L’outil WebObs, conçu par les observatoires volcanologiques et sismologiques de l’IPGP, est récompensé par un prix Science ouverte du logiciel libre de la recherche, remis le 5 février par le MESRI. Ce système intégré pour la gestion des données multidisciplinaires et la surveillance volcanologique et sismologique centralisée, automatisée et en temps réel, est développé et maintenu depuis plus de 20 ans par les équipes de l’IPGP.

L’outil WebObs est utilisé par les 4 observatoires volcanologiques et sismologiques de l’IPGP.

La première édition des prix Science ouverte du logiciel libre de la recherche, remis par le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, dans le cadre des Journées européennes de la science ouverte, le 5 février 2022, a récompensé 10 projets français. Ces prix visent à distinguer des équipes pour leur contribution à l’avancée de la connaissance scientifique et à mettre en valeur les projets et les équipes de recherche qui œuvrent au développement et à la diffusion des logiciels libres et qui contribuent à la construction d’un bien commun de première importance.

L’outil WebObs conçu par les observatoires volcanologiques et sismologiques de l’IPGP est lauréat d’un « Accessit » du prix Science ouverte du logiciel libre de la recherche, dans la catégorie « Communauté ».

Basé sur une interface web, cet outil a été initialement développé par François Beauducel, géophysicien à l’IPGP, au début des années 2000, alors qu’il était directeur de l’OVSG-IPGP en Guadeloupe pour assister les tâches quotidiennes de surveillance de l’observatoire. Il a ensuite été rapidement adapté aux observatoires magnétiques de l’IPGP, puis à l’observatoire volcanologique et sismologique de Martinique, à celui du volcan de Montserrat, du Piton de la Fournaise et plus récemment, adopté par le CVGHM, institut national chargé de la surveillance des volcans indonésiens.

Depuis près de 20 ans, WebObs continue ainsi à être développé, maintenu et distribué librement par les équipes de l’IPGP, en collaboration avec leurs partenaires scientifiques en France et à l’étranger (IRD, CVGHM, EOS, …).

Un système intégré, multidisciplinaire et multi-langages

WebObs est un système intégré pour la gestion des données multidisciplinaires et la surveillance volcanologique centralisée, automatisée et en temps réel. La plateforme, développée via plusieurs langages de programmation pour optimiser ses performances, permet une gestion unifiée des données des différentes disciplines (sismologie, géochimie, déformation…) nécessaires à la surveillance des systèmes naturels.

Une multitude d’outils sont disponibles, de l’agenda de l’observatoire à la gestion de l’historique de maintenance technique de l’ensemble des réseaux instrumentés, en passant par les e-mails d’alertes paramétrables. WebObs intègre ainsi l’ensemble des étapes de la surveillance, de la gestion des stations sur le terrain à la visualisation des données et parfois la modélisation des phénomènes en temps réel.

Qui fait le lien entre observation et recherche

Une des spécificités de WebObs est d’établir un lien entre les données de surveillance et la recherche appliquée. Il propose ainsi des modules de traitements, de calculs complexes, de modélisation et leur visualisation dynamique utilisant les flux de données d’observation en temps réel. Ces outils permettent de tester la validité de nouveaux modèles et hypothèses de recherche sur de vraies données, et de partager ces résultats avec la communauté.

Ces traitements et analyses automatiques des signaux multidisciplinaires sur de longue période de temps sont primordiaux pour valider de nouveaux outils de prédiction des phénomènes observés ou tester la robustesse d’un calcul dans de vraies conditions de temps-réel.

Modulable et utilisé dans le monde entier

Distribué via la plateforme GitHub, WebObs est aujourd’hui utilisé par les 4 observatoires volcanologiques et sismologiques de l’IPGP (Guadeloupe, Martinique, Réunion et Mayotte), mais également dans une douzaine d’observatoires à Montserrat, en Éthiopie, en Indonésie, à Singapour, au Pérou, en Italie… C’est également l’outil de gestion et de distribution des données de l’observatoire d’érosion des Antilles (ObsErA) .

Chaque type de données d’observation étant géré par un module dédié, il est possible de simplement faire évoluer le système pour l’adapter à de nouveaux types ou formats de données, et éventuellement de l’utiliser pour la surveillance d’autres phénomènes naturels.

 

Ce prix vient donc récompenser l’investissement des scientifiques dans le développement de programmes librement distribués à la communauté, comme une activité de recherche à part entière.

 

En savoir plus :

  • Bibliographie : Beauducel F., D. Lafon, X. Béguin, J.-M. Saurel, A. Bosson, D. Mallarino, P. Boissier, C. Brunet, A. Lemarchand, C. Anténor-Habazac, A. Nercessian, A. A. Fahmi (2020). WebObs: The volcano observatories missing link between research and real-time monitoring, Frontiers in Earth Sciences, doi:10.3389/feart.2020.00048.
  • Distribution de WebObs : https://ipgp.github.io/webobs

À lire aussi

Le Deeptech Tour 2024 arrive à Paris !

Le Deeptech Tour 2024 arrive à Paris !

Créer des ponts entre le monde de l’entrepreneuriat et celui de la recherche, c’est le rôle du Deeptech Tour. Organisée par Bpifrance, cette tournée des campus français vise à réunir l’écosystème universitaire, les acteurs économiques locaux et les structures...

lire plus
Mesurer la pollution de l’air dans l’écorce des platanes !

Mesurer la pollution de l’air dans l’écorce des platanes !

Le projet de science participative Ecorc’Air propose de collecter des écorces de platanes afin d’établir une cartographie précise de la pollution aux particules fines métalliques liée majoritairement à la circulation automobile, et de mesurer son évolution. Les échantillons sont à envoyer à l’IPGP, où seront faites les analyses magnétiques et chimiques de détection de cette pollution.

lire plus