L’équipe de diabétologie-nutrition de l’hôpital Bichat – Claude-Bernard AP-HP, d’Université de Paris et de l’Inserm, a mené en mai 2020, durant le confinement, une vaste étude, coordonnée par les Pr Boris Hansel et Ronan Roussel, évaluant l’évolution des habitudes de vie et du poids de 5 280 personnes diabétiques ayant participé au projet CoviDIAB, un programme d’information en ligne sur les relations entre COVID et diabète. Au total 3 670 des répondants étaient en surpoids ou souffraient d’obésité au début du confinement.

Les résultats révèlent qu’une prise de poids a été observée chez 29% des patients en surpoids ou souffrant d’obésité. Cependant près d’une personne sur cinq (19%) a, pendant cette période, amélioré ses habitudes de vie et perdu du poids. Une augmentation des apports en fruits et légumes mais également une réduction du grignotage et une augmentation des activités physiques et sportives ont également caractérisé 15 à 20% des répondants en surpoids souffrant d’obésité. Cette évolution favorable de l’hygiène de vie était spécialement marquée chez les personnes ayant perdu du poids pendant le confinement. Le sevrage tabagique était aussi associé à la perte de poids.

Pour 51% des participants à l’étude, le poids n’a pas varié de façon marquée pendant la période « dure » du confinement. De même, les habitudes alimentaires (grignotage, consommation de fruits et de légumes) sont restées stables pour plus de la moitié de la population interrogée. La réduction de la pratique d’activité physique a concerné 48% des répondants.

Cette étude souligne le fait qu’il existe un sous-groupe, non négligeable, pour lequel ce confinement a été profitable pour mieux s’alimenter, bouger davantage et arrêter de fumer tout en perdant du poids. Elle montre aussi que cette sous-population est minoritaire et que pour la majorité des patients en excès de poids, le confinement a eu soit un impact défavorable, soit pas d’impact sur l’hygiène de vie.

Cette étude montre que chaque patient est différent et qu’être en excès pondéral ne signifie pas qu’inexorablement, un confinement et si on généralise, un changement forcé de mode de vie, se soldera par une prise de poids.

Les résultats de cette étude seront relayés par PuMS la chaîne santé d’Université de Paris, en partenariat avec l’AP-HP.

Références

The COVID-19 LOCKDOWN as an OPPORTUNITY to CHANGE LIFESTYLE and body weight in overweight/obesity and diabetes: Results from the national French COVIDIAB cohort : Boris Hansel MD, Louis Potier MD, Sarah Chalopin, Etienne Larger MD, Jean-François Gautier, MD, Fabienne Delestre, Virginie Mas, Benoit Visseaux MD, Jean-Christophe Lucet MD, Solen Kerneis MD, Yawa Abouleka MD, Jean-François Thebaut MD, Jean-Pierre Riveline MD, Diana Kadouch MD, Ronan RousselMD. Nutrition, Metabolism and Cardiovascular Diseases.

DOI :  https://doi.org/10.1016/j.numecd.2021.05.031

À lire aussi