Le GRIP (Global Research Institute of Paris), institut interdisciplinaire d’Université Paris Cité crée dans le cadre de l’IdEx, a élaboré au printemps 2020 un nouveau type de partenariat à l’attention de décideurs, de chefs de projets ou de chargés de mission d’institutions privées ou publiques. Ce type de convention novatrice consiste à accompagner scientifiquement des projets de manière continue et à long terme.

Participants aux ateliers pilotes ayant permis de configurer la formation en ligne, à Dakar.

A l’origine, un constat

Avec la généralisation de la logique de projet dans les entreprises mais aussi dans les ministères, les OING, et jusque dans les associations, les thématiques et les modes d’intervention varient à une cadence de plus en plus rapide, dans des contextes politiques souvent changeants qui compliquent la prise de décision. Dans tous ces lieux, il est devenu essentiel d’être correctement informé et d’agir avec efficience dans des délais raisonnables, tout en respectant un niveau de qualité reconnu. Pourtant aujourd’hui encore, la conduite de projets s’opère souvent sans connexion avec le monde académique, en l’absence de veille documentaire et d’accès à différents événements scientifiques pourtant pleinement en résonance avec les problématiques concernées.

 

Un nouveau type de convention élaborée par le GRIP

L’idée a donc germé d’élaborer une formule de compagnonnage à long terme (jusqu’à 24 mois à la suite), avec différents opérateurs, dont des chercheurs, et décideurs volontaires. Le suivi proposé fait l’objet d’une convention type, distincte des contrats qui font du chercheur un prestataire délivrant des études ou des audits ponctuels.

 

Suivre les projets, en temps réel, dans la durée

Concrètement, l’accompagnement consiste à suivre scientifiquement des projets, en partant de leur préfiguration pour aller jusqu’à leur réalisation et diffusion, en toute confidentialité. Un ou plusieurs projets sont contractualisés, avec un tarif forfaitaire pour un temps prédéfini. Des ajouts de projets sont possibles, moyennant des ajustements.

Le suivi repose sur des indicateurs qualité et le partenaire peut soumettre, s’il le souhaite, sa démarche projet à une procédure de labellisation conduite par le comité directeur du GRIP et les chercheurs ayant procédé à l’accompagnement. Cette convention type pourrait ainsi être transposée à d’autres domaines que ceux relevant du GRIP.

 

Un premier partenariat couronné de succès avec l’Organisation Internationale de la Francophonie 

Le GRIP intervient dans le domaine des sciences humaines et sociales (Education, Développement, Economie, Gestion des territoires, Sociologie) en abordant la question des circulations globales des personnes, des biens, des idées et des savoir-faire. Sa contractualisation avec le siège de l’Organisation Internationale de la Francophonie à Paris ciblait à ses débuts des stylistes africains désireux de développer leur clientèle à l’international par le biais du numérique (sites marchands, blogs, clips de collections) et des médias grand public (émissions télévisées, interviews dans la presse). Le projet a pris de l’ampleur, avec la réalisation par l’OIF d’une formation en ligne gratuite et ouverte à l’ensemble de la francophonie : « Créateurs de mode : le français professionnel pour une stratégie de communication innovante »

En savoir plus :
 
Pour toutes informations complémentaires sur ce projet (étapes de veille, de conseil en continu et de valorisation, constitutives de l’accompagnement dispensé) vous pouvez contacter Florence Mourlhon-Dallies, Directrice valorisation du GRIP.

À lire aussi

Le Deeptech Tour 2024 arrive à Paris !

Le Deeptech Tour 2024 arrive à Paris !

Créer des ponts entre le monde de l’entrepreneuriat et celui de la recherche, c’est le rôle du Deeptech Tour. Organisée par Bpifrance, cette tournée des campus français vise à réunir l’écosystème universitaire, les acteurs économiques locaux et les structures...

Mesurer la pollution de l’air dans l’écorce des platanes !

Mesurer la pollution de l’air dans l’écorce des platanes !

Le projet de science participative Ecorc’Air propose de collecter des écorces de platanes afin d’établir une cartographie précise de la pollution aux particules fines métalliques liée majoritairement à la circulation automobile, et de mesurer son évolution. Les échantillons sont à envoyer à l’IPGP, où seront faites les analyses magnétiques et chimiques de détection de cette pollution.