Chez les patients atteints de pneumonie COVID-19 modérée à sévère, les résultats de l’essai CORIMUNO-TOCIDEX montrent que l’association dexamethasone + Tocilizumab n’est pas significativement supérieure à la dexaméthasone seule pour la mortalité et/ou le recours à la ventilation mécanique à J+14. Ces résultats ont été publiés le 24 mars 2022 dans la revue EclinicalMedicine.

Chez certains patients avec pneumonie COVID-19, un état hyperinflammatoire d’origine immunologique contribue à l’insuffisance respiratoire aigüe et au décès. La plateforme CORIMUNO-19 a été rapidement mise en place en mars 2020 pour permettre de tester l’efficacité et la tolérance de divers médicaments immuno-modulateurs chez les patients adultes avec pneumonie COVID-19 modérée, sévère ou critique, grâce à une série d’essais randomisés contrôlés multicentriques, qui ont débuté le 27 mars 2020.

La revue EclinicalMedicine du 24 mars 2022 a publié l’essai randomisé CORIMUNO-TOCIDEX, le 1er essai contrôlé ayant comparé la dexamethasone, le traitement de référence du COVID sévère, à l’association dexamethasone + Tocilizumab, un anticorps monoclonal qui bloque le récepteur de la cytokine interleukine-6 (IL-6)(1) et qui est utilisé notamment dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde et du syndrome de relargage cytokinique associé aux traitements par cellules CAR-T dans les lymphomes/leucémies. Le critère principal n’est pas atteint : décès ou ventilation mécanique (Hazard ratio [HR]=0,85, 90% credible interval [CrI] 0,55 – 1,31). En particulier, la différence de survie entre les deux bras de l’essai n’est pas significative. L’étude démontre cependant un avantage significatif de la combinaison en termes d’amélioration clinique mesurée par l’échelle de l’OMS lors des 14 premiers jours, de durée d’hospitalisation et de dépendance à l’oxygène, ainsi qu‘une tendance à l’amélioration de la survie avec la combinaison (HR=0,77, 95% CI 0,42 – 1,41) du même ordre que celle observée post hoc dans les meta-analyses ayant comparé le tocilizumab avec ou sans dexamethasone au traitement usuel.

Dans cet essai CORIMUNO-TOCIDEX, l’association du tocilizumab à la dexamethasone n’a pas entraîné plus d’effets indésirables sévères que la dexaméthasone seule, et en particulier la proportion d’infections bactériennes était plus faible avec la combinaison (12,5% vs 22,1%).

En résumé, cette nouvelle étude sur l’association du tocilizumab à la dexamethasone dans le traitement des pneumonies COVID moyennes à sévères, n’a pas atteint la significativité sur le critère principal de jugement. Cependant, les effets observés sur les critères secondaires nécessitent une confirmation pour démontrer l’intérêt de cette association sur la récupération clinique plus rapide et l’amélioration de la survie à trois mois.

Par ailleurs, les essais évaluant le tocilizumab et le sarilumab chez les malades en réanimation par le groupe CORIMUNO viennent d’être publiés dans European Respiratory Journal. Le critère principal n’est pas atteint.

 

Cet essai a été conduit par la collaboration de recherche académique COVID-19 Assistance Publique-Hôpitaux de Paris/Université Paris Cité/Université Paris-Saclay/Université/INSERM-REACTing.
La plateforme d’essais cliniques CORIMUNO-19 est promue et financée par l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, et soutenue par l’Inserm via son consortium REACTing (intégré dans l’ANRS Maladies Infectieuses Emergentes depuis janvier 2021).
L’essai a reçu un financement du Programme Hospitalier de Recherche Clinique du Ministère de la Santé, un financement d’amorçage de l’Inserm par le biais du consortium REACTing/INSERM via la Fondation pour la Recherche Médicale, Paris, France, et un financement de la Fondation AP-HP pour la recherche, Paris, France. Le tocilizumab ainsi que 4 000 kits de dosage Elecsys d’interleukine 6 ont été fournis sans conditions par le laboratoire Roche, qui n’a été impliqué ni dans la conception de l’essai, la collection des données, l’analyse, l’interprétation, l’écriture du manuscrit ni dans la gouvernance de l’essai.
· Investigateur coordinateur : Pr O. Hermine, Hôpital Necker, AP-HP, Imagine Institute, INSERM U1163, Université Paris Cité.
· Co Investigateur coordinateur : Pr X. Mariette, Hôpital Bicêtre, AP-HP, INSERM U1184, Université Paris-Saclay.
· Directeur scientifique : Dr P.L. Tharaux, Paris Centre de Recherche Cardiovasculaire (PARCC), INSERM, Université Paris Cité.
· Conception et coordination de la plateforme d’essais CORIMUNO : Pr P. Ravaud, Center for Clinical Epidemiology, Hôpital Hôtel Dieu, AP-HP, CRESS, INSERM U1153, Université Paris Cité.
· Statisticien : Pr R. Porcher, Center for Clinical Epidemiology, Hôpital Hôtel Dieu, AP-HP, CRESS, INSERM U1153, Université Paris Cité.
· Data management : Pr M. Resche-Rigon (Clinical Trial Unit, Hôpital Saint Louis, AP-HP), CRESS, INSERM U1153, Université Paris Cité
· Coordination logistique et monitoring: Pr T. Simon, URC-CRC-CRB de l’Est Parisien, Hôpital Saint-Antoine AP-HP, Université Pierre et Marie Curie.
· Organisation de la collection des données : Pr M Dougados, Hôpital Cochin, AP-HP, CRESS, INSERM U1153, Université Paris Cité.

Références

Tocilizumab plus dexamethasone versus dexamethasone in patients with moderate-to-severe COVID-19 pneumonia: A randomised clinical trial from the CORIMUNO-19 study group

DOI : https://doi.org/10.1016/j.eclinm.2022.101362

À lire aussi

Pause, un programme pour se reconstruire

Pause, un programme pour se reconstruire

Dans le cadre du programme PAUSE, lancé par le Collège de France, Université Paris Cité accompagne et accueille les chercheuses et chercheurs en danger contraint.e à l’exil. Depuis son lancement en 2017, plus de 17 chercheurs et chercheuses ont pu exercer leur activité au sein des laboratoires d’Université Paris Cité

lire plus