Le 4 juillet 2023, l’Organisation Européenne de Biologie Moléculaire a présenté les 69 scientifiques européens élus en tant que membres ou membres associés. Parmi ces nouveaux élus récompensés pour leurs réalisations exceptionnelles dans le domaine des Sciences de la vie, deux chercheuses de l’Institut Jacques Monod :  Sandra Duharcourt et Katja Wassmann !

Dr. Sandra Duharcourt et Dr. Katja Wassmann, élues en tant que membre de l’EMBO

© Institut Jacques Monod

L’EMBO est une organisation internationale de chercheurs et chercheuses en sciences de la vie élus par leurs pairs. Les principaux objectifs de l’EMBO sont de soutenir les chercheurs et chercheuses de talents à tous les stades de leur carrière, de stimuler l’échange d’informations scientifiques et de contribuer à la création d’un environnement de recherche européen dans lequel les scientifiques peuvent réaliser leurs meilleurs travaux. 

Les lauréats de cette année ont été récompensés pour leurs contributions dans tous les domaines de la recherche en sciences de la vie, notamment pour des travaux qui ont permis de démystifier le système immunitaire, de faire progresser la compréhension de nos sens et de faciliter des approches innovantes en matière de développement de vaccins.

Avec cette nomination, Dr. Sandra Duharcourt et Dr. Katja Wassmann, chercheuses à l’Institut Jacques Monod, rejoignent cette communauté internationale de plus de 2000 membres élus par leurs pairs, dont 91 lauréats du prix Nobel. 

Sandra Duharcourt a obtenu son doctorat en génétique moléculaire en 1998 à Sorbonne Université. Elle obtient son habilitation à diriger des recherches à Sorbonne Université Sciences en 2010 et crée en 2011 l’équipe « Régulation épigénétique de l’organisation du génome » à l’Institut Jacques Monod. Elle devient directrice de recherche en 2015 et obtient la médaille d’argent du CNRS en 2022. Ses travaux de recherche portent sur les mécanismes fondamentaux gouvernant la structure des chromosomes et la stabilité génétique chez les eucaryotes. Pour élucider les mécanismes moléculaires affectant l’intégrité du génome, son équipe étudie un processus remarquable d’édition du génome programmée au cours du développement chez l’eucaryote unicellulaire Paramecium.

Katja Wassmann a obtenu en 1996 son doctorat en biochimie et biologie cellulaire à l’Université de Vienne, Autriche. En 2007, elle obtient son habilitation à diriger des recherches à Paris Sorbonne Université Science et crée l’équipe « la méiose et ses mécanismes » à l’Institut de Biologie Paris Seine. Cette équipe s’installe ensuite à l’Institut Jacques Monod en 2022. Son équipe étudie la méiose et les mécanismes moléculaires sous-jacents aux deux divisions méiotiques en mettant l’accent sur les ovocytes, pour comprendre comment les erreurs se produisent. La question centrale étudiée porte sur la manière dont les événements spécifiques à la méiose I sont exécutés uniquement dans la méiose I, et ceux de la méiose II uniquement dans la méiose II.

À lire aussi

Le Deeptech Tour 2024 arrive à Paris !

Le Deeptech Tour 2024 arrive à Paris !

Créer des ponts entre le monde de l’entrepreneuriat et celui de la recherche, c’est le rôle du Deeptech Tour. Organisée par Bpifrance, cette tournée des campus français vise à réunir l’écosystème universitaire, les acteurs économiques locaux et les structures...

lire plus
Mesurer la pollution de l’air dans l’écorce des platanes !

Mesurer la pollution de l’air dans l’écorce des platanes !

Le projet de science participative Ecorc’Air propose de collecter des écorces de platanes afin d’établir une cartographie précise de la pollution aux particules fines métalliques liée majoritairement à la circulation automobile, et de mesurer son évolution. Les échantillons sont à envoyer à l’IPGP, où seront faites les analyses magnétiques et chimiques de détection de cette pollution.

lire plus