Le Pr Pierre Coslin, professeur de psychologie émérite d’Université de Paris et spécialiste des troubles socio-cognitifs des adolescents, est décédé à l’aube de 2021.

 

 

Très impliqué sur le plan institutionnel et directeur de l’ancienne UFR de Psychologie (1989-1993), le professeur Pierre Coslin a contribué à la fusion de l’Institut de Psychologie et de l’UFR de Psychologie, avec l’enjeu important d’un rapprochement étroit entre la tradition de la formation universitaire et de la formation professionnalisante en psychologie. Ses responsabilités en maîtrise et DESS de psychologie du développement, puis en master, ont été une mise en œuvre de l’évolution des contenus de formation et de la participation des professionnels, avec également une place importante donnée aux enseignements interdisciplinaires en psychologie.

Pierre Coslin a joué un rôle significatif aussi dans le cadre de l’université Paris Descartes puisqu’il a assuré la première direction de l’Observatoire du suivi des études et de l’insertion professionnelle des étudiant.e.s (OSEIPE).

Professeur de psychologie de l’adolescence, Pierre Coslin avait fondé le GERPA (Groupe d’Études et de Recherches sur l’Adolescence) et développé à l’Institut de Psychologie des travaux novateurs, notamment dans le domaine des conduites à risque et de la violence scolaire. A la fin de sa carrière et en tant que professeur émérite, il avait rejoint le laboratoire de psychologie clinique et de psychopathologie (LPCP, EA 4056). Pierre Coslin a participé à de nombreux travaux, y compris en collaboration avec des équipes étrangères (Belgique, Allemagne, Grèce, Algérie) s’inscrivant dans la demande sociale de compréhension des conduites adolescentes en tant que nouvelles formes de rapports au monde. Il a été ainsi l’auteur d’un grand nombre de publications et ouvrages intéressant chercheurs et praticiens concernés par la diversité des problématiques adolescentes et des perturbations qui peuvent les accompagner.

La Présidence de l’université, la Faculté Sociétés & Humanités et l’Institut de Psychologie s’associent à la tristesse de sa famille, de ses proches et de toutes celles et ceux qui ont travaillé à ses côtés.

À lire aussi