Clémentine Marie, doctorante à l’université Paris Cité, au sein de l’École Doctorale 562 Bio Sorbonne Paris Cité fait partie des 16 finalistes du concours national Ma Thèse en 180 secondes. Rendez-vous le 5 juin 2024 pour la finale.

Clémentine Marie, finaliste du concours MT 180s 2024

© Université Paris Cité

Clémentine Marie, doctorante à l’université Paris Cité, au sein de l’École Doctorale 562 Bio Sorbonne Paris Cité fait partie des 16 finalistes du concours national Ma Thèse en 180 secondes. Rendez-vous le 5 juin 2024 pour la finale.

MT180 propose aux doctorants et doctorantes qui le souhaitent de présenter leur thèse en trois minutes chrono, dans un langage accessible à tous et mettant en valeur l’originalité et l’importance de leurs recherches. Organisée par France Universités et le CNRS, la demi-finale nationale a eu lieu vendredi 29 mars. Elle comptait 56 doctorantes et doctorants de toute la France, dont Rebecca Laboureur et Clémentine Marie, toutes deux doctorantes à l’université Paris Cité. Le jury a dû sélectionner les 16 finalistes qui s’affronteront le 5 juin prochain à Nice. Le ou la gagnante de la finale aura pour mission de porter haut les couleurs de la France en finale internationale

Clémentine a ainsi décroché son ticket pour la finale nationale. L’université Paris Cité lui adresse ses félicitations et ses encouragements pour cette prochaine étape ! 

 

À lire aussi

Le Deeptech Tour 2024 arrive à Paris !

Le Deeptech Tour 2024 arrive à Paris !

Créer des ponts entre le monde de l’entrepreneuriat et celui de la recherche, c’est le rôle du Deeptech Tour. Organisée par Bpifrance, cette tournée des campus français vise à réunir l’écosystème universitaire, les acteurs économiques locaux et les structures...

Mesurer la pollution de l’air dans l’écorce des platanes !

Mesurer la pollution de l’air dans l’écorce des platanes !

Le projet de science participative Ecorc’Air propose de collecter des écorces de platanes afin d’établir une cartographie précise de la pollution aux particules fines métalliques liée majoritairement à la circulation automobile, et de mesurer son évolution. Les échantillons sont à envoyer à l’IPGP, où seront faites les analyses magnétiques et chimiques de détection de cette pollution.