À la rentrée 2023, UPCité a inauguré un projet musical d’envergure : la création de son chœur et de son orchestre. Impulsée par le vice-président étudiant Youcef Kadri, cette initiative a suscité l’enthousiasme tant auprès de la communauté étudiante que des personnels. Nous avons eu le plaisir de rencontrer Antoine Cazé, chef du chœur et Nicolas Kuszla, chef de l’orchestre, pour en savoir plus sur les coulisses de cette aventure artistique unique !

L’Orchestre et le Chœur UPCité lors du Concert de Noël 2023

Comment est né ce projet ?

Antoine Cazé : En janvier 2023, l’idée de créer un orchestre et un chœur à l’université Paris Cité a été soumise à la présidence par le vice-président étudiant, Youcef Kadri. Cette proposition a suscité une adhésion immédiate. Beaucoup d’établissements de l’ESR, à Paris en particulier, se sont dotés de formations musicales, il y avait donc tout lieu de penser que ce serait un marqueur fort de l’université Paris Cité que de se lancer dans cette aventure ! Au printemps 2023, un premier sondage auprès de l’ensemble de la communauté universitaire a permis de recueillir 350 manifestations d’intérêt pour le projet : il y avait donc une réelle demande de la part de la communauté étudiante comme des personnels. En septembre 2023, une réunion a été organisée pour présenter plus concrètement le projet, et nous avons lancé les répétitions dès octobre, en faisant le pari que la pratique musicale entraînerait le reste. Le tout premier concert, donné le 20 décembre 2023 à l’occasion de Noël, nous a donné raison : une centaine d’auditeurs sont venus nous écouter !

Parlez-nous un peu des membres qui composent le chœur et l’orchestre. Est-ce que tout le monde peut postuler ?

A.C. : Pour le chœur, tout le monde est bienvenu… surtout les voix d’homme ! Messieurs les ténors et les basses, rejoignez-nous ! Aujourd’hui, nous sommes une quarantaine de choristes, mêlant membres du personnel et étudiantes et étudiants. Certains ont déjà une expérience musicale, d’autres non, le plus important étant l’envie de chanter ensemble. Bien sûr, le chant choral a ses exigences, et il s’agit de faire de la musique de qualité. Pour l’instant, nous prenons nos marques en « construisant » l’instrument, en explorant comment faire sonner nos voix ensemble. Tout le monde y contribue : c’est la magie du chœur, où il n’est pas nécessaire que chaque voix soit exceptionnelle pour produire un son choral.

Nicolas Kuszla : Du côté de l’orchestre, nous sommes actuellement une vingtaine d’instrumentistes, personnels et étudiants également, et bien entendu nous recrutons toujours ! Si certaines personnes pratiquent leur instrument depuis plusieurs années, pour d’autres la création de l’orchestre aura été l’occasion de ressortir leur instrument de leur armoire. Nous ne faisons pas d’audition, mais il est nécessaire de savoir jouer d’un instrument et lire une partition pour pouvoir jouer en orchestre. Le programme est arrangé au mieux en fonction du niveau de chacun. Nous recrutons principalement des instruments issus de l’orchestre symphonique (cordes – en particulier violons et altos ! – bois et cuivres), mais n’hésitez pas à nous contacter si vous jouez d’un instrument qui ne s’y trouve pas habituellement, nous pourrons en discuter pour l’intégrer au sein de l’orchestre.

Sur un plan plus personnel, pourquoi vous êtes-vous lancé dans cette aventure ? Quel a été votre rôle ?

A.C. : Comme j’étais vice-président aux relations internationales, j’ai entendu Youcef Kadri faire cette proposition et j’ai immédiatement saisi la balle au bond, car je dirige des chœurs depuis plus de trente ans. J’avais d’ailleurs déjà émis l’idée auprès de nos partenaires de Circle U., que nous pourrions créer un chœur interuniversitaire… tout en sachant que l’université Paris Cité n’en possédait pas, contrairement à tous les autres membres de Circle U. ! L’occasion était donc trop belle pour moi, et je me suis proposé pour diriger le chœur.

N.K. : Pour ma part, j’ai tout de suite été intéressé par la proposition de Youcef Kadri de fonder un orchestre et un chœur à l’université. Il me semblait évident qu’une université de l’envergure de l’université Paris Cité soit dotée d’un orchestre et d’un chœur, à la fois pour représenter l’université et pour fédérer ses membres. J’avais déjà fondé il y a 5 ans un orchestre interuniversitaire que je dirige depuis ses débuts, et créer un orchestre de toutes pièces est une expérience fascinante. J’ai donc proposé à Youcef Kadri de m’occuper de l’orchestre, puis l’aventure musicale avec Antoine et les musiciennes et musiciens du chœur et de l’orchestre a commencé.

D’ailleurs, quelle est votre formation musicale ?

A.C. : J’ai étudié le piano, le chant, et l’analyse musicale dans divers conservatoires, et je chante dans des ensembles vocaux depuis… fort longtemps ! Je me suis formé à la direction de chœur au cours de nombreux stages, et cette année encore, je suis un cycle de formation avec Isabelle Faës, l’une des meilleures pédagogues de la direction chorale en France. Depuis 1996, je dirige La Sarabande, un ensemble vocal à Orléans, la ville où je réside, avec lequel j’ai donné de nombreux concerts. Je suis également compositeur – en novembre dernier, La Sarabande a créé une de mes œuvres, Stances de douleur pour chœur et violoncelle solo.

N.K. : Pour ma part j’ai étudié le saxophone et l’écriture au Conservatoire régional de Paris. Pour moi, c’est quand elle est pratiquée à plusieurs que la musique procure le plus grand plaisir, et j’ai eu la chance de jouer dans des orchestres notamment symphoniques où le saxophone était le bienvenu. Je me suis tourné vers la direction d’orchestre afin de pouvoir partager ma passion, et aussi pour permettre aux musiciennes et musiciens de fédérer leur talent et leur plaisir pour « faire du beau » ensemble. Je me suis formé lors de différents stages organisés par l’Orchestre des Confluences à Lyon, et depuis 5 ans je dirige l’orchestre Ossia, orchestre d’harmonie interuniversitaire de Paris.

Quel répertoire avez-vous choisi d’aborder ?

A.C. : Notre premier concert était à l’occasion de Noël, nous avons donc choisi de la musique de circonstance, tout en essayant de sortir un peu des habitudes : certes des extraits de l’Oratorio de Noël de Jean-Sébastien Bach, mais aussi des compositions moins connues du Français Thierry Machuel ou du Norvégien Ola Gjeilo. Pour 2024, j’ai choisi de travailler des pièces qui répondent à l’objectif de fabriquer le son du chœur, particulièrement en explorant le répertoire des pays scandinaves, qui est d’une incroyable richesse et reste peu connu en France. Nous chanterons donc en suédois, danois, norvégien, mais aussi en français, anglais, italien. J’essaie de mêler la musique dite classique, qui reste notre répertoire principal, à d’autres genres comme le chant d’inspiration populaire ou la chanson d’auteur arrangée pour le chœur.

N.K. : Après avoir relevé le défi d’accompagner le chœur tout en travaillant un arrangement de la 2e Danse Slave de Dvořák pour le concert de Noël, l’orchestre se tourne ce semestre vers un programme assez éclectique, qui permet d’explorer les possibilités à la fois sonores et techniques de notre ensemble. Bien entendu, une grande part du programme provient du répertoire classique, avec notamment des œuvres de Schubert, de Brahms, mais nous irons également du côté de la musique de films et des musiques du monde, le tout arrangé pour l’effectif de ce semestre. Le but est que chacun y trouve son bonheur, tout en découvrant de nouvelles pièces.

Quelle ambition pour cette première année de création ? 

A.C. : Le plus important, c’est bien sûr de susciter l’envie de faire de la musique ensemble, de se retrouver chaque semaine pour le plaisir de chanter et de jouer. Il s’agit aussi d’installer le chœur et l’orchestre à l’université comme faisant partie de notre communauté et de notre ambition culturelle. Pour cela, nous projetons de créer une association, « Chœur et orchestre de l’université Paris Cité », qui nous permettra de structurer notre action et de développer nos projets afin de pleinement participer à l’offre culturelle de l’université. Créer un chœur et un orchestre pérennes, cela prend du temps, il est important d’être accompagné par l’université pour être à la hauteur d’un projet artistique qui réponde aux ambitions d’un établissement comme le nôtre.

Existe-t-il déjà des concerts prévus ou en cours de programmation ?

A.C. : J’ai proposé au directeur du Collège des études doctorales, Raphaël Porcher, que le chœur participe à la cérémonie de remise des diplômes de doctorat à la fin de l’année universitaire, et cette idée a reçu son aval enthousiaste. Nous donnerons également un concert en juin, dont nous allons fixer très prochainement la date et le lieu. Restez à l’écoute !

 

Informations pratiques

Gratuit sur inscription

Orchestre
Répétitions le jeudi de 18h30 à 20h30
Amphi Binet – Campus Saint-Germain-des-Prés
45 rue des Saints-Pères 75006 Paris
Inscription par mail auprès de Nicolas Kuszla >
Chœur
Répétitions le lundi de 18h30 à 20h30
Salle Pierre Albouy – Campus des Grands Moulins
Bât. des Grands Moulins aile C – 6e étage
5 rue Thomas Mann, 75013 Paris
Inscription par mail auprès d’Antoine Cazé >

À lire aussi

Le Deeptech Tour 2024 arrive à Paris !

Le Deeptech Tour 2024 arrive à Paris !

Créer des ponts entre le monde de l’entrepreneuriat et celui de la recherche, c’est le rôle du Deeptech Tour. Organisée par Bpifrance, cette tournée des campus français vise à réunir l’écosystème universitaire, les acteurs économiques locaux et les structures...

lire plus
Mesurer la pollution de l’air dans l’écorce des platanes !

Mesurer la pollution de l’air dans l’écorce des platanes !

Le projet de science participative Ecorc’Air propose de collecter des écorces de platanes afin d’établir une cartographie précise de la pollution aux particules fines métalliques liée majoritairement à la circulation automobile, et de mesurer son évolution. Les échantillons sont à envoyer à l’IPGP, où seront faites les analyses magnétiques et chimiques de détection de cette pollution.

lire plus