L’Institut Pasteur lance, en collaboration avec l’Institut Covid 19 Ad Memoriam (Université Paris Cité / IRD), un appel à projets visant à documenter l’action et l’engagement des Pasteuriennes et des Pasteuriens lors de la pandémie provoquée par le SARS-CoV-2. 

Objet de l’AAP

Dès les premiers temps de l’épidémie, le personnel – scientifique et non scientifique – de l’Institut Pasteur a été fortement mobilisé dans le cadre de la riposte sanitaire nationale et internationale. Cette mobilisation et les nombreuses avancées auxquelles elle a conduit, ont confirmé le rôle essentiel de l’Institut Pasteur dans le domaine de la lutte contre les pathogènes émergents et de la santé publique en général.

Toutefois, au-delà des résultats de recherche médiatisés, qu’en est-il des motivations et valeurs qui soutiennent l’action et les choix des Pasteuriens, et de la façon dont ils vivent leur travail, en particulier lorsqu’en raison d’une pandémie comme celle que le monde traverse, la médiatisation et les attentes sociales s’intensifient

De quoi fut fait – de quoi est encore fait – l’engagement des Pasteuriens dans cette temporalité particulière ? Au-delà de l’excellence scientifique, quel sens les Pasteuriens donnent-ils à leur action dans ce contexte ?  Comment s’appuient-ils sur « l’héritage » et les « valeurs pasteuriennes » ?

Répondre à ces questions, documenter en profondeur cette période spécifique, comprendre les valeurs et motivations qui sous-tendent l’action des Pasteuriens « en temps de pandémie », c’est l’objectif de l’appel à projets lancé ce 28 mai par l’Institut Pasteur.

 

Lauréats

L’appel à projets permettra d’attribuer, à l’issue d’un processus de sélection indépendant, un financement de deux ans à une équipe pluridisciplinaire de 2 post-doctorants issus du champ des sciences humaines et sociales (disciplines éligibles : histoire, sociologie, anthropologie, philosophie et éthique). L’équipe lauréate de cet appel conduira des interviews auprès du personnel pasteurien, scientifique et non scientifique, et s’attachera à en analyser le contenu du point de vue du sens donné par les Pasteuriennes et Pasteuriens à leurs actions.

Rattachée au Centre de ressources et d’information scientifique (CeRIS), l’équipe lauréate bénéficiera d’un suivi régulier par le comité de pilotage dédié et placé sous la responsabilité d’Annick Opinel, historienne et philosophe des sciences et d’un suivi annuel par un comité scientifique  présidé par Anne-Marie Moulin, médecin et philosophe, directrice de recherche émérite au CNRS et membre de la mission indépendante nationale sur l’évaluation de la gestion de la crise du Covid-19 et sur l’anticipation des risques pandémiques.

L’ensemble du projet sera conduit en étroite collaboration avec l’Institut Covid 19 Ad Memoriam.

Cet appel à projets constitue une déclinaison importante de l’initiative portée par l’Institut Covid-19 Ad Memoriam qui associe des « mondes » multiples – chercheurs, soignants, artistes, juristes, associations de victimes, autorités spirituelles, culturelles et grands courants de pensée, représentants de la société civile, entrepreneurs, étudiants… – pour élaborer une réflexion commune sur la pandémie de COVID-19 et collecter, archiver, analyser  les traces et mémoires de celle-ci.

 

Calendrier

La date limite du dépôt des projets de recherche pluridisciplinaire rédigés en français est fixée au 7 juillet 2021, à minuit.

 

Conditions d’éligibilité et composition du dossier de soumission

À lire aussi

Le Deeptech Tour 2024 arrive à Paris !

Le Deeptech Tour 2024 arrive à Paris !

Créer des ponts entre le monde de l’entrepreneuriat et celui de la recherche, c’est le rôle du Deeptech Tour. Organisée par Bpifrance, cette tournée des campus français vise à réunir l’écosystème universitaire, les acteurs économiques locaux et les structures...

Mesurer la pollution de l’air dans l’écorce des platanes !

Mesurer la pollution de l’air dans l’écorce des platanes !

Le projet de science participative Ecorc’Air propose de collecter des écorces de platanes afin d’établir une cartographie précise de la pollution aux particules fines métalliques liée majoritairement à la circulation automobile, et de mesurer son évolution. Les échantillons sont à envoyer à l’IPGP, où seront faites les analyses magnétiques et chimiques de détection de cette pollution.