Mathilde Mouroux, étudiante en première année de licence d’Histoire-Géographie, a décroché le titre de championne du Monde de sabre junior avec l’équipe de France ! Pour nous, elle revient sur cette performance et nous en dit plus sur cette discipline particulière.

Mathilde Mouroux (à droite) contre son adversaire anglaise lors de son premier match.

© Mathilde Mouroux 

La particularité du sabre : entre vitesse et réflexion stratégique

Lorsqu’elle regardait de l’escrime, c’est cette arme et ses touches qui l’avaient le plus impressionnée. « J’ai choisi l’escrime et plus particulièrement le sabre car c’est un sport où l’on réfléchit beaucoup à la construction du match et où l’on fait nos propres choix sur la piste. Le sabre est une arme très rapide et c’est cette vivacité qui fait la différence : on a besoin d’analyser la dernière touche et de décider de la prochaine dans un temps très court », explique Mathilde.

Pour concilier ses études et sa passion pour l’escrime, elle bénéficie d’un aménagement d’étude qui lui permet de suivre plus sereinement son cursus universitaire. Mais l’étudiante a déjà des plans d’avenir concrets : « Sur le plan scolaire, j’aimerais obtenir ma licence d’Histoire-Géographie puis faire un master pour être professeure des écoles. Sur le plan sportif, ça serait bien sûr de participer aux Jeux Olympiques et de ramener une médaille. » 

Pour préparer ces compétitions, Mathilde s’entraîne à l’INSEP, l’Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance où elle a intégré cette rentrée le groupe sénior. « J’ai deux entraînements quotidiens avec beaucoup d’escrime (assauts, déplacements, leçons individuelles …) mais aussi de la préparation physique et de la préparation mentale. Pour me préparer au mieux, je m’entraîne avec les séniors mais aussi avec les filles de ma catégorie pour avoir de bons points de repères. »

De championne d’Europe à championne du Monde par équipe !

Mathilde a participé aux différentes épreuves de la coupe du Monde de sabre, où elle a fini deux fois dans les huit premières. Ces résultats lui ont permis d’intégrer l’Équipe de France et de prendre la route en mars vers les Championnats d’Europe en Serbie. Grâce à ses performances, elle a pu prendre part aux Championnats du Monde les 2 et 4 avril dernier à Dubaï.

Déçue par sa performance en individuelle, elle a tout misé sur l’épreuve par équipe, déjà vice-championne d’Europe. « Nous avons gagné haut la main jusqu’à la demi-finale, finalement remportée avec un score de 45-43 ! C’était riche en émotions. »
 
En finale, l’équipe s’est à nouveau trouvée face à la Hongrie qui avait remporté la médaille d’or lors des Championnats d’Europe. D’abord en difficulté, l’équipe a fait une véritable remontada et a remporté le match à charge de revanche… « Une fois la dernière touche mise, nous avons explosé de joie et nous avons sauté sur la fille de notre équipe qui terminait. Nous avons mis longtemps à partir de la piste parce qu’on voulait profiter au maximum de toutes ces émotions. C’était vraiment l’objectif de la saison sachant qu’au sabre dame, nous sommes seulement les deuxièmes à avoir eu ce titre dans la catégorie des moins de 20 ans, le dernier datant de 2012 !  » 

À lire aussi

Pause, un programme pour se reconstruire

Pause, un programme pour se reconstruire

Dans le cadre du programme PAUSE, lancé par le Collège de France, Université Paris Cité accompagne et accueille les chercheuses et chercheurs en danger contraint.e à l’exil. Depuis son lancement en 2017, plus de 17 chercheurs et chercheuses ont pu exercer leur activité au sein des laboratoires d’Université Paris Cité

lire plus