Un « tremblement de Mars », de magnitude estimée à 5, a fait vibrer la planète rouge dans la nuit du 04 au 05 mai 2022. L’instrument français SEIS, déployé sur le sol par l’atterrisseur InSight de la NASA, était aux premières loges pour l’enregistrer. Les équipes du CNES, de l’IPGP et d’Université Paris Cité ont retranscrit l’événement en audio.

Spectrogramme du séisme de magnitude 5 enregistré sur Mars par l’instrument SEIS dans la nuit du 04 au 05 mai 2022.

© NASA/JPL-Caltech/ETH Zurich

Les scientifiques et ingénieurs en charge de la mission l’attendaient depuis le début des opérations fin 2018 : un séisme bien plus important que tout ce qui a pu être enregistré jusqu’alors et qui s’inscrit dans les objectifs les plus optimistes de la mission, vient de retentir sur le sol martien, jeudi 05 mai 2022 en plein milieu de la nuit (1h27 heure française, environ 4h sur Mars). De magnitude 5 sur l’échelle de Richter, il constitue le record de la mission contre 4,2 pour le précédent tremblement en août 2021.

La vidéo ci-dessous a été réalisée grâce à l’effort de « déglitch » des données par Grégory Sainton, ingénieur de recherche à l’IPGP, et au travail de sonification de Rémi Lapeyre, responsable des opérations Insight/SEIS, au CNES. (© CNES/NASA/JPL-Caltech)

 

À l’échelle martienne, InSight se trouvait à une distance relativement proche de l’épicentre (2 250km). Pour Philippe Lognonné, responsable scientifique de l’instrument SEIS à l’IPGP et professeur à Université Paris Cité : « Cette faible distance épicentrale et la très forte magnitude explique l’ampleur du signal, et le fait que les ondes de volume mais aussi celle de surface sont si claires. Ce séisme est d’une certaine façon une mine d’or pour non seulement confirmer nos modèles de structure interne mais aussi les améliorer ! » L’événement s’est également déroulé très tôt le matin sur Mars, avant que l’aube n’amène son lot de perturbations atmosphériques : toutes les conditions réunies pour que le sismomètre SEIS et ses capteurs Très Large Bande obtiennent des résultats de grande qualité.

Il est encore trop tôt pour expliquer la nature de ce tremblement de terre. « Grâce à ce séisme, les scientifiques vont certainement bénéficier d’informations essentielles pour percer les secrets de l’intérieur de la planète rouge. Les équipes opérationnelles sont pleinement engagées pour que ce sismomètre très sensible puisse enregistrer des données de haute qualité le plus longtemps possible, afin que si Mars nous parle à nouveau, nous soyons prêts à l’écouter » rappelle Charles Yana, chef de projet Insight/SEIS au CNES.

Cerise sur le gâteau, les ingénieurs de l’équipe SEIS ont réussi à retranscrire le séisme en audio pour un rendu plus immersif : « Pour ce faire, nous avons écarté la fréquence de résonnance de l’instrument SEIS et supprimé les « glitchs » (ou pics dans le signal). Ces « glitchs » sont générés par le câble qui relie l’instrument SEIS à l’atterrisseur InSight, explique Rémi Lapeyre, responsable des opérations Insight/SEIS, au CNES. Ce sont les experts de l’IPGP qui ont mis au point ce traitement numérique. » Il a fallu ensuite amplifier la piste sonore obtenue et l’accélérer 44 fois afin qu’elle devienne audible pour l’oreille humaine. Enfin, si vous écoutez bien, vous entendrez 2 pistes pas tout à fait identiques à gauche et à droite car issues des 3 capteurs de l’instrument SEIS : effet stéréo garanti !

 

À lire aussi

Pause, un programme pour se reconstruire

Pause, un programme pour se reconstruire

Dans le cadre du programme PAUSE, lancé par le Collège de France, Université Paris Cité accompagne et accueille les chercheuses et chercheurs en danger contraint.e à l’exil. Depuis son lancement en 2017, plus de 17 chercheurs et chercheuses ont pu exercer leur activité au sein des laboratoires d’Université Paris Cité

lire plus