Les écarts de rémunération entre les femmes et les hommes à l’université Paris Cité en 2023

Dans le cadre du décret 5 décembre 2023 relatif à la mesure et à la réduction des écarts de rémunération entre les femmes et les hommes dans la fonction publique de l’État, l’université Paris Cité publie son index annuel de l’égalité professionnelle. Avec une note globale de 98/100 pour l’année 2023, l’établissement réaffirme son engagement en faveur des égalités, de la diversité et de l’inclusion.

Les décrets n° 2023-1136 et n° 2023-1137 du 5 décembre 2023 introduisent, pour les établissements publics de l’État gérant plus de cinquante agents publics, l’obligation de production et de publication d’indicateurs permettant de mesurer les écarts de rémunération et de situation entre les femmes et les hommes dans la fonction publique de l’État.

La note globale obtenue par l’université Paris Cité portant sur l’analyse des rémunérations de l’année 2023 est de 98/100

Comment est calculé cet indice ?

Pour l’ensemble des indicateurs, l’analyse des écarts de rémunération entre les femmes et les hommes s’est faite à partir de l’outil fourni par la Direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP) et des données de l’établissement pour l’année 2023.

Trois indicateurs ont été ainsi calculés par l’université Paris Cité :

  1. l’écart global de rémunération entre les femmes et les hommes, pour les fonctionnaires, c’est-à-dire les personnels titulaires, enseignants-chercheurs et enseignantes-chercheuses, enseignants et enseignantes, personnels BIATSS. L’écart est calculé à partir de la moyenne de la rémunération des femmes comparée à celle des hommes, à corps, grade et échelon équivalents ;
  2. l’écart global de rémunération entre les femmes et les hommes, pour les agents contractuels. Ceci comprend les enseignants-chercheurs et enseignantes-chercheuses contractuelles, enseignants et enseignantes contractuelles, ainsi que des personnels BIATSS sur besoin/emploi permanent. L’écart est calculé à partir de la moyenne de la rémunération des femmes comparée à celle des hommes, à catégorie équivalente (catégorie A, B et C) ;
  3. le nombre d’agents publics du sexe sous-représenté parmi les dix agents publics ayant perçu les plus hautes rémunérations.

Le résultat de chacun de ces indicateurs a permis de déterminer une note sur 40 pour les deux premiers indicateurs et sur 20 pour le troisième. Ceci donne une note globale sur 100 à l’établissement. Les décrets cités ci-dessus demandent à ce que la cible de 75/100 soit atteinte.

Les résultats UPCité en détail

La note globale de 98/100 obtenue par l’université Paris Cité se décompose ainsi :

  • pour l’indicateur relatif aux écarts de rémunération F/H des fonctionnaires : 39/40 ;
  • pour l’indicateur relatif aux écarts de rémunération F/M contractuels : 39/40 ;
  • pour l’indicateur relatif aux dix plus hautes rémunérations : 20/20. Parmi les plus hautes rémunérations versées, se trouvent cinq femmes et cinq hommes.

 

À lire aussi

Le Deeptech Tour 2024 arrive à Paris !

Le Deeptech Tour 2024 arrive à Paris !

Créer des ponts entre le monde de l’entrepreneuriat et celui de la recherche, c’est le rôle du Deeptech Tour. Organisée par Bpifrance, cette tournée des campus français vise à réunir l’écosystème universitaire, les acteurs économiques locaux et les structures...

lire plus
Mesurer la pollution de l’air dans l’écorce des platanes !

Mesurer la pollution de l’air dans l’écorce des platanes !

Le projet de science participative Ecorc’Air propose de collecter des écorces de platanes afin d’établir une cartographie précise de la pollution aux particules fines métalliques liée majoritairement à la circulation automobile, et de mesurer son évolution. Les échantillons sont à envoyer à l’IPGP, où seront faites les analyses magnétiques et chimiques de détection de cette pollution.

lire plus