Les publications scientifiques participent au rayonnement de la recherche et par conséquent à celui de l’institution. C’est un sujet majeur pour Université de Paris qui se positionne comme une université de recherche intensive de rang mondial. Pour assurer une visibilité optimale des activités des unités d’Université de Paris, il convient de respecter des règles précises.

À l’occasion de la création d’Université de Paris en mars 2019, une première version de la charte de signature des publications a été proposée pour accompagner la période de transition entre les établissements fondateurs et la nouvelle université. La charte de signature évolue en 2021 vers une version consolidée qui vise à prendre en compte les règles et chartes proposées par les organismes de recherche, les universités partenaires et l’AP-HP.

Il est rappelé que tous les personnels rémunérés par ou affectés à l’université pour leur recherche sont tenus d’adopter une signature normalisée, qu’elles ou ils soient enseignant·es-chercheur·es, chercheur·es, doctorant·es, post-doctorant·es, etc.

Cette signature doit être mentionnée dans le règlement intérieur des structures de recherche. Les documents contractuels (contrats-cadre, contrats de recherche, contrats doctoraux, etc.) mentionnent l’engagement des personnels à respecter le modèle de signature scientifique.

 

Préconisations

 

Après le nom de(s) auteur·e(s) figurent dans l’ordre :

  • La mention de « Université de Paris » qui ne devra être ni abrégée en « Univ. Paris » ni traduite en « Paris University » ou « University of Paris » (attention, le mot Université s’écrit avec une majuscule) ;
  • La mention des organismes de recherche tutelles de l’unité (CNRS, INSERM, IRD, INRIA, etc.) ; aucun des noms de co-tutelles n’est traduit en anglais ;
  • La mention indispensable de l’unité de recherche sous un format défini en accord avec la direction d’unité et qui ne devra accepter aucune variante ; les équipes internes n’apparaissent pas.
  • La mention de l’adresse postale de l’unité sous la forme normalisée à l’international (sans le cedex et avec un F-) : e.g. F-75006, Paris, France.
  • Ces différents éléments figurent sur une seule ligne, séparés par une virgule ;
  • Les co-tutelles universitaires, en fonction des règles partagées, apparaissent sur une autre ligne, ou sur une ligne unique et séparées par la conjonction de coordination « and » ;
  • Pour les hospitalo-universitaires, l’AP-HP doit être présent dans la signature, mais sur une autre ligne (voir Partenariat AP-HP ou hôpital) ;
  • Tout personnel employé par un établissement non tutelle de l’unité doit mentionner son employeur dans la signature sur une autre ligne.
  • Ne doivent pas figurer dans la signature (mais dans les remerciements) : la mention de l’Idex Université de Paris, les financeurs (dont LabEx), les regroupements, instituts, etc. dont l’unité est membre, et les plateformes utilisées.

 

Construction de la signature

Vous trouverez ci-dessous le principe de construction des signatures de publication dans différents cas de figure.

La déclinaison de la charte pour les différentes unités sera proposée par l’ensemble des tutelles et discutée avec les directions des unités.

 

Pour les unités de recherche propres (URP) d'Université de Paris

 Université de Paris, nom de l’unité ou acronyme/abréviation, F-75006 Paris, France.

 

Pour les unités mixtes de recherche (UMR) dont Université de Paris est seule tutelle universitaire

Université de Paris, organismes de recherche co-tutelles, nom de l’unité ou acronyme/abréviation, F-75006 Paris, France.

La déclinaison de la charte pour les différentes unités sera proposée par l’ensemble des tutelles et discutée avec les directions des unités.

 

Pour les unités mixtes de recherche dont plusieurs universités sont tutelles

L’ordre d’apparition des universités est fixé au cas par cas.

La déclinaison de la charte pour les différentes unités sera proposée par l’ensemble des tutelles et discutée avec les directions des unités.

 

Partenariat AP-HP ou hôpital

Dans le cas où l’auteur·e de la publication est un personnel hospitalo-universitaire ou hospitalier hébergé dans une unité de recherche dont Université de Paris est tutelle, il convient de mentionner cette appartenance dans une seconde ligne de signature en cohérence avec la norme éditée par l’AP-HP.

  1. Université de Paris, organismes de recherche co-tutelles, nom de l’unité ou acronyme/abréviation, F-75006 Paris.
  2. Service, AP-HP, Hôpital, adresse.

 

Cas d'un·e enseignant·e-chercheur·e UP accueilli·e dans une UR dont Université de Paris n’est pas tutelle

Dans le cas où l’auteur·e de la publication est enseignant·e-chercheur·e, doctorant·e, post-doctorant·e employé·e par Université de Paris mais accueilli·e dans une unité de recherche dont Université de Paris n’est pas tutelle, il convient de mentionner l’appartenance à Université de Paris dans la première ligne de signature, la seconde ligne suivant les recommandations de l’établissement d’accueil :

  1. Université de Paris, F-75006 Paris.
  2. Signature recommandée de l’établissement tutelle de l’unité.
Pour l'Institut de physique du globe de Paris
 
Université de Paris, Institut de physique du globe de Paris, CNRS, F-75005 Paris, France 

 

Pour les publications de l’équipe de Géodésie, l’IGN doit être ajouté après le CNRS dans la signature, et pour celles de l’équipe Géosciences Réunion, l’université de la Réunion doit être ajoutée sur une seconde ligne.

Dans le cas où l’auteur·e de la publication est un personnel des observatoires volcanologiques et sismologiques de l’IPGP, ou un personnel d’un autre établissement que l’IPGP ou Université de Paris, il convient de mentionner cette appartenance dans une seconde ligne de signature, selon les principes détaillés dans la charte de signatures des publications scientifiques de l’IPGP (disponible sur l’intranet).

 

 

Pour contacter les équipes de la DRIVE 
recherche@univ-paris-diderot.fr
drive@parisdescartes.fr

À lire aussi

Mission InSight : Mars se dévoile

Mission InSight : Mars se dévoile

À partir d’une dizaine de séismes détectés sur Mars par le sismomètre très large bande SEIS, développé en France, l’équipe internationale de la mission InSight de la NASA dévoile la structure interne de Mars. Les trois études publiées le 23 juillet dans la revue...