Le 6 avril dernier, près de 150 personnes se sont connectées lors de l’après-midi de présentation des neuf programmes interdisciplinaires Université de Paris. Retour sur des échanges passionnés et passionnants sur ces grandes thématiques interdisciplinaires.

 

L’interdisciplinarité un enjeu fort d’Université de Paris

Christine Clerci, Présidente d’Université de Paris a ouvert l’événement en rappelant que l’interdisciplinarité participe de la définition même de notre identité.

« A Université de Paris l’interdisciplinarité n’est pas qu’un mot, il s’agit d’une réalité qui nous permet de répondre à des évolutions majeures, de répondre aux défis de notre société », explique Christine Clerici.

Conformément au souhait du Strategic Advisory Board d’Université de Paris de soutenir cette spécificité, des emplois ont été créés, des financements octroyés aux programmes interdisciplinaires notamment, des formations adossées à la recherche ont été déployées.

« Les mentalités changent, l’interdisciplinarité est un enjeu majeur, les barrières disciplinaires seront-elles amenées à tomber ? Nous nous devons d’embrasser ce mouvement structurant pour l’Enseignement supérieur et la Recherche » ajoute la Présidente d’Université de Paris.

 

Les programmes interdisciplinaires

Certains sont issus du précédent Idex : La personne en médecine (ILPEM), Politiques de la Terre (CPT), Global Research Institute of Paris (GRIP), d’autres sont issus d’un appel à manifestation d’intérêt, Data Intelligence Institut Paris (DiiP), Institut de santé publique, La cité du Genre, L’Institut des défis (IDD), enfin les programmes Covid-19 Ad memoriam et le Pôle spatial Université de Paris (PSUP) ont été proposés à la gouvernance.  Tous développent une une approche structurante de l’interdisciplinarité, mettant en avant des questions de société.

 

Découvrez les programmes interdisciplinaires Université de Paris en images.

 

Quelques extraits choisis des présentations :

 

  • Le Centre des Politique de la Terre est un programme emblématique de la collaboration étroite entre Université de Paris, l’IPGP et Sciences Po. Son ambition est de faire émerger une communauté de recherche travaillant sur la nécessaire convergence des sciences naturelles et expérimentales et des sciences humaines et sociales pour aborder les enjeux complexes de l’Anthropocène.

 

  • Le GRIP a été fondé sur la base de programmes pré existants mais aussi grâce à la mobilisation de la communauté en sciences sociales. En cette première année tous les objectifs ont été accomplis à savoir la concentration des forces et la labellisation de la formation, de la recherche, de la valorisation de la problématique qu’est la globalisation.

 

  • La personne en médecine interroge la notion de « maladies à vie », les maladies chroniques et les maladies aiguës qui engagent vers le chronique, appréhendées tant du point de vue des malades que du côté des professionnels dans le contexte des institutions de soins. Enjeux psychiques, sociaux, anthropologiques, éthiques et de santé publique sont mis en exergue pour contribuer à une meilleure prise en charge des soins et au développement des humanités médicales dans les études médicales.

 

  • Le Data intelligence insitute of Paris a pour ambition de créer des synergies, des interactions entre des experts de renommée mondiale de disciplines variées afin de rendre possible une nouvelle vague de découvertes scientifiques et d’avancées industrielles, qui n’auraient pas pu voir le jour autrement que sur la base de l’analyse des observations détaillées de notre monde; c’est-à-dire sur l’analyse intelligente des données.

 

  • La Cité du Genre connecte la recherche et société civile pour développer des savoirs interdisciplinaires qui répondent aux grands défis sociétaux, ses membres veulent comprendre, interpréter, analyser les inégalités, les préjugés, les discriminations, pour mieux les combattre, pour une société incluante et plus juste.

 

  • L’Institut des défis est conçu comme un catalyseur pour les porteurs de projets innovants. Tout l’enjeu est d’engager et soutenir une communauté de professionnels et d’étudiants à travers la recherche, l’apprentissage par l’expérience et le développement d’un campus digital à l’échelle internationale.

 

  • Basé à Université de Paris et créée sous l’égide du Centre d’excellence OMS avec l’IRD le programme Covid-19 Ad Memoriam a pour objectif de créer un lieu de mémoire actif de la pandémie du Covid-19 ; une crise sanitaire, mais aussi sociale, économique et politique. Ses équipes veulent collecter, archiver et analyser les traces et mémoires – ordinaires comme extraordinaires – de la pandémie de Covid-19.

 

  • Santé Publique Paris a pour ambition de stimuler une recherche de pointe et contribuer ainsi à une amélioration de l’état de santé de la population à tous les âges de la vie. Tout le monde prend conscience de l’importance de la santé publique et c’est pourquoi le programme a été lancé.

 

  • Le Pôle spatial a quant à lui pour rôle de consolider les forces d’Université de Paris dans le domaine spatial, un domaine très compétitif où les exigences technologiques sont fortes, en renforçant les équipes impliquées et soutenant les moins impliquées. Il assurera aussi la coordination locale et la mutualisation des ressources et soutiendra les laboratoires spatiaux.

 

À lire aussi