Andre Emmanuelle Andre Emmanuelle
Know about me Andre Emmanuelle

Andre Emmanuelle

Designation:

Professeure des universités

Email:

emmanuelle.andre@univ-paris-diderot.fr

Department:

Enseignants chercheurs,Responsables pédagogiques

Responsabilités scientifiques / administratives / pédagogiques

  • Responsable de l’axe EMOI du CERILAC
  • Co-responsable du Master Études cinématographiques
  • Co-responsable du Master Film Studies, avec Martine Beugnet, ( UFR LAC et Études anglophones).
  • Directrice adjointe du projet de recherche L’Esthétique au présent : puissances de l’image mouvante, financé par la Fondation Balzan (sous la responsabilité de Jacques Aumont, professeur émérite à l’université de Paris-3, lauréat 2019 du Prix Balzan).
  • Co-responsable du parcours "Archives et devenir des images" (Master) à la Cinémathèque française avec Frédérique Berthet
  • Co-responsable du parcours « Archi Vives » (Master) à la Cinémathèque française (ici) avec Frédérique Berthet, Joël Daire et Véronique Rossignol

Domaines de recherche

  • Esthétique du cinéma, histoire visuelle, histoire de l’art.

Section CNU

  • 18ème

Publications

Publications à paraître

L’œil distrait. Figures et contextes de la dispersion du regard, E. André, N. Delbard (dir.), aux Presses du Septentrion, parution 2020

Ouvrages personnels

L’attrait de la lune, Éditions Yellow Now, coll. « Motifs », 2020.

L’œil détourné. Mains et imaginaires tactiles au cinéma, De l’incidence éditeur, 2020. https://www.delincidenceediteur.fr/l-oeil-detourne

L’attrait du téléphone, en collaboration avec Dork Zabunyan, Yellow Now, coll. « Motifs », 2013.

Le choc du sujet. De l’hystérie au cinéma (XIXe-XXIe siècle), Presses Universitaires de Rennes, coll. « Le Spectaculaire », 2011.

Esthétique du motif. Cinéma, musique, peinture, Presses Universitaires de Vincennes, Collection « Esthétiques hors cadre », 2007.

Direction d'ouvrages de recherche

Michèle Lagny, Imaginaires cinématographiques de l’histoire. Textes réunis et présentés par Emmanuelle André, Christa Blümlinger, Sylvie Lindeperg, Sylvie Rollet Livre pour Michèle, coll. « L’esprit du cinéma », 2020.

Questions de cinéma, problèmes d’anthropologie, dirigé avec Luc Vancheri et Olivier Cheval. Écrans, Classiques Garnier, 2017.

Des mains modernes. Cinéma, danse, photographie, théâtre – dirigé en collaboration avec Claudia Palazzolo et Emmanuel Siety, L’Harmattan-Ideat CNRS, coll. « Sciences de l’art », 2008.

Tout contre le réel : miroirs du fait divers. Littérature, théâtre, cinéma – dirigé en collaboration avec Hélène Kuntz et Martin Boyer-Weinmann, Les Éditions Le Manuscrit université, coll. « L'esprit des Lettres », 2008.

Articles (sur les cinq dernières années)

Chapitres d’ouvrages

« L’insecte volant la vue », La prise. Poétique et archéologie d'un geste de cinéma in Sarah Ohana, Nathalie Mauffrey, Marie Frappat (dir.), Éditions Mimesis, coll. Images mediums

« L’effet encrier du cinéma animé » in Patrick Barrès et Sophie Lécole Solnychkine (dir.), Faire le noir, Cinéma et plasticité, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, coll. « Formes cinématographiques », à paraître 2020.

« L’œil mobile ou l’art de filmer les lions (French Cancan, 1954, Boudu, 1932) », L’œil mouvementé. Esthétique des images et oculométrie, in Nathalie Delbard et Dork Zabunyan (dir.), Dijon, Les Presses du Réel, collection Fabula, parution 2019.

« Anatomie politique du geste. Les organes du pouvoir au cinéma » in Véronique Campan, Marie Martin et Sylvie Rollet (dir), Qu'est-ce qu'un geste politique au cinéma ?, Rennes, PUR, mars 2019, p. 93-106.

« Cinéma, merveille anthropologique » in Emmanuelle André, Luc Vancheri, Olivier Cheval (dir.) Questions de cinéma, problèmes d’anthropologie, Écrans, Classiques Garnier, n° 7, 2017 – 1, p. 11-15.

« Un geste pour voir. Galilée au cinéma, in Christa Blümlinger, Mathias Lavin, Geste filmé, gestes filmiques, Éditions Mimésis, Images médiums, 2018, p. 123-141.

« Seeing through the Fingertips », Indefinite Visions. Cinema and the Attractions of Uncertainty, Martine Beugnet, Allan Cameron, Arild Fetveit (ed.), Edinburgh University Press, 2017, p. 273-287.

« Le découpage de l’homme occidental ou l’animation du visible », in Le découpage au cinéma, Vincent Amiel, José Moure, Gilles Mouëllic (dir.), PUR, coll. « Le spectaculaire », 2016, p. 343-359.

« La mano. Pelicula sobre mano » in Jordi Ballo y Alain Bergala (eds.), Motivos visuales del cine, Galaxia Gutemberg, Barcelona, 2016, p. 365-367.

Articles

« L’insecte magnifié au cinéma » Trafic n° 105, printemps 2018, p. 117-127.

« Effet spécial : l’incandescence du voir dans les films de Martin Arnold », revue CinémaS, CInelektra 8, Montréal, volume 28, numéro 1, Automne 2017, p. 9-28.

« Le geste d’écorchement au cinéma. La Renaissance revisitée », site Fabula, actes du colloque Organicité du corps technologique dirigé par Emmanuelle André et Evelyne Grossman, édité par La recherche en littérature, 18 juillet 2018 (https://www.fabula.org/colloques/document5558.php)

Martin Arnold on Walt Disney: to show per via di levare (by means of substraction), Screen Volume 58, Number 2 Summer 2017, p. 210-217.

« La pornographie au scalpel (Dead Ringers, David Cronenberg, 1988), revue Textuel « Pornographies », numéro dirigé par Emmanuelle André et Laurent Zimmerman, décembre 2015, 125-131.

« Le cinéma, “archive des gestes à venir” », revue Trafic n° 95 automne 2015, p. 77-87.

« Voir du bout des doigts (Adieu au langage, J.-L. Godard, 2012 et We Can’t Go Home Again, Nicholas Ray, 1971), revue Vertigo n° 48, automne 2015, p. 33-42.

« Anatomie virtuelle : l'homme (in)sensible (Dillinger est mort, Marco Ferreri, 1970) », revue Écrans, « Expanded Cinéma », sous la direction de Raphaël Jaudon, Luc Vancheri et Dario Marchiori, n° 3, Éditions Classiques Garnier, 2015, p. 125-138.

« Mélancolie des fragments mutilés. Les Mains d’Orlac », revue Trafic n° 93 printemps 2015, p. 126-135.