Comment combiner analyse performante de données massives, enseignement à distance, sans aucune contrainte d’espace de stockage ou de connexion ? La réponse: PLASMA pour Plateforme d’e-Learning pour l’Analyse de données Scientifiques et MAssives. Ce projet transfacultaire révèle toute sa pertinence à l’heure où les échanges à distance (travail, cours) sont de mise.

À l’origine de PLASMA, trois maîtres et maîtresses de conférences : Sandrine Caburet et Pierre Poulain en Sciences du Vivant et Claire Vandiedonck en Médecine. Bien résolus à offrir la formation la plus professionnalisante qu’il soit à leurs étudiants et étudiantes du Master européen de génétique, ils et elles sont confrontés à des freins techniques.

En effet, les disciplines enseignées (génétique et génomique) tendent à former notamment à la programmation dans divers langages et à l’analyse de données massives dont le traitement prenait alors trop de temps et d’espace pour être envisageable lors de TPs.

Face à cette difficulté est née l’idée de se pourvoir d’un serveur informatique dédié et d’élaborer une infrastructure logicielle permettant d’allier pédagogie et performances techniques. 

Ce projet a été lauréat des Trophées franciliens de l’innovation numérique dans le supérieur « Ed Tech » en 2018, ce qui a permis de réunir 70% du budget initial. Par la suite, c’est grâce à un important soutien de l’IdEX et des financements complémentaires de l’EUR G.E.N.E et du DU Omiques que cet ambitieux projet a pu voir le jour, pour être déployé puis utilisé dès septembre 2020 par des étudiants et étudiantes de Génétique, de BioInformatique et de Médecine.

 

Un fonctionnement simple et un outil précieux pour assurer la continuité pédagogique

Grâce à une simple connexion à un navigateur avec un identifiant et un mot de passe, il est possible de se connecter à PLASMA, d’en découvrir le fonctionnement et d’entamer au sein de notebooks (cahiers numériques interactifs), des exercices en conditions réelles.

Plusieurs sessions peuvent être utilisées en simultané et chaque étudiant ou étudiante peut en toute autonomie s’entraîner, se mettre en conditions réelles d’exercice d’où qu’il se connecte et retrouver ses résultats quand il le souhaite, sans avoir à installer quoi que ce soit sur son ordinateur.

Un outil plus que bénéfique à l’heure où les confinements successifs ont imposé à toutes et tous de dématérialiser son apprentissage et/ou son enseignement :

« Très pratique, PLASMA facilite l’accès à notre travail partout, c’est vraiment utile », témoigne un étudiant.

 

« Le déploiement de PLASMA arrive au bon moment et nous ne pouvons que souhaiter que cette dynamique gagne en ampleur. Dès l’automne d’autres enseignants et enseignantes ont souhaité utiliser également PLASMA pour numériser leurs cours. Nous recensons déjà plus de 200 utilisateurs et utilisatrices. Nous découvrons que notre projet, totalement open source et basé sur la technologie Jupyter, est utilisé même en Australie ! » déclare Sandrine Caburet, maître de conférences en Sciences du Vivant.

 

L’ambition des trois porteurs ? Essaimer bien sûr cette solution, au-delà des quelques collègues qui l’utilisent depuis septembre, mais aussi la faire maturer en permettant par exemple le travail collaboratif sur une même session, en optimisant la gestion de centaines de comptes ainsi que la correction automatique des notebooks.

 

 

 

 

En savoir plus :

À lire aussi

Le Deeptech Tour 2024 arrive à Paris !

Le Deeptech Tour 2024 arrive à Paris !

Créer des ponts entre le monde de l’entrepreneuriat et celui de la recherche, c’est le rôle du Deeptech Tour. Organisée par Bpifrance, cette tournée des campus français vise à réunir l’écosystème universitaire, les acteurs économiques locaux et les structures...

Mesurer la pollution de l’air dans l’écorce des platanes !

Mesurer la pollution de l’air dans l’écorce des platanes !

Le projet de science participative Ecorc’Air propose de collecter des écorces de platanes afin d’établir une cartographie précise de la pollution aux particules fines métalliques liée majoritairement à la circulation automobile, et de mesurer son évolution. Les échantillons sont à envoyer à l’IPGP, où seront faites les analyses magnétiques et chimiques de détection de cette pollution.