« L’émission était presque parfaite », ça vous parle ? Pour cette rentrée 2019, le podcast se refait une beauté et prend un nouveau départ. Animée par Aurélien Rapatel, étudiant en Master 2 de Cinéma à l’Université de Paris, l’émission change de nom « Clap m’en cinq » et adopte une nouvelle formule plus rythmée et dynamisée par l’intervention de plusieurs spécialistes du cinéma (réalisateurs, comédiens, scénaristes, monteurs etc.)

L’équipe Clap m’en cinq (de gauche à droite) : Sébastien Fanet, Paula Fréson, Lou Howard (invitée des premiers podcasts), Aurélien Rapatel et Elsa Morel. 

© Université de Paris

Au programme de ces émissions diffusées les lundis, mercredis et vendredis, l’équipe de Clap m’en cinq prévoit des critiques de films, des interviews, des débats et des jeux. Ce format de podcast s’adapte donc au choix d’une cible particulière, les 15-30 ans, et révèle une volonté de se perfectionner afin de se professionnaliser.

« Le but de l’émission est toujours de parler cinéma dans une ambiance fun » affirme Elsa Morel, étudiante en M1 de Cinéma à l’Université de Paris et chroniqueuse de Clap m’en cinq. « On ne veut pas que ce soit pompeux mais que ça reste accessible à tous » ajoute Aurélien.

 

Une nouvelle stratégie éditoriale 

Pour augmenter leur visibilité, l’équipe de Clap m’en cinq a travaillé sur sa communication. Leur objectif ? Atteindre 10 000 abonnés sur une de leur plateforme. En effet, pour Aurélien « un podcast qui marche c’est 10 000 écoutes ». Et comme nous l’explique Elsa, la stratégie de communication commence par les réseaux sociaux qu’il faut régulièrement alimenter afin de créer une véritable communauté autour du podcast : « On va devoir créer du contenu exclusif pour nos réseaux sociaux et pas seulement s’en servir pour annoncer la sortie d’un podcast. Nous allons utiliser ces outils pour interagir avec nos auditeurs et les fidéliser ! » L’équipe a donc revu sa ligne éditoriale, à commencer par le choix d’une cible : « Même si nos podcasts sont ouverts à tous, nous souhaitons toucher les 15-30 ans en priorité. Fixer une tranche d’âge nous permet d’affiner notre ligne éditoriale » précise Elsa.

L’équipe a également choisi de revoir le format, plus court et plus régulier : « On s’est rendu compte qu’un format de 1h30 est difficile à écouter pour les auditeurs, c’est beaucoup trop long et c’est pourquoi nous avons décidé de réduire à 20 minutes » raconte Aurélien. Le bilan de l’ancien format de podcast reste assez positif puisque l’équipe garde l’essence même de l’émission : « Nous gardons ce qui a marché lors de la précédente version de podcast : c’est-à-dire la diversité des films proposés, le divertissement et surtout l’ambiance puisque plusieurs anciens chroniqueurs reviendront animer les nouveaux podcasts » affirme Aurélien.

Une volonté de se professionnaliser

Ce nouveau format demande beaucoup d’organisation de la part de nos étudiants : contacter les invités et s’adapter à leur disponibilité, prévoir les enregistrements, penser au contenu, voir les films… pour cela un seul mot d’ordre : anticiper ! « On a revu notre organisation de A à Z : l’année dernière on ne préparait aucunes émissions à l’avance. Là, on travaille à fond depuis septembre pour trouver des partenariats, améliorer le format des podcasts, les visuels, les invités etc. » explique Elsa.

Une petite mise à jour s’impose également du côté des chroniqueurs puisque nos étudiants s’entourent désormais de professionnels et de spécialistes du cinéma : Sébastien (directeur de casting chez Webedia et Canal +), Raphael (assistant réalisateur et réalisateur), Léo (monteur) et Maxime (scénariste). « Ce qui est intéressant avec ce casting de chroniqueurs c’est d’avoir plusieurs points de vue de différents acteurs du cinéma » explique Aurélien.

Tous ces changements illustrent une volonté de se perfectionner pour intéresser les professionnels du cinéma : « Vu que le marché du podcast est en pleine expansion, on espère à la fin de l’année décrocher une production afin de faire quelque chose de plus professionnel » révèle Elsa.

 

L’invitée des premiers podcasts est Lou Howard, comédienne, à l’affiche du film Maléfique 2
(doublure voix du personnage Aurore en version française). 

Vous voulez écouter les podcasts ? Rendez-vous sur :

Vous souhaitez échanger avec l’équipe de Clap m’en cinq ? Rendez-vous sur les réseaux sociaux :

 

À lire aussi

FAPEPS Week France

FAPEPS Week France

Université de Paris accueille un symposium de scientifiques de France et de São Paulo pour discuter de sujets à la frontière de la connaissance. La France est l'un des principaux partenaires internationaux des projets de recherche soutenus par...

AVC : une récidive sur cinq peut être évitée

AVC : une récidive sur cinq peut être évitée

Une équipe conduite par le Pr Pierre Amarenco du service de Neurologie et du centre d’accueil et de traitement de l’attaque cérébrale de l’hôpital Bichat – Claude-Bernard AP-HP, de l’Inserm et d’Université de Paris a étudié le risque de récidive chez des...

Toute activité physique est-elle bonne pour le cœur ?

Toute activité physique est-elle bonne pour le cœur ?

Contre les maladies cardiovasculaires, l’activité physique serait notre meilleure alliée. Mais entre la pratique régulière d’un sport, le port de charges lourdes sur notre lieu de travail ou la marche entre amis, ces effets protecteurs pourraient bien...

Tire la chevillette, la bobinette cherra…

Tire la chevillette, la bobinette cherra…

Cette phrase, tirée d’un conte célèbre, résume une découverte récente d’un groupe de chercheurs d’Université de Paris travaillant à l’Institut Cochin et à l’Institut Necker, et qui s’intéresse aux mécanismes moléculaires de l’interaction du méningocoque...