La Faculté de Santé d’Université de Paris rassemble la majorité des recherches en diabétologie de Paris, qu’elles soient fondamentales ou cliniques. L’Institut du Diabète, créé en décembre 2020, offre l’opportunité unique de réunir toutes ces forces de recherche en diabétologie pour créer des ponts entre ses équipes de recherche et également entre l’hôpital et les unités de recherche.

En créant l’Institut du Diabète, Université de Paris, par l’intermédiaire de sa Faculté de Santé, offre, aux 8 équipes de recherche des 4 UMR actuellement membres de cet Institut, une structure de coordination facilitant la mise en commun de leurs composantes afin d’aboutir à une approche globale du Diabète, portant un effort particulier sur la recherche translationnelle.

Les équipes de recherche (Université de Paris – Sorbonne Université – Inserm – CNRS) travaillant autour de la physiopathologie du diabète sont pour certaines également en charge de services cliniques. Ces derniers, qui soignent une majorité des enfants et des adultes diabétiques de Paris, sont dans le périmètre d’Université de Paris. Les coopérations se déroulent donc non seulement dans le cadre du soin mais également dans le cadre de la recherche clinique (PHRC, ANR, constitution de cohorte…). Cette synergie entre toutes ces équipes permettra de structurer une recherche ambitieuse à la fois pour l’obtention de financements d’envergure mais aussi pour favoriser l’émergence de jeunes équipes.

 

Recherche, formation et diffusion

En matière de recherche, l’Institut se propose de coordonner les projets de recherche fondamentale, translationnelle et clinique ainsi que leur valorisation économique et sociétale.

L’activité repose sur la définition et le développement d’axes de recherches dont la coordination est assurée par un membre de l’Institut : 

  • Phénotypage/Etiologie/Diabètes syndromiques: Élaboration d’une grille de phénotypage commune entre la pédiatrie et la diabétologie adulte. Centralisation, pour les services cliniques, de l’immunophénotypage des cellules circulantes en fonction des besoins et qui répondent au besoin des différentes unités de recherche travaillant sur l’immunité
  • Pancréas et Diabète: Amélioration de la filière d’obtention de tissus pancréatiques humains : îlots de Langherans et bloc de pancréas
  • Immunité et Diabète: Création et mise à disposition des cohortes humaines
  • Résistance à l’insuline/métabolisme/Dialogue entre organes: Recensement des différents modèles animaux, des tissus et des différentes cultures cellulaires utilisées
  • Nouvelles technologies: Vaste champ d’investigation autour de l’application des nouvelles technologies dans le mode d’administration de l’insuline (boucle fermée), de la création et de l’utilisation d’outils connectés d’intelligence artificielle pour la prise en charge des malades et de l’utilisation des nouvelles technologies dans la formation. Cette thématique comporte un champ important de sciences sociales.
  • Décoder une identité/phénotype à partir des techniques OMICs: Développement des analyses OMICS
  • Communication de l’Institut du Diabète : Promotion de la communication vers la population, connexion avec de grandes institutions universitaires européennes et globales, favoriser l’émergence d’équipes avec des thèmes d’innovation/rupture.

 

En matière de formation, les ponts créés entre les équipes devront permettre de structurer un master international de diabétologie allant des voies de signalisation moléculaire intracellulaires, aux modèles précliniques jusqu’aux patients.

En matière de diffusion, l’Institut a pour vocation de produire de nouvelles connaissances et de les diffuser à un large public depuis la communauté scientifique, médicale jusqu’aux patients, leurs associations et la population générale.

À lire aussi