Mae Jemison et Claudie Haigneré, deux scientifiques inspirantes dont les noms sont restés dans l’ombre. Médecins, neuroscientifiques et spationautes, elles sont deux des premières femmes à avoir côtoyé les étoiles. Les portraits qui suivent révèlent leurs parcours impressionnants.

Mae Jemison 

`Mae Jemison est un modèle pour les femmes noires dans la recherche scientifique. Elle est en effet la première femme noire astronaute, mais pas seulement. Revenons un peu en arrière. Enfant, Mae souhaite déjà être scientifique. Elle obtient son diplôme de médecine en 1981 et apporte ses compétences médicales à Cuba, au Kenya et en Thaïlande. Elle rejoint ensuite le Corps de la Paix et y œuvre en tant qu’officier médical. Embauchée par la NASA en 1987, elle vérifie le programme de la navette Endeavour, dans laquelle elle décolle pour la mission STS-47 en 1992. Elle y réalise des expériences sur les cellules osseuses et le développement de têtards en gravité zéro ainsi que des recherches sur l’apesanteur et le mal des transports. Ces expériences s’ancrent dans l’étude de l’impact de la gravité zéro sur les corps.

Sa vie d’astronaute s’arrête en 1993. Mae quitte la NASA et fonde le Groupe Jemison qui développe des technologies pour le quotidien. Le projet The Earth We Share de sa fondation Dorothy Jemison, nommée en l’honneur de sa mère organise des camps scientifiques pour adolescents. En 2012, elle fonde BioSentientCorp qui travaille sur le système nerveux. Elle encourage les jeunes dans la recherche agricole suite à un partenariat avec Bayer en 2018.

Mae est aussi la première astronaute à jouer dans Star Trek. LEGO® a même créé une figurine à son effigie, aux côtés de Sally Ride, Nancy Grace Roman et Margaret Hamilton, scientifiques emblématiques de la NASA.

Claudie Haigneré 

En janvier 2001, Claudie Haigneré embarque à bord de l’ISS. Mais elle n’en est pas à son premier essai dans l’espace : le 17 août 1996, elle atteint pour la première fois les étoiles durant un vol de 16 jours avec la mission Cassiopée. Elle est alors la première française à quitter la Terre. Elle réitérera l’expérience dans l’espace lors de missions franco-russes et de programmes organisés par le CNES (Centre national d’études spatiales).

Pourtant, avant de se spécialiser en aéronautique, Claudie Haigneré, née Claudie André-Deshays en 1957, est médecin et chercheuse en neurosciences. Entre programmes expérimentaux dans les domaines de l’observation de la Terre, de l’étude de l’ionosphère, des sciences de la vie et des sciences de la matière, elle occupe également une place importante en politique.

Elle se retrouve en 2002 ministre déléguée à la Recherche et aux nouvelles technologies, puis ministre déléguée aux Affaires européennes. Pour réconcilier les sciences et la culture, elle est choisie pour présider Universciences, structure regroupant deux pôles emblématiques de la culture scientifique : la Cité des Sciences et le Palais de la Découverte. En remerciement à tout ce qu’elle a apporté dans des domaines aussi variés que pointus, elle est aujourd’hui décorée de nombreuses récompenses à travers le monde telle que l’honorable Légion d’honneur.

À lire aussi

Documents de référence

Documents de référence

Guides, contacts et chiffres clefs Une politique handicap transversale La politique handicap d’Université Paris Cité vise à soutenir les parcours de formation des étudiantes et étudiants en situation de handicap ainsi que l’insertion...

« Gros » n’est pas un gros mot

« Gros » n’est pas un gros mot

La grossophobie touche tous les aspects de la vie et les exemples et les témoignages présents dans le livre viennent illustrer ce que peut-être la vie des personnes en surpoids dans les transports, au travail, pour accéder aux soins médicaux, dans les restaurants, pour s’habiller, dans le cercle familial, amical ou dans les relations amoureuses.

Ciné-débat : Au-delà des mers, rêve de théâtre

Ciné-débat : Au-delà des mers, rêve de théâtre

Le 22 mars, à l’occasion du Mois des égalités, l’association « L’œil des moulins » dont les membres sont des étudiantes et étudiants de la formation « Documentaire: écritures du monde contemporain », propose une projection du film « Au-delà des mers : rêve de théâtre » suivie d’un temps d’échange avec la réalisatrice du film Marie Maffre.