Cette année universitaire est hors norme pour les étudiants contraints de suivre leurs cours à distance. Elle l’est d’autant plus pour ceux qui font leurs premiers pas dans le monde du travail et de l’entreprise. Zoom sur l’expérience des étudiants en apprentissage du Master 1 Professionnels de l’Écrit

Le Master « Professionnel de l’Écrit » permet aux étudiants issus d’une Licence littéraire une insertion rapide dans le monde professionnel. Aptes à prendre en charge tous les types d’écrits produits par une entreprise, ils sont recrutés principalement comme chargé de communication, Community manager, journaliste ou assistant d’édition.

De gauche à droite : Awa, Léo et Chloé

Après avoir rencontré camarades de promo et collègues en septembre 2020, les étudiants ont été contraints de suivre les cours à distance et de télétravailler pour la première fois de leur vie professionnelle.

Des journées qui se ressemblent rythmées par des mails

Alors que le Master permet d’accéder à des postes en apprentissage aux missions variées, les apprentis se sont rapidement retrouvés en raison de la crise sanitaire à effectuer souvent les mêmes tâches. C’est le cas de Chloé, journaliste web pour le magazine en ligne VousNousIls : « Depuis le début de mon alternance, je nai pas pu faire de reportages, de micro-trottoirs ou d’interviews filmées… qui normalement font parties des missions de mon poste. ».

Pour Léo, assistant d’édition aux PUF (Presses Universitaires de France) le constat est identique : « Je dois travailler 7h30 par jour avec une heure de pause le midi. Souvent mes travaux s’étalent sur plusieurs jours donc je sais ce que j’ai à faire en me levant. Je pointe sur mon ordinateur entre 8h et 9h30, j’échange dabord par mail avec mes collègues puis je me consacre à ma mission principale : l’orthotypographie, c’est-à-dire relire et corriger des textes avant leur publication. »

Certains étudiants comme Awa, chargée de communication interne chez Safran Aircraft Engines, constate que la frontière est mince entre le travail et le temps libre chez soi puisque les sollicitations fusent jusque dans la soirée. « Paradoxalement, on a l’impression de travailler plus. J’ai déjà travaillé non stop jusqu’à 18h30 ou 19h sans m’en rendre compte. Maintenant, j’essaie de m’imposer des limites. »

En télé-travail, les étudiants s’accordent à dire que la difficulté principale reste la communication, avec comme conséquence l’appauvrissement des rapports humains : « Les mails, sur le plan humain c’est catastrophique : tout devient « ordres ». Ils entraînent aussi parfois des problèmes de compréhension », confie Léo. Les étudiants pouvant se déplacer sur site, eux, ont l’impression d’être privilégiés : « c’était vraiment appréciable de garder un contact avec le monde de l’entreprise et le monde extérieur. Mais j’avoue avoir eu peur de contracter le virus en me déplaçant au travail. » explique Awa.

Cette période a aussi contraint les étudiants à trouver de bonnes pratiques pour rester efficace et motivé à la fois en cours et au travail. Léo se force à prendre l’air une fois la journée finie et part courir. Awa elle, simpose un rythme de vie équilibré en dormant suffisamment, en pratiquant du sport et des exercices de méditation et en prenant des nouvelles de ses amis. Enfin, Chloé essaie de limiter son utilisation des écrans hors du travail. Mais heureusement la promo est soudée et les étudiants ont néanmoins continué à discuter et à se soutenir.

 

Retour à l’université : une fenêtre ouverte sur la vie d’avant

Après plusieurs mois de cours denses à distance, « ce retour à l’université est un vrai soulagement » témoignent nos trois interviewés.

« C’était un peu frustrant de ne plus voir nos camarades du jour au lendemain. Nous avions à peine fait connaissance ! Au fur et à mesure, les longues journées en visioconférence, qui rendent le cours moins vivant et moins « humain », sont devenues difficiles » déplore Chloé. « Certains cours se prêtaient mal à l’enseignement à distance, comme les cours de graphisme, ajoute Léo, même si dans l’ensemble j’ai appris beaucoup de choses grâce aux cours à distance. »

De retour à l’université, toutes et tous remarquent une meilleure capacité de concentration en cours : « Plus de problèmes de son, de wifi et de sollicitations extérieures. Voir les autres élèves se concentrer est stimulant. » Pour Awa, ce retour est rassurant, elle espère d’ailleurs que les étudiants pourront bientôt venir à l’université plus fréquemment. 

De quoi donner aux étudiants le sentiment de retrouver leur vie d’avant.

À lire aussi

Le Deeptech Tour 2024 arrive à Paris !

Le Deeptech Tour 2024 arrive à Paris !

Créer des ponts entre le monde de l’entrepreneuriat et celui de la recherche, c’est le rôle du Deeptech Tour. Organisée par Bpifrance, cette tournée des campus français vise à réunir l’écosystème universitaire, les acteurs économiques locaux et les structures...

Mesurer la pollution de l’air dans l’écorce des platanes !

Mesurer la pollution de l’air dans l’écorce des platanes !

Le projet de science participative Ecorc’Air propose de collecter des écorces de platanes afin d’établir une cartographie précise de la pollution aux particules fines métalliques liée majoritairement à la circulation automobile, et de mesurer son évolution. Les échantillons sont à envoyer à l’IPGP, où seront faites les analyses magnétiques et chimiques de détection de cette pollution.