Vedette de cinéma le jour et inventrice de génie la nuit, Hedy Lamarr est à l’origine de l’un des principes fondateurs du Wifi.

Nous sommes en 1940, le soir tombe sur Hollywood. À la lueur d’une lampe de bureau, une jeune femme remplit frénétiquement les pages d’un carnet de notes. Chevelure noire de jais, teint de porcelaine et regard azur, elle s’appelle Hedy Lamarr.

Devenue star hollywoodienne dès son arrivée aux États-Unis en 1937, Hedwige Kiesler de son vrai nom, est autrichienne. D’origine juive, elle a fui son pays tombé aux mains des nazis.

La jeune femme est très vite adoptée par le public américain qui l’admire pour son glamour. Hedy remercie cette affection populaire par un patriotisme sans borne. Alors que les États-Unis se préparent à entrer en guerre, elle décide de mettre ses talents secrets au service de l’armée. Car l’actrice a un hobby : inventer. Passionnée de science et de technique depuis l’enfance, Hedy passe des heures à bricoler d’insolites gadgets : distributeur à moutarde, collier canin fluorescent ou pastilles de Cola effervescentes sont déjà nés de sa fertile imagination.

Avec la complicité de son ami George Antheil, un célèbre compositeur, elle crée un système destiné à protéger les communications entre les bateaux et leurs torpilles. Radio-guidées, ces dernières étaient souvent interceptées par l’ennemi lors d’attaques sous-marines. En s’inspirant des bandes de papier perforées qui équipaient les pianos mécaniques, Hedy et Georges mettent ainsi au point le premier système d’étalement de spectre par saut de fréquence. Cette technique répartit la transmission des signaux selon plusieurs canaux de manière aléatoire et garantit ainsi leur indétectabilité.

En 1941, les deux complices confient leur brevet à la Navy, qui leur rit au nez. Un musicien et une vedette de films inventeurs de génie ? La bonne blague. Bien des années plus tard, Hedy apprendra que le brevet avait finalement été utilisé dès la crise de Cuba en 1962. Aujourd’hui, son invention est partout : du bluetooth au GPS, en passant par le réseau Wifi, tous les appareils de communication emploient le codage secret des transmissions.

Cet article a été écrit par Céline Berthenet et est tiré de L’Octopus Journal, mensuel de vulgarisation scientifique édité par les étudiants d’Université Paris Cité.

Pour en savoir plus :
Témoignages et archives inédites, le film documentaire Hedy Lamarr : from Extase to Wifi (2017) d’Alexandra Dean retrace avec talent le destin de l’inventrice.

À lire aussi

Documents de référence

Documents de référence

Guides, contacts et chiffres clefs Une politique handicap transversale La politique handicap d’Université Paris Cité vise à soutenir les parcours de formation des étudiantes et étudiants en situation de handicap ainsi que l’insertion...

« Gros » n’est pas un gros mot

« Gros » n’est pas un gros mot

La grossophobie touche tous les aspects de la vie et les exemples et les témoignages présents dans le livre viennent illustrer ce que peut-être la vie des personnes en surpoids dans les transports, au travail, pour accéder aux soins médicaux, dans les restaurants, pour s’habiller, dans le cercle familial, amical ou dans les relations amoureuses.

Ciné-débat : Au-delà des mers, rêve de théâtre

Ciné-débat : Au-delà des mers, rêve de théâtre

Le 22 mars, à l’occasion du Mois des égalités, l’association « L’œil des moulins » dont les membres sont des étudiantes et étudiants de la formation « Documentaire: écritures du monde contemporain », propose une projection du film « Au-delà des mers : rêve de théâtre » suivie d’un temps d’échange avec la réalisatrice du film Marie Maffre.