Le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) et Université de Paris prennent acte de la décision d’annulation partielle du décret n°2019-209 sur la dénomination de l’université. Si un travail est d’ores et déjà engagé afin de proposer rapidement aux instances de l’établissement une nouvelle dénomination juridique, ensemble, ils soulignent toute la pertinence et la dynamique d’un projet d’excellence qui porte déjà ses fruits en France et à l’international.

Le 29 décembre 2021, le Conseil d’État a validé la création de la nouvelle université née de la fusion des universités Paris Descartes et Paris Diderot, et de l’intégration de l’Institut de physique du globe de Paris (IPGP) par le décret n°2019-209 du 20 mars 2019 portant création de l’université de Paris, en se limitant à annuler la seule dénomination de la nouvelle université ainsi créée.

Un travail est d’ores et déjà engagé afin de proposer rapidement aux instances de l’université un nouveau texte juridique de dénomination.

Si l’université de Paris doit changer de dénomination, le projet qu’elle incarne, et qui suscite une adhésion croissante de la part des étudiants et de la communauté scientifique, va pouvoir continuer à prospérer :  attractivité en forte croissance auprès des étudiants et étudiantes, avec une hausse de vœux sur Parcoursup de 35% en 2021,  de nombreux succès à la fois dans les classements internationaux (top 4 des universités françaises) et dans les appels à projets du PIA et de l’Union européenne, etc.

L’établissement a démontré sa capacité à innover, à fédérer de nombreux partenaires scientifiques et académiques, en France et à l’international, incarnant ainsi l’excellence à la française. 

À lire aussi