Le projet « Maladies Infectieuses Émergentes 1H-EID », porté par Université Paris Cité, avec l’Institut Pasteur, l’École nationale vétérinaire d’Alfort, et Sorbonne Université, est lauréat de la deuxième vague de l’appel à manifestation d’intérêt « Compétences et Métiers d’Avenir » (AMI-CMA). Ce soutien de près de 5,9 M € pour 5 ans permettra de créer une Graduate School (École Universitaire de Recherche, EUR) offrant une formation multidisciplinaire d’excellence, basée sur la recherche, dans le domaine des maladies infectieuses émergentes.

Alerter et se préparer aux maladies infectieuses émergentes sont des enjeux primordiaux pour mettre en œuvre des mesures efficaces visant à réduire leurs conséquences et les risques encourus. Université Paris Cité, associée à l’Institut Pasteur, l’École nationale vétérinaire d’Alfort, et Sorbonne Université, ont proposé, dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt « Compétences et métiers d’avenir » de l’État, l’Agence Nationale de la Recherche et la Banque des Territoires, la création d’une Graduate School 1H-EID dédiée à l’étude et à l’enseignement des maladies infectieuses émergentes avec une approche « One Health », regroupant les forces scientifiques de plusieurs disciplines, intégrant : Santé humaine, animale et Santé environnementale.

Ce projet fait partie des 70 lauréats retenus, après les travaux d’un jury international et la validation du Comité de pilotage ministériel, sur un total de 167 dossiers déposés lors de cette deuxième vague. L’annonce de ce financement a été faite le vendredi 18 novembre 2022 et permettra la création de la 25ème Graduate School d’Université Paris Cité. Ce projet s’inscrit dans une volonté globale de rapprochement entre l’enseignement supérieur et la recherche, permettant de proposer des programmes de formation d’excellence s’appuyant sur une expertise scientifique reconnue.

Une formation d’avenir

Cette formation d’excellence dans le domaine des agents pathogènes (ré)émergents doit permettre de faire face aux défis à venir. Construite sur un programme éducatif multidisciplinaire de haut niveau, basé sur la recherche, elle formera les futurs chercheuses et chercheurs, professionnelles et professionnels de la santé mais aussi les décideuses et décideurs politiques, dans le domaine de l’EID*. Les quatre acteurs de ce projet proposent de construire un programme innovant de Master/Doctorat, adapté à chaque étudiante et étudiant en fonction de leurs parcours et de leurs aspirations, et un cursus de formation continue de haut niveau pour les professionnelles et professionnels en exercice.

Une approche « One Health » ouverte

Ce programme transdisciplinaire novateur tire sa force des expertises de chacun des organismes partenaires et fait ainsi le lien entre la biologie des agents pathogènes émergents, l’épidémiologie, les sciences vétérinaires, l’écologie, la biologie évolutive et la socio-anthropologie. La Graduate School rassemblera des étudiantes et étudiants français et internationaux, d’horizons divers, titulaires d’un diplôme de premier cycle en médecine, pharmacie, sciences de la vie ou ingénierie.

La riche diversité des laboratoires affiliés à ce projet offrira un environnement unique et multidisciplinaire aux étudiantes et étudiants de master et doctorat, leur permettant de combiner la recherche fondamentale et translationnelle en virologie, bactériologie, mycologie, parasitologie, épidémiologie et modélisation, écologie ainsi qu’en sciences sociales afin de mieux les préparer à relever les défis majeurs auxquels les générations futures seront confrontées dans un monde de plus en plus globalisé.

Enfin, ce projet se différencie par sa volonté de toucher des publics variés en diversifiant les supports et lieux d’enseignement. Ainsi, seront proposés des symposiums, des summer schools, des programmes de formation tout au long de la vie, mais aussi des MOOCS et des actions de communication grand public s’adressant à l’ensemble des citoyens et citoyennes.

Contact : presse@u-paris.fr

À lire aussi

Nouvelles données d’efficacité d’un vaccin contre le méningocoque B et d’un antibiotique préventif pour réduire le risque d’IST bactériennes et efficacité démontrée du vaccin MVA-BN contre mpox

Nouvelles données d’efficacité d’un vaccin contre le méningocoque B et d’un antibiotique préventif pour réduire le risque d’IST bactériennes et efficacité démontrée du vaccin MVA-BN contre mpox

Cette étude promue et financée par l’ANRS | Maladies infectieuses émergentes en partenariat avec le laboratoire Roche a été menée par une équipe de recherche de l’AP-HP, Université Paris Cité, l’Inserm, Sorbonne Université en collaboration avec AIDES et Coalition...

lire plus