Une équipe de l’hôpital Lariboisière, AP-HP / Inserm / université de Paris coordonnée par le Dr Sébastian Voicu du service de réanimation médicale et toxicologique, a mené une étude pour établir la prévalence de la thrombose veineuse profonde chez les patients intubés et ventilés pour pneumonie à COVID-19. Ces travaux ont fait l’objet d’une publication dans la revue Journal of the American College of Cardiology le 30 mai 2020.

 

Les patients hospitalisés pour pneumonie à COVID-19 présentent un risque élevé de thrombose veineuse profonde mais la prévalence n’avait pas été précisément estimée. L’équipe a mené une étude prospective observationnelle pour établir la prévalence de la thrombose veineuse profonde chez les patients intubés et ventilés pour pneumonie à COVID-19.

 

56 patients ont été inclus et tous ont eu un premier doppler 3 jours (2-4 (percentile 25-75)) après l’intubation. 17 parmi les patients ne présentant pas de thrombose veineuse profonde ont eu un deuxième examen doppler 10 (8-13) jours après leur intubation. Les patients recevaient une anticoagulation préventive par enoxaparine 40 mg/j sous-cutané ou héparine non-fractionnée 15000 UI/j intraveineux continu si clearance de la créatinine <15ml/min dans 87% des cas, et dans 13% des cas ils recevaient une anticoagulation efficace (pour fibrillation atriale ou oxygénation extracorporelle), par héparine intraveineux ou enoxaparine sous-cutané avec les cibles biologiques habituelles.

 

Au total 26 patients (46%) ont présenté une thrombose veineuse profonde, dont 13 (23%) avaient des thromboses proximales, fémorales ou poplitées.

Six patients (35% sur les 17 patients) ont acquis la thrombose entre le premier et deuxième examen doppler, dont deux (12%) étaient des thromboses veineuses proximales.

 

L’étude montre que la prévalence de la thrombose veineuse profonde est très élevée et que la prophylaxie standard est probablement insuffisante pour prévenir de façon efficace la thrombose veineuse profonde. L’équipe évalue actuellement d’autres régimes d’anticoagulation, permettant de prévenir de façon plus efficace les thromboses avec un rapport bénéfice risque favorable, et étudie les anomalies de l’hémostase favorisant l’apparition des thromboses.

 

 
Référence
Voicu S, Bonnin P, Stépanian A, Chousterman BG, Le Gall A, Malissin I, Deye N, Siguret V, Mebazaa A, Mégarbane B, High prevalence of deep vein thrombosis in mechanically ventilated COVID-19 patients, Journal of the American College of Cardiology (2020), doi: https://doi.org/10.1016/j.jacc.2020.05.053

À lire aussi

Les BU rouvrent leurs portes

Les BU rouvrent leurs portes

Les bibliothèques Grands-Moulins, Sciences, Bichat, Cochin, Cordeliers, Necker,  Villemin, Montrouge, Garancière, BIU Santé - Médecine, BIU Santé - Pharmacie, Jeanne-Chauvin, Henri-Piéron, SHS et STAPS vous accueillent dans le respect des...