Le taux de mortalité infantile est un indicateur clé de la santé d’une population. En l’absence de données actualisées sur les tendances statistiques de cet indicateur en France, des chercheurs et chercheuses de l’Inserm, d’Université Paris Cité, de l’AP-HP et du CHU de Nantes, en collaboration avec des équipes de l’Université de Californie, ont analysé les données d’état civil de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) entre 2001 et 2019. Ils ont pu identifier une augmentation significative du taux de mortalité infantile depuis l’année 2012, la France s’éloignant ainsi de la situation d’autres pays avec des économies développées.

© Adobe Stock

Les résultats publiés dans le journal The Lancet Regional Health – Europe  témoignent de l’importance d’approfondir la recherche des causes précises de ces 1200 décès par excès observés chaque année en France avant l’âge d’un an.

Les Nations Unies ont fixé comme l’un de leurs objectifs prioritaires l’élimination des décès évitables d’enfants d’ici à 2030. La grande majorité des décès pédiatriques survenant au cours de la première année de vie, on utilise le taux de mortalité infantile[1] pour suivre la progression vers cet objectif. Ce taux est un indicateur clé de la santé de la population, étant donné sa forte relation avec le développement socio-économique et la qualité des soins préventifs et curatifs existants dans le pays. Dans certains pays avec des économies avancées comme la Finlande et la Suède, la réduction du taux de mortalité infantile est continue depuis la Seconde Guerre mondiale. Dans d’autres pays comme la France, cette baisse semble ralentir.

Des scientifiques de l’Inserm, d’Université Paris Cité, de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, du CHU de Nantes et de l’Université de Californie ont voulu aller plus loin dans les analyses statistiques de l’évolution du taux de mortalité infantile en France et se sont plus spécifiquement intéressés à la période de 2001 à 2019.

Au cours de cette période d’étude, 53 077 décès de nourrissons ont été enregistrés parmi les 14 622 096 naissances vivantes, soit un taux de mortalité infantile moyen de 3,63/1 000 (4,00 chez les garçons, 3,25 chez les filles). Près d’un quart des décès (24,4%) sont survenus au cours du premier jour de vie et la moitié (47,8%) au cours de la période néonatale précoce, soit au cours de la première semaine suivant la naissance.

Une analyse statistique poussée a identifié deux points d’inflexion en 2005 et 2012 (figure ci-dessus). Le taux de mortalité infantile a fortement diminué de 2001 à 2005, puis de façon plus lente de 2005 à 2012. À partir de 2012, une augmentation significative du taux de mortalité infantile a été observée. Cette augmentation de 7% a fait passer la mortalité infantile de 3.32 en 2012 à 3.56 décès pour 1000 naissances vivantes en 2019. Des analyses de sensibilité[2] ont montré que cette tendance n’était pas liée à la modification des pratiques d’état-civil, ni à la modification des pratiques médicales pour la prise en charge des nouveau-nés atteints d’affections graves. Des analyses en sous-groupes indiquent que cette hausse est principalement due à une augmentation du taux de mortalité infantile dans la période néonatale précoce.

« Grâce à des analyses statistiques poussées, nous avons identifié une aggravation significative du taux de mortalité infantile en France depuis 2012. En comparant les données par rapport à d’autres pays européens à économie similaire tels que la Suède et la Finlande, on observe chaque année en France un excès d’environ 1200 décès d’enfants âgés de moins d’un an », explique le Pr Martin Chalumeau, dernier auteur de l’étude. « Il est primordial de pouvoir explorer en détail les causes de cette augmentation en disposant par exemple d’informations systématiques sur les circonstances médicales et sociales précises de ces décès et en faisant de cette population, qui est la plus vulnérable, une réelle priorité de recherche et de santé publique, ce qui n’est pas le cas actuellement », conclut l’enseignant-chercheur.

 

[1] Le taux de mortalité infantile (TMI) a été défini comme le nombre de décès d’enfants de moins d’un an (J0-J364) pour 1 000 naissances vivantes en une période donnée
[2] Analyses complémentaires qui permettent d’étayer la robustesse des analyses principales

Références

Recent historic increase of infant mortality in France: a time-series analysis, 2001 to 2019

Nhung TH Trinh1, Sophie de Visme1,2, Jérémie F. Cohen1,3, Tim Bruckner4, Nathalie Lelong1, Pauline Adnot3, Jean-Christophe Rozé2,5, Béatrice Blondel1, François Goffinet1,6, Grégoire Rey7, Pierre-Yves Ancel1,8, Jennifer Zeitlin1, Martin Chalumeau1,3 

  1. Université Paris Cité, Centre of Research in Epidemiology and Statistics (CRESS), Obstetrical, Perinatal and Pediatric Epidemiology research team, INSERM, F-75004 Paris, France
  2. Centre d’Investigation Clinique, CIC 1413, INSERM, Nantes University Hospital, Nantes, France
  3. Department of General Pediatrics and Pediatric Infectious Diseases, AP-HP, Hôpital Necker – Enfants malades, Université Paris Cité, Paris, France
  4. Program in Public Health and Center for Population, Inequality, and Policy, University of California, Irvine, CA, USA
  5. Department of Neonatology, Nantes University Hospital, Nantes, France
  6. Maternité Port-Royal, AP-HP, Hôpital Cochin, Université Paris Cité, Paris, France
  7. Center for epidemiology on medical causes of death (CépiDc), INSERM, Le Kremlin-Bicêtre, France
  8. Clinical Investigation Centre P1419, Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, Paris, France

 

DOI : Lancet Regional Health Europe, 01 mars 2022

À lire aussi

Instituts hors murs : du laboratoire au patient

Instituts hors murs : du laboratoire au patient

A sa création, il y a trois ans, la Faculté de Santé d’Université Paris Cité a souhaité impulser une synergie sur son territoire de recherche de plus de 200 équipes et s’étendant sur l’ensemble de Paris. Pour cela, elle a initié la création d’Instituts Hors Murs....

Premier séisme de magnitude 5 « entendu » sur Mars

Premier séisme de magnitude 5 « entendu » sur Mars

Un « tremblement de Mars », de magnitude estimée à 5, a fait vibrer la planète rouge dans la nuit du 04 au 05 mai 2022. L’instrument français SEIS, déployé sur le sol par l’atterrisseur InSight de la NASA, était aux premières loges pour l'enregistrer. Les équipes du...