Depuis octobre 2018, l’Université de Paris est engagée, aux côtés de six universités européennes, dans un projet de création d’un campus interuniversitaire européen, en réponse à l’appel de la Commission Européenne (Programme Erasmus+). Les 6 et 7 juin, elle accueillait sur le campus des Grands Moulins, le tout premier séminaire administratif de l’alliance dédié au projet. Son objectif ? Identifier, ensemble, les défis à relever et leviers à activer.

Membres de l’alliance réunis à Paris Diderot en mars 2019.

Une alliance de sept universités pluridisciplinaires

Créer une alliance d’universités européennes qui place l’innovation pédagogique ainsi que les liens entre la recherche et l’enseignement au cœur de son projet, et qui mette en œuvre un enseignement qui permette de former de véritables citoyen.ne.s capables de relever les grands défis scientifiques et sociétaux de demain, c’est l’ambition des sept universités de l’alliance aux forces et aspirations communes :

l’Université Catholique de Louvain
l’Université de Paris
l’Université d’Aarhus
l’Université Humboldt de Berlin
l’Université d’Oslo
l’Université King’s College London
l’Université de Lisbonne

Forte des liens noués dans le cadre de la Guilde des universités européennes, dont cinq des sept universités sont membres, l’alliance prévoit de développer des programmes de formation conjoints et de favoriser les mobilités réelles, virtuelles, et mixtes, pour l’ensemble de sa communauté : étudiant.e.s, chercheur.e.s, enseignant.e.s-chercheur.e.s et personnels administratifs.

Impliquer les équipes administratives pour favoriser la réussite du projet

Si la création d’une université européenne avec un objectif de mobilité atteignant les 60 % et la naissance d’un campus interuniversitaire européen nécessite un travail académique de tout premier plan, un soutien administratif est indispensable à la bonne conduite du projet. Ce premier séminaire administratif s’inscrit dans une logique de co-construction et vient en complément aux travaux des président.e.s et du groupe de coordination de l’alliance, composé des VP et représentant.e.s administratif.ve.s des relations internationales, qui se réunissent mensuellement depuis décembre dernier.

Les principaux objectifs de la rencontre des 6 et 7 juin, organisée par le Bureau des relations internationales, étaient d’informer les cadres administratifs sur la vision et le but de l’alliance, de leur permettre de se rencontrer et d’identifier, ensemble, les opportunités et défis à relever pour mener à bien ce projet.

Au programme de la première journée : présentations et débats

Alain Beretz, porte-parole du gouvernement français pour l’Initiative universitaire européenne est intervenu pour faire part aux participants des attentes de la Commission Européenne, et pour donner son analyse de ce que peut être un projet réussi. Il était accompagné de Paul Schilling, chargé de mission au Département des stratégies de l’espace européen de la recherche et de l’enseignement supérieur (Direction des affaires européennes et internationales, MESRI).

Antoine Cazé, vice-président en charge des relations internationales à Paris Diderot, a quant à lui précisé les contours de ce projet d’alliance.

Gaëll Mainguy, Directeur du développement et des relations internationales au Centre de recherche interdisciplinaire (CRI, Université Paris Descartes) a présenté l’innovation pédagogique de rupture fondée sur la recherche, portée par le CRI depuis 15 ans.

Puis, la journée a été clôturée par un débat d’expert.e.s sur le sujet du campus interuniversitaire en présence d’Angela Vasanelli (Professeur de physique, MPQ, Paris Diderot), Caroline Leininger-Frézal (MCF de géographie, LDAR, Paris Diderot) et Stéphane Mouly (PUPH, directeur adjoint du service de médecine interne, Hôpital Lariboisière), tous trois porteur ou porteuses de projets pédagogiques européens – partenariats stratégiques Erasmus+.

Au programme de la deuxième journée : des ateliers qui sonnent le top départ des travaux administratifs

Quatre axes stratégiques ont été explorés, sous forme d’ateliers thématiques, par les 47 participants :

Structures académiques et systèmes d’information
Admission et reconnaissance
Projets collaboratifs de formation
Qualité et accréditation

À propos du projet d’université européenne

L’alliance prépare actuellement, pour un dépôt en février 2020, une proposition en réponse au second appel pilote lancé par la Commission européenne en faveur de l’Initiative des universités européennes (IUE).

L’IUE est l’une des initiatives phares de l’ambition de l’Union Européenne : construire un espace européen de l’éducation. Selon la Commission européenne, ces alliances transnationales seront les universités européennes du futur, promouvant les valeurs et l’identité européennes et révolutionnant la qualité et la compétitivité de l’enseignement supérieur européen.

Fortes d’une longue tradition d’innovation en matière de pédagogie universitaire, les sept universités du consortium partagent la même volonté d’offrir une formation de qualité nourrie par la recherche. À travers ce projet, l’alliance souhaite repenser les collaborations entre universités pour leur donner les moyens d’être plus ambitieuses, au service des missions universitaires : enseignement, recherche et réponse aux défis sociétaux.

À lire aussi

Make our planet great again

Make our planet great again

Alessandro Forte, professeur de géologie à l’université de Floride, fait partie des lauréats de la troisième vague de l’appel à projet Make Our Planet Great Again (MOPGA). Il rejoindra l’équipe de géomagnétisme de l’IPGP pour un projet commun intitulé GYPTIS et visant à mieux identifier les perturbations géodynamiques des marqueurs climatiques.

Vers une alliance européenne de premier plan

Vers une alliance européenne de premier plan

Créer une alliance d’universités européennes qui place l’innovation pédagogique ainsi que les liens entre la recherche et l’enseignement au cœur de son projet, c’est l’ambition de six universités aux forces et aux aspirations communes : l’UCLouvain, l’Université de Paris, l’Université d’Aarhus-Danemark, l’Université Humboldt de Berlin, l’Université d’Oslo et le King’s College London.