui assure une visibilité inédite. Pour accompagner le lancement de l’exposition, la bibliothèque numérique de la BIU Santé, Medica, propose de le parcourir dans son intégralité et de découvrir le contexte de son élaboration. La visionneuse Annona compatible IIIF permet de le visualiser en haute définition et de consulter chaque dessin annoté.

Liste des œuvres exposées

BIU Santé :

Musée d’Histoire de la Médecine :

  • Mannequin Tsoë-Bosi, n°inv. MHM.2022.624
  • Coussin avec six aiguilles d’acupuncture n°inv. MHM.2022.625
  • Trois porte-moxas n°inv. MHM.2022.626.1 / MHM.2022.626.2 / MHM.2022.626.3
  • Enveloppe contenant des aiguilles d’acupuncture n°inv MHM.2022.627 / MHM.2022.628 / 2022.629 / MHM.2022.630 / MHM.2022.631

À lire aussi

Formations Zotero sur inscription

Formations Zotero sur inscription

Cette année, les BU d'Université Paris Cité proposent régulièrement des sessions de formation au logiciel de gestion bibliographique Zotero. Mis à jour le 11 octobre 2023 Les bibliothèques proposent tout au long de l'année des sessions de...

Retour sur la Nuit des Musées 2024

Retour sur la Nuit des Musées 2024

Avec 764 visiteurs, le Musée d'Histoire de la Médecine a connu une fréquentation record à l'occasion de la Nuit européenne des musées 2024 ! Publié le 22 mai 2024 20ème édition de la Nuit européenne des MuséesSamedi 18 mai 2024 Le samedi 18 mai...