Le centenaire de l’Institut de psychologie a été célébré le 10 septembre dernier par l’ensemble de la communauté scientifique qui fait vivre ce berceau de la psychologie française.

Pour en savoir plus sur la création et l’évolution de l’Institut de Psychologie, consultez les pages dédiées sur le site de l’Institut.

De gauche à droite : David Vaidis, directeur-adjoint de l’Institut de Psychologie depuis 2021, Mathieu Cassotti, directeur-adjoint de l’Institut de 2017 à 2020 et responsable du master psychologie de l’éducation, Isabelle Jambaqué-Aubourg, directrice de l’Institut de Psychologie, Olivier Houdé, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, Christine Clerici, présidente d’Université de Paris, Sylvain Moutier, doyen de la Faculté Sociétés & Humanités, et Pascale Piolino, directrice du Laboratoire Mémoire, Cerveau et Cognition et directrice adjointe de l’Institut de Psychologie

« A 100 ans, l’Institut de psychologie est plein de vitalité, explique Isabelle Jambaqué-Aubourg, la directrice de l’UFR. L’offre de formation de la licence au Master est très attractive et les travaux de recherche figurent parmi les plus innovants ». La célébration du centenaire a été l’occasion pour l’académicien Olivier Houdé et d’autres personnalités de l’Institut de proposer de courtes présentations soulignant les caractéristiques de l’Institut de Psychologie durant la journée du vendredi 10 septembre. Les intervenants ont notamment rappelé que cette « maison » est historiquement le premier centre de formation universitaire pour les psychologues. De grandes figures du champ de la psychologie scientifique (Henri Piéron, Paul Fraisse, Daniel Lagache, …) ont façonné la réputation de l’Institut, aujourd’hui installé à Boulogne-Billancourt près de la Porte de Saint-Cloud.

 

Une large offre de formation et de recherche

Composante de la Faculté Sociétés et Humanités d’Université de Paris depuis 2020, l’Institut de psychologie a vocation à proposer des enseignements aux 3 500 étudiants présents sur le campus. « La psychologie attire de nombreux néo-bacheliers, nous avons frôlé les 10 000 candidatures sur Parcoursup cette année ». De la licence au doctorat, les différentes sous-disciplines y sont représentées : psychologie cognitive expérimentale, psychologie du développement de l’enfant et l’adolescent, de l’éducation et scolaire, psychologie clinique, psychologie de la santé, neuropsychologie, psychologie gérontologique, psychologie sociale et du travail, psychophysiologie et neurosciences… « C’est un des rares lieux de formation et de recherche à disposer d’un éventail de propositions aussi large », précise Isabelle Jambaqué-Aubourg. L’Institut de psychologie se distingue aussi par sa recherche expérimentale, clinique et appliquée dans les domaines de la santé, de l’éducation et des questions sociétales (7 laboratoires dont 2 UMRs et 5 URP).

 

 Un Institut en phase avec les enjeux de la société

« L’Institut de psychologie répond plus que jamais aux enjeux de notre société, affirme Isabelle Jambaqué-Aubourg. En 100 ans, la discipline de la psychologie scientifique s’est considérablement enrichie et réussit à apporter des réponses pertinentes aux problématiques de santé mentale ». La directrice estime par conséquent que l’Institut de psychologie a de beaux jours devant lui. « Psychologue est un beau métier, cette profession aux multiples facettes aide les individus à vivre ensemble et à assouvir leur quête de sens et d’estime de soi ».

À lire aussi