L’équipe du service de chirurgie thoracique de l’hôpital Cochin AP-HP, d’Université de Paris et de l’Inserm ont mené des travaux, coordonnés par le Dr Antonio Bobbio et le Pr Marco Alifano, sur l’épidémiologie et les facteurs pronostiques de l’infection de la plèvre (ou empyème pleural, ou pyothorax).

Décrite au temps d’Hippocrate sur les îles du Dodécanèse, l’infection de la plèvre (ou empyème pleural, ou pyothorax), a marqué l’histoire de la médecine moderne en raison de l’augmentation de son incidence et de sa mortalité lors de la pandémie de grippe espagnole. La digitalisation récente des données médicales a rendu possible la constitution d’importantes bases de données médicales qui permettent de nouvelles méthodes d’étude épidémiologiques des maladies et des facteurs qui les déterminent.

Sur la base des données nationales du programme de médicalisation des systèmes d’information (PMSI), l’équipe en charge de ces travaux a étudié 25 512 hospitalisations de patients atteints d’un pyothorax survenu après résection pulmonaire, ou ayant un cancer associé ou n’ayant pas subi de chirurgie et n’ayant pas de cancer associé, durant la période allant de janvier 2013 et décembre 2017.

Ces travaux ont permis de montrer que les hospitalisations pour empyème pleural ont augmenté de 7.1 à 7.7 cas pour 100.000 habitants pendant la période de l’étude et que la mortalité hospitalière est de 17.1%. 

Ils ont également montré que le pyothorax survenant après résection pulmonaire et celui observé chez les patients ayant un cancer associé induit une durée de séjour plus longue pour le patient, des coûts de prise en charge plus élevés et un pronostic plus sombre.

Références

Epidemiology and prognostic factors of pleural empyema : Antonio Bobbio, Samir Bouam, Jerome Frenkiel, Kevin Zarca, Ludovic Fournel, Emelyne Canny, Philippe Icard, Raphaël Porcher, Marco Alifano

À lire aussi