Nombre des plus grandes villes du monde, dont Londres et Paris, sont confrontées à d’importants défis relatifs à la viabilité de leurs systèmes de santé publique et aux changements démographiques consécutifs aux développements politiques, sociaux et économiques.
C’est sous le signe d’un engagement partagé envers ces nouveaux défis que King’s College London et les membres fondateurs de la future Université de Paris ont signé le mardi 23 octobre une lettre d’intention, dans le but de combiner leurs forces académiques et scientifiques.

Lorem ipsum

Dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim.

© Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing

Cet accord préalable vise à établir des nominations universitaires conjointes, à faciliter les échanges de personnels et d’étudiants et à s’appuyer sur des projets de recherche universitaires communs avant tout dans les domaines de la santé, du droit et des sciences sociales et humaines.

Le président et principal de King’s College London, le professeur Edward Byrne, les chefs d’établissement fondateurs de l’Université de Paris, et une délégation d’universitaires et de décideurs des deux institutions se sont réunis à Paris cette semaine pour signer une lettre d’intention, avec le soutien de Matthew Lodge, ministre à l’ambassade de Grande-Bretagne à Paris et ambassadeur du Royaume-Uni à l’UNESCO, et en présence de Marie-Christine Lemardeley, adjointe au Maire de Paris chargée des affaires universitaires.

« L’ouverture internationale est cruciale pour nous, car nous cherchons à aborder des questions d’importance mondiale par le biais de relations solides. Les universités de recherche de pointe peuvent faire une énorme différence pour la société et l’économie, et grâce à nos recherches conjointes, nous espérons produire des idées qui permettent de changer de paradigme et des technologies novatrices qui donnent au public les connaissances et la capacité nécessaires pour rendre le monde meilleur. »

Professeur Ed Byrne

Issue du rapprochement des universités Paris Descartes et Paris Diderot et de l’intégration de l’institut de physique du globe de Paris, l’Université de Paris verra le jour en mars 2019. Aujourd’hui, ses membres fondateurs entretiennent tous des relations de longue date avec King’s College London à travers des accords Erasmus, des programmes conjoints et la publication de recherches communes.

Un nouveau partenariat international est toujours une aventure passionnante. S’appuyant sur de nombreuses similitudes entre nos institutions, ce partenariat est résolument tourné vers l’avenir. En ces temps de changements, il est particulièrement important de réaffirmer la nécessité d’une coopération internationale fondée sur la confiance mutuelle et l’intérêt scientifique commun.
Grâce à ce partenariat, nous espérons pouvoir renforcer les nombreux liens qui existent déjà entre Paris et Londres, dans l’intérêt mutuel de nos étudiants, de nos chercheurs, de nos professeurs et de notre personnel.

Christine Clerici

À lire aussi

Make our planet great again

Make our planet great again

Alessandro Forte, professeur de géologie à l’université de Floride, fait partie des lauréats de la troisième vague de l’appel à projet Make Our Planet Great Again (MOPGA). Il rejoindra l’équipe de géomagnétisme de l’IPGP pour un projet commun intitulé GYPTIS et visant à mieux identifier les perturbations géodynamiques des marqueurs climatiques.