Louise Fliedel, doctorante à Université de Paris au sein de l’École Doctorale 563 Médicament, toxicologie, chimie et imageries, fait partie des 16 finalistes du concours national Ma Thèse en 180 secondes. Rendez-vous le 10 juin 2021 pour la finale.

Louise Fliedel, finaliste de l’édition 2021 de Ma Thèse en 180 secondes.

MT180 propose aux doctorants et doctorantes qui le souhaitent de présenter leur thèse en trois minutes chrono, dans un langage accessible à tous et mettant en valeur l’originalité et l’importance de leurs recherches. Organisée par la CPU et le CNRS, la demi-finale nationale a eu lieu jeudi 1er avril sur YouTube, parrainée par le journaliste scientifique Fred Courant. Elle comptait 58 doctorantes et doctorants de toute la France, dont Camille Gaulon et Louise Fliedel d’Université de Paris. Le jury a eu à sélectionner les 16 finalistes à partir des vidéos réalisées lors des finales de chaque regroupement universitaire.

Louise a ainsi décroché son ticket pour la finale nationale qui se déroulera le 10 juin prochain. Elle nous confie sa surprise et son plaisir de partir en finale.

 

Louise, quelle a été votre réaction à l’annonce des résultats ?

La surprise ! Dans ce genre de situation on n’ose pas trop y croire. J’avais vu quelques vidéos des 58 demi-finalistes et le niveau m’a paru très élevé. Je suis vraiment heureuse d’avoir convaincu le jury avec mon exposé et d’avoir été sélectionnée.

 

Comment envisagez-vous la finale le 10 juin prochain ?

J’espère vraiment pouvoir refaire ma présentation en vrai, si les conditions sanitaires le permettent à nouveau. Je suis aussi très heureuse parce que cela va donner encore plus de visibilité à mon sujet de thèse au niveau national – le développement de nanomédicaments pour les pathologies associées à la grossesse. C’est un vrai problème de santé publique et nous sommes encore trop peu à travailler sur cette thématique. J’espère pouvoir donner l’envie à de futurs chercheurs de travailler dans ce domaine passionnant. 

 

De quelle manière cette participation à MT180 s’inscrit-elle dans votre travail de thèse ?

Pour moi, être arrivée à ce stade de la compétition est une vraie victoire personnelle. La troisième année de thèse est une période charnière où on doute beaucoup de soi et on peut avoir du mal à se positionner dans son projet. Participer à MT180 m’a permis de prendre le recul nécessaire pour attaquer la dernière ligne droite avec plus de sérénité. 

Et enfin cette sélection est le reflet de beaucoup de travail et du soutien de mon laboratoire et de l’équipe MT180 du groupement ASPC. Merci à tous ! Je tiens particulièrement à remercier ma directrice de thèse – la professeure Karine Andrieux -, la directrice de mon laboratoire – la docteure Nathalie Mignet -, l’UTCBS, le directeur du laboratoire 3PHM en collaboration sur ce projet – le docteur Thierry Fournier. Et merci à tous mes collègues qui me soutiennent tous les jours !

 

 

Nous félicitons bien entendu Louise Fliedel mais aussi Camille Gaulon pour son parcours jusqu’en demi-finale, et bien-sûr les 16 autres candidats de l’Alliance Sorbonne Paris Cité. Rendez-vous est pris le 10 juin pour suivre la finale nationale et connaître le ou la lauréate de l’édition 2021. Bonne chance Louise !

 

 

 

Revoir la demi-finale nationale de Ma Thèse en 180 secondes.

À lire aussi