Au cours de son évolution, la larve de la mouche devient chrysalide et sécrète une colle biologique hyper adhésive capable de supporter 15000 fois son poids. L’équipe Évolution des drosophiles menée par Virginie Courtier-Orgogozo de l’Institut Jacques Monod (Université Paris Cité / CNRS) a mis au point une technique qui permet de mesurer l’adhésion de cette colle.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=E-WqoU2YILU&w=560&h=315]

 

Manon Monier, doctorante à Université Paris Cité, présentera cette technique innovante au Biomim’expo, le plus grand rendez-vous du biomimétisme et des innovations bio-inspirées. 

En savoir plus : https://biomimexpo.com/

À lire aussi

Santé des femmes, art et collaborations avec Singapour

Santé des femmes, art et collaborations avec Singapour

Les 10, 11 et 12 mai derniers ont eu lieu, à Singapour, trois événements organisés par l'Institut Santé des Femmes de l’université Paris Cité et le Global Centre for Asian Women's Health (GloW) de Yong Loo Lin School of Medicine de la National University of Singapore...

lire plus