Le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation vient d’annoncer le résultat de l’appel visant à la création d’Institut Interdisciplinaire d’Intelligence Artificielle (3IA) lancé à l’occasion du sommet AI for Humanity de mars 2018 par le Président de la République Emmanuel Macron. 
Le CNRS, Inria, l’Institut Pasteur, l’Université de Paris et l’Université PSL sont heureux de voir le projet parisien d’institut 3IA qu’ils portent sélectionné par le jury international. Le projet PRAIRIE, auquel participent les entreprises Amazon, Deepmind, Engie, Facebook, Faurecia, GE Healthcare, Google, Idemia, Microsoft, NAVER LABS, Nokia Bell Labs, Pfizer, le Groupe PSA, Sanofi, SUEZ, Valeo, a pour ambition la création, à Paris, d’un lieu d’excellence en intelligence artificielle. 

Projet Prairie – PaRis Artificial Intelligence Research InstitutE

Les objectifs du projet

• contribuer de manière significative, par une recherche fondamentale portée par des établissements partenaires d’excellence en France et à l’étranger, au progrès des connaissances en intelligence artificielle (IA) diffusées librement au sein de la communauté scientifique internationale ;
• mener une recherche tournée vers l’entreprise et les applications, adossée à des partenaires industriels, souvent eux aussi leaders mondiaux dans leurs domaines ;
• contribuer à la formation dans le domaine de l’intelligence artificielle ;
• avoir un impact socio-économique significatif.

Domaines de recherche

Le coeur de l’institut, fortement interdisciplinaire, est constitué de chaires et de tremplins pour jeunes chercheurs avec un objectif de 8 recrutements dans les 4 prochaines années. Leurs travaux seront à la fois méthodologiques et interdisciplinaires, couvrant les domaines de:
• l’aide à la décision (clinique), l’apprentissage et l’optimisation, les agents autonomes, la génomique, la gestion sécurisée des données distribuées, l’imagerie biologique et médicale, l’interprétation automatique du langage naturel, la physique statistique, la robotique, les sciences cognitives, la science des données, la vision artificielle ;
• l’équité et l’éthique, l’explicabilité, la fiabilité et le passage nécessaire à l’échelle, sont des thèmes
transverses à tous ces domaines.

Enjeux

Des financements spécifiques seront dédiés aux SHS afin de nourrir la réflexion sur l’impact de l’IA sur la société et l’environnement socio-économique. Les recherches fondamentales menées par les détenteurs de chaires de PRAIRIE auront également des applications à fort impact, dont la santé, avec le soutien de l’AP-HP et de l’INSERM, le transport et l’environnement, en collaboration avec des acteurs industriels majeurs de ces domaines.

L’impact socio-économique est un objectif majeur du projet, s’appuyant sur le transfert vers les entreprises, ainsi que la création de start-up mais également la diffusion large des connaissances sur l’IA et son interaction avec la société.

La formation est un des leviers fondamentaux du développement de l’Intelligence artificielle (IA) et l’objectif est accroître significativement le nombre d’étudiants recevant une formation dans ce domaine :
• quadrupler le nombre d’étudiants diplômés de masters spécialisés ;
• offrir la possibilité à chaque étudiant de suivre au moins 2 cours d’IA en lien avec sa discipline principale ;
• offrir des enseignements sur les sujets de l’éthique et de la régulation à tous les étudiants utilisant l’IA ;
• offrir des programmes de formation continue, des formations diplômantes de master ou encore des certificats dédiés, par exemple pour le top management des entreprises ou encore pour les internes en médecine.

Enfin, un enjeu majeur pour l’IA est d’attirer plus de femmes dans ses métiers, alors qu’elles sont aujourd’hui peu représentées dans les cursus d’IA ou plus généralement scientifiques. Pour y contribuer, l’institut mènera des actions de promotion des disciplines de l’IA du lycée au post-doctorat.

 

Pour Stewart Cole, directeur général de l’Institut Pasteur :
« L’Institut Pasteur est entré dans l’ère des données biologiques massives : images biologiques, séquençage de l’ADN, de l’ARN, des protéines, des génomes de pathogènes et de leurs hôtes humains, … Ces données sont complexes et nécessitent des méthodes toujours plus élaborées pour être décryptées. L’acceptation du projet PRAIRIE est une excellente nouvelle pour permettre à l’Institut de continuer à développer ses travaux en intelligence artificielle qui ouvrent des
perspectives d’exploration, d’analyse et d’applications considérables. Le projet offrira l’opportunité également de nouer des collaborations avec les meilleures équipes du domaine.
»

Pour Frédéric Dardel, président de l’Université Paris Descartes, co-fondatrice de l’Université de Paris :
« Les applications de l’Intelligence Artificielle en Santé sont probablement les plus intéressantes mais présentent un caractère anxiogène pour le grand public qui voit le diagnostic médical confié à une machine. C’est donc un enjeu majeur d’associer les professionnels de Santé à leur développement et d’avoir des spécialistes qui soient à l’interface entre la médecine et l’informatique pour traiter ces questions. Félicitations à toute l’équipe du projet PRAIRIE. »

Pour Alain Fuchs, président de l’Université PSL (Paris Sciences & Lettres) :
« La sélection du projet PRAIRIE par le jury international est une reconnaissance de l’excellence des laboratoires et formations de l’Université PSL. Nous créons aujourd’hui un lieu unique, en interaction forte avec l’ensemble de nos disciplines de sciences dures, humaines et sociales, qui a vocation à devenir l’un des leaders mondiaux des techniques d’Intelligence Artificielle, de leurs applications, et de la compréhension de leur impact sur nos sociétés. »

À lire aussi