Dans le cadre du programme de science citoyenne et de recherche Crowd4SDG, Paris Mollo, étudiant en licence Informatique porte fièrement les couleurs d’Université de Paris à l’échelle des Nations Unies. Zoom sur son projet, ses motivations et son ambition.

Le challenge « Open17Water » est une opportunité unique, pour de jeunes entrepreneurs, de transformer une simple idée en un projet novateur et de le présenter à des experts des Nations Unies. Pour y parvenir, le programme Crowd4SDG propose aux candidats un encadrement à distance et en présentiel assuré par des ONG et des chercheurs d’universités partenaires.
En savoir plus >

Vers des prévisions météorologiques plus fiables

Engagés dans la lutte contre les changements climatiques, Paris Mollo et sa bande d’amis, tous étudiants, entendent bien révolutionner le monde de la météorologie en concourant au Challenge « Open17Water ».

Leur projet « Potamoi » a pour finalité de fiabiliser les données météorologiques pour lutter contre les phénomènes dinondations et de sécheresses, par une meilleure gestion des flux d’informations entre les collecteurs de données et les modèles hydrologiques (pré-traitement des données) et par la mise en place de techniques de nettoyage. « Ce processus de nettoyage et de traitement des données en temps réel est coûteux et laborieux. Il nécessite un grand investissement de la part des centres de prévision, parfois limités par leur infrastructure et le manque de personnel. Malheureusement, ces limites retardent le flux de données des prévisions météorologiques et leur stockage dans des bases de données historiques; situation qui peut être problématique si des vies sont en danger », nous explique Paris. 

« Potamoi » permettra d’externaliser le contrôle rapide de la qualité des données à moindre coût. Avec ce système, pas besoin d’expertise interne ni d’embauche supplémentaire de personnels. Un tel service pourrait considérablement améliorer la qualité des données et donc la précision des prévisions météorologiques, en plus de réduire les coûts d’infrastructure locale.

La science citoyenne comme une évidence

Après une Licence Économie et gestion internationale, Paris Mollo, venu du Brésil, soriente vers une licence d’informatique avec pour objectif à long terme « de devenir acteur dans la lutte contre le changement climatique et parvenir à répondre aux problématiques urbaines via la technologie ». Sil a choisi d’étudier à Université de Paris, ce n’est pas un hasard : cest parce quelle est l’une des rares universités parisiennes à proposer un master en Science des données,  domaine qui le passionne et dans lequel il souhaite se spécialiser. 

« En plus de la qualité des infrastructures et des enseignements, Université de Paris accorde une attention particulière aux étudiants souhaitant innover et contribuer à lamélioration de la société par la voie scientifique. Je suis très heureux dy étudier et je suis confiant en lavenir » senthousiasme Paris Mollo.

Si notre étudiant consacre une grande partie de son temps à programmer et explorer le monde de lintelligence artificielle, il porte un grand intérêt aux problématiques liées aux enjeux urbains, comme la sécurité au point d’en avoir fait son projet d’étude en Licence, l’an passé : « J’ai développé un modèle de « machine learning » (apprentissage automatique) capable de reconnaître des images d’incendie enregistrées par des caméras de surveillance et qui pourrait idéalement lancer une alerte immédiate aux pompiers afin doptimiser leur temps dintervention ». Alors, à lannonce du challenge « Open 17 waters » sur le compte Twitter dUniversité de Paris, Paris Mollo na pas hésité une seconde à se lancer dans laventure. Paris Mollo en est convaincu : « le développement de la science citoyenne permet à un maximum de personnes d’apporter des solutions aux grands défis actuels : le climat, l’énergie, l’environnement, etc. »

Une expérience riche et professionnalisante

Du point de vue de Paris Mollo : « Un projet personnel demande de la patience, du travail, des compétences techniques et c’est tout ; tandis qu’un projet de grande envergure avec un impact réel exige de s’entourer des personnes aux savoir-faire complémentaires. » Pour faire évoluer son projet, notre étudiant a donc dû s’entourer d’une équipe. Et pour cela, il a pu compter sur l’aide de ses amis expérimentés dans des domaines multiples : économétrie, informatique et développement durable. 

Planifier, rechercher, tester, interagir avec de nombreux interlocuteurs, sortir de sa bulle et se mettre à la place de ceux qu’on aimerait aider, ensemble, ils ont développé de nouvelles compétences pour donner forme au projet « Potamoi » qu’ils présenteront collectivement en ligne (présentation initialement prévue à Genève) fin janvier 2021.

En ce sens, les séances de coaching sont un véritable atout pour comprendre le processus de développement d’un projet d’utilité publique : « J’ai réalisé que nous ne devions pas nous précipiter pour imaginer des solutions avant d’avoir compris tous les enjeux d’un problème. Nous avons d’excellents mentors qui nous guident sur les aspects techniques mais aussi sur la façon de présenter un projet ; le documenter et préparer notre pitch. ». Les conférences sur la résidence de l’eau auxquelles ils ont pu assister ont également conforté Paris Mollo dans son choix de professionnalisation : « Je suis motivé par un objectif : développer des solutions aux problèmes climatiques et urbains, et personne n’est mieux placé que le groupe Open 17 Waters pour m’y aider. »

Même si Paris Mollo et son équipe ne sont pas encore arrivés au bout de l’aventure, ils recommandent vivement ce programme à tous les étudiants : « Peu importe votre parcours, si vous êtes intéressé par des sujets liés aux objectifs de développement durable, vous apprendrez beaucoup en participant à des projets de sciences citoyenne et vous vous amuserez ! » Paris Mollo.

Le consortium Crowd4SDG rassemble six établissements : Université de Paris – CRI, Université de Genève, United Nations Institute for Training and Research, European Organization for Nuclear Research, Agencia Estatal Consejo Superior de Investigaciones Científicas, et Politecnico di Milano.
 
Crowd4SDG est présent sur les réseaux sociaux :

À lire aussi